in ,

Interdire, taxer et culpabiliser… Revoilà les fanatiques écologistes !

Ringard Tour de France, vilaine Patrouille de France, horrible Sapin de Noël… Il aura donc fallu peu de temps aux extrémistes écologistes pour révéler leurs vrais visages. Au lendemain de la vague verte, les élections municipales ont déjà un goût amer dans plusieurs grandes villes du pays. Malheureusement pour les habitants, mais également et surtout pour les commerçants, le cauchemar ne fait que débuter pour eux…

Lors de mes déplacements à Grenoble, première grande agglomération à avoir un maire écolo, j’ai toujours été interpellé par le fossé qui se creusait progressivement au sein même de la population. D’un côté les bobos citadins prétentieusement dressés sur la selle de leur bicyclette à l’affût de toute bagnole diesel, qui pourrait circuler ici ou là et qu’il faut réprimer sur-le-champs. Puis ceux qui veulent pouvoir déposer rapidement les gosses le matin à l’école, sans être systématiquement en retard au boulot. Ceux qui en fin de semaine, voudraient pouvoir stationner en ville pour aller s’offrir une “bonne bouteille” chez leur caviste préféré, qui lui aussi, est en train de crever puisque les centres commerciaux et ses vastes parkings, ont eu raison de ses plus fidèles clients. Ceux qui aimeraient pouvoir rentrer rapidement chez eux le soir, sans avoir à faire quinze fois le tour du quartier pour trouver une place… Bref, les gens normaux !

Je pensais que le Maire de Grenoble était une exception. Un édile arrivé là par une rocambolesque entourloupe proche du miracle. Mal m’en a appris, lorsque j’ai prix connaissance des résultats du second tour des élections municipales 2020. Et oui ! Bordeaux, Lyon et Strasbourg sont effectivement eux-aussi tombés dans le panneau. Le prix de la découverte ne s’est pas fait attendre. Premières victimes de l’écologisme : nos traditions populaires ! Exit le Tour de France et sa polluante caravane publicitaire qui n’amuse plus personne. Interdit les acrobaties de la patrouille de France qui n’est bonne qu’à griller du kérosène et terminé mon beau sapin roi des forêts, tu resteras chez toi pour Noël. Mais l’idéologie du vert ne s’arrête pas à l’anti-tradition. Non ! Elle est bien plus dangereuse qu’il n’y paraît. Seconde victime, aussi étrange que cela puisse paraître, il s’agit de l’environnement naturel. Transcendés par le succès du moment, voilà que sous l’apologie de l’énergie verte, ils voudraient faire pousser des éoliennes comme des champignons. Et tan pis pour la ruralité et le charme des territoires, il faut dé-charbonner et dé-gazonner à tout prix. Côté mobilité, ils exigent que nous équipions de véhicules électriques sans savoir comment sont produites leurs batteries. Et pour les bouseux qui crèchent en rase campagne, ils exigent les biocarburants, sans savoir qu’ils accaparent des terres agricoles, gaspillent de l’eau et nécessitent plus d’énergies fossiles qu’ils n’en remplacent… Les mêmes qui revendiquent l’auto-suffisance alimentaire ! Le paradoxe de l’écologie radicale, c’est qu’aveuglée par son combat contre la civilisation, elle réfute toute arme vraiment utile tels que la recherche, l’innovation, le pragmatisme et la transformation intellectuelle basée sur la science. 

What do you think?

Written by Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Pandémie: Bill Gates souhaite la vaccination généralisée pour retrouver “une vie normale”

Sondage Covid 19: Et vous ! Vous en pensez quoi ?