in

FRANCE : Premier avocat à être placé en garde à vue illégalement.

Lundi 20 janvier le locataire de l’Elysée était en déplacement à Dunkerque pour rendre visite au PDG d’AstraZeneca, un grand laboratoire pharmaceutique qui vient d’annoncer un investissement à plus de 200 millions d’Euros. A cette occasion plusieurs manifestants s’étaient réunis pour montrer à Emmanuel Macron qu’ils sont toujours mobilisés contre la réforme des retraites. Plusieurs personnes ont été interpellés, dont un avocat…

L’autosatisfaction avant tout.

Réputé pour « être hors-sol », celui qui est censé représenter l’ensemble des français, n’a pas pu s’empêcher d’en tacler une partie (encore une fois). Que voulez vous… Il est comme ça !

Pourtant, ce devait être une belle journée pour valoriser notre pays avec cette usine pharmaceutique de Dunkerque, qui va s’agrandir en investissant plus de 200 millions d’euros.

Devant un parterre de 300 employés, Emmanuel Macron s’est félicité de ce nouvel investissement en commençant par :

« Je veux bien qu’on nous farcisse la tête de mauvaises nouvelles, mais ce n’est pas vrai, les bonnes nouvelles, elles n’arrivent pas toutes seules. Elles arrivent parce qu’on fait des réformes, (…) parce que notre pays se bouge, convainc les grands patrons du monde entier, fait des réformes sur le plan de la fiscalité, du travail, de l’organisation des territoires, pour attirer à nouveau des investissements » a-t-il poursuivi.

L’occasion pour Macron de réaffirmer sa politique libérale et de saluer les « 500 000 » emplois créés sur ces deux dernières années, et le regain de « l’emploi dans l’industrie » en France, a-t-il insisté.

Et « en même temps » à l’extérieur ont eu lieu des interpellations « irrégulières ».

Pendant que le « convaincu que tout va bien » était en train de faire sa promo, une cinquantaine de manifestants CGT et des avocats du barreau de Dunkerque ont été arrêtés par un barrage de police, alors qu’ils comptaient interpeller le Président sur sa réforme des retraites.

Une visite qu’ils considèrent comme une provocation :

« Il répond à l’appel de la finance, mais pas à celui des gens qui se mobilisent dans la rue » a déploré Christelle Veignie, une secrétaire générale de l’union locale de la CGT.

Afin d’éviter d’être dérangé par la plèbe, c’est à dire les sans dents, les ivrognes, les idiots, ceux qui n’ont qu’à traverser la rue pour trouver du taf’… La police du pouvoir a procédé à des interpellations de plusieurs personnes parmi lesquelles se trouvaient un avocat !

Me Henry-François Cattoir, a été interpellé brièvement avec d’autres manifestants, mis en garde à vue pour « délit d’entrave », avant que celle-ci ne soit levé car le procureur n’a pas été notifié.

« La garde à vue était illégale, car le procureur de la République n’était pas au courant », rapporte un confrère de maître Cattoir. « Des avocats sont venus en nombre au commissariat. » Le bâtonnier a dû intervenir.

L’avocat et les manifestants ont été relâchés après plusieurs heures de garde à vue.

What do you think?

Written by Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

L’Union des Droites née dans l’Hérault prend de l’ampleur.

Coronavirus: aucun traitement spécifique ou vaccin n’est disponible contre ces virus.