Actualités OCCITANIE

Occitanie: le repeuplement de la ruralité est en marche.

Dans le cadre du programme européen de « réinstallation », le Gouvernement progressiste s’est engagé à accueillir en France en 2020 et 2021, 10 000 réfugiés. Ces personnes principalement victimes collatérales d’ingérences et de déstabilisations (Liban, Jordanie, Turquie, Tchad, Niger) seront envoyés principalement dans les territoires ruraux en Occitanie…

Les territoires des gueux préférés à ceux du bloc bourgeois.

Si la ruralité ne comptent guerre pour la macronie (à en croire la nouvelle méthode de comptage des électeurs pour les prochaines élections municipales), il n’empêche que pour « se débarrasser » des invités imposés » par la mère Européenne, la ruralité va rendre un grand service aux métropoles.

En effet, dans la Région Occitanie qui fait partie des plus pauvres de France, ce sont bel et bien les départements les plus sinistrés en terme démographique, d’emploi et de pouvoir d’achat qui devront accueillir ces primo-arrivants aux bénéfices des grandes métropoles (encore une fois). Mais pas d’inquiétude les terreux, puisque ce « projet d’installation » est financé par les crédits forfaitaires européens du Fonds Asile, Migration et Intégration, vous voilà rassurés…

Voici donc la liste des départements de la région Occitanie concernés par l’appel à projet de « réinstallation » publié le 15 janvier 2020 :

  • Ariège
  •  Aveyron
  •  Gers
  •  Lot
  •  Lozère
  •  Hautes-Pyrénées
  •  Tarn
  •  Tarn et Garonne
Il est quand même surprenant que l’on ne préfère pas sélectionner des bassins de vie à forte dynamique économique, pour que ces braves gens puissent trouver plus facilement du travail et s’intégrer plutôt que de les envoyer se perdre dans la pampa, vous trouvez pas ?

Cette « réinstallation » deviendra-t-elle une main d’oeuvre « bon marché » ?

Dans le cahier des charges de l’appel à projet concerné, est indiqué une volonté d’intégration par l’emploi…une évidence pour ces départements majoritairement au dessus de la moyenne nationale en ce qui concerne le taux de chômage. On y parle également de mobilité, peut être pour y faire venir « les nouveaux esclaves » jusqu’en ville ? Nous n’avons pas de précisions à ce sujet..

Voici concrètement, ce que vise le projet et plus précisément ses priorités :

  • L’accompagnement vers l’emploi, en particulier pour un public de moins de 25 ans, en grande majorité sans ressources, incluant si possible une offre d ‘hébergement.
  • L’accompagnement à la mobilité sur l’ensemble du territoire, afin de rendre attractifs des territoires de la France et mieux répartir ce public ; soutien à des projets favorisant la mobilité de ce
    public, particulièrement dans les territoires ruraux isolés.
  • L’accès aux soins, et notamment la prise en charge psycho traumatique des vulnérabilités spécifiques liées au parcours d’exil. A ce titre, les projets qui font intervenir des professionnels qui
    s’engagent dans un accompagnement thérapeutique spécifique inscrivant le bénéficiaire dans un processus de résilience par des séances de suivi individuels ou collectives sont à privilégier.
  • Le développement de l’accès à la culture et au sport, le renforcement des liens avec la société civile. Les projets visent à soutenir la réalisation de projets culturels ou sportifs proposant un accompagnement vers le retour à une activité professionnelle artistique ou sportive.

L’appel à projet précise pouvoir financer un accompagnement actif vers le logement (solutions permettant la garantie des impayés ou l’avance de la caution s’agissant des logements privés…

Il est également précisé que la subvention accordée peut financer jusqu’à 80 % du projet. Il est alors conseillé aux porteurs de projets de rechercher des cofinancements soit auprès d’acteurs locaux ou du programme du fonds européen asile, migration et intégration (FAMI). Des crédits nationaux ou locaux peuvent être également mobilisés (crédits du Plan Logement d’ Abord, crédits exceptionnels mobilisés pour la formation professionnelle de réfugié dans le cadre du Plan d ‘Investissement Compétence porté par le ministère du travail.

Voilà qui pourrait faire de la main d’oeuvre vaillante et pas chère. Mais chut ne le disons pas trop fort…,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *