in

Masques : de la pénurie au trop plein, le gouvernement encore à côté de la plaque

Alors que les ventes ont soudainement chuté de moitié et que de nombreuses entreprises qui s’étaient reconverti dans la fabrication de masques de protection, avaient été sollicitées par le pouvoir, elles ont maintenant du mal à écouler leurs stocks. Face à la grande déception des entrepreneurs, l’ambassadeur du gouvernement a indiqué qu’il est prévu d’aller « démarcher les entreprises étrangères » et que la France est « en avance par rapport aux autres pays européens »….

En pleine crise du Covid-19, c’était l’équipement de protection le plus recherché de France. Face à la pénurie de masques, plusieurs fabricants textiles français avaient converti leurs ateliers pour en produire en quantité. Mais moins d’un mois après le déconfinement, la demande se fait attendre. Selon le journal Les Echos, les invendus s’accumulent depuis dix jours pour 45 de ces entreprises de la région Auvergne Rhône-Alpes – première région textile du territoire – concevant 5 millions de masques non-médicaux par semaine. 

En effet, depuis une semaine, la cadence des achats s’est considérablement ralentie : «  Les commandes […] s’effondrent, quand elles ne sont pas annulées face à la concurrence des produits d’importation à moindre coût », déplore Pierric Chalvin, le délégué général chez Unitex, auprès d’un journaliste du journal Les Echos.

Le gouvernement appelé à prendre ses responsabilités

Comme l’indique Pierre Chalvin, l’entrepreneur qui représente les entreprises du secteur, rien qu’en région Auvergne-Rhône-Alpes, pas moins de 45 entreprises ont converti leurs ateliers pour pouvoir fabriquer des masques en tissu. Mais aujourd’hui, les invendus progresse. Une dizaine d’entreprises de la région comptabilisent 450.000 masques dorment dans les stocks et d’important quantité de tissus qui serviraient à produire près de 14 millions de masques. A la fin du mois dernier, la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher a été interpellée concernant ce problème. Dans un courrier adressé au gouvernement, Guillaume de Seynes, président du Comité stratégique de filière mode et luxe, demande au gouvernement de racheter les invendus, mais aussi et surtout de commander auprès des entreprises françaises.

*** VOUS AIMEREZ LIRE AUSSI :  « Masques et gel : quand l’Etat fait profiter l’oligarchie du juteux business. »

En effet, le ministère de l’Économie aurait commandé pas moins de 10 millions de masques lavables au Vietnam. Un scandale pour Pierric Chalvin. « On ne peut pas demander à la filière de se mobiliser et la laisser tomber deux mois plus tard. » D’autant que de nombreuses entreprises ont lourdement investi pour se convertir à la confection de masques. Comme le soulignent Les Échos, Boldoduc par exemple a installé une usine éphémère à Lyon. L’entreprise a acheté pour 200.000 euros de machines à coudre, et a embauché près d’une centaine de couturières.

What do you think?

Written by Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

ALERTE – Grave défaillance de la base de données du service civique: 1,4 millions de dossiers ont été en accès libre sur le web !

Et si vous choisissiez de partir en Martinique cet été ?