in

Suisse – Le dernier bastion de la démocratie au monde? La « loi Covid » équivaut à « loi martiale »

Dans un rallye animé sous le plein soleil d’automne, Robert F. Kennedy Jr. s’est adressé à une foule d’environ 10 à 20 000 personnes à Berne. Il a parlé des mensonges Covid aux États-Unis, ainsi que dans le monde entier – il n’a pas épargné l’Europe, ce qui permet aux enfants d’être vaccinés à partir d’un âge aussi bas que 5 ans – tout comme aux États-Unis, le Big Brother. Il a souligné que le taux de mortalité à cause de ce qu’ils appellent faussement un vaccin est bien plus élevé que les décès attribués au Covid, y compris chez les enfants.
La manifestation à Berne a été organisée par Public Eye (L’oeuil public suisse), une association créée en 1968, dans le but d’exiger des relations plus équitables entre la Suisse et les pays les plus pauvres du monde. Public Eye, qui compte actuellement 27 000 membres, défend également l’équité dans les relations commerciales et défend les droits de la personne et les droits civils en Suisse et dans le monde entier.
M. Robert Kennedy Jr. est venu à Berne pour une raison spécifique et ce qu’il a dit aux Suisses, c’est que la Suisse était le dernier bastion de la démocratie dans le monde. Le prochain référendum du 28 novembre 2021, où les Suisses ont la possibilité de voter pour ou contre une loi Covid – une loi martiale déguisée – qui avait été discrètement ratifiée en septembre 2020 par le Parlement, mais qui a dû être mise sur la glace, car un référendum a été immédiatement lancé contre cette loi. Ce référendum a recueilli des signatures en un temps record, jamais vues auparavant en Suisse.
Robert Kennedy Jr. a fait référence à la discrimination totalement antidémocratique qui a déjà lieu aujourd’hui dans la majeure partie de l’Europe, y compris en Suisse, où les « non vaccinés », ceux qui n’ont pas de « vaxx-pass » (passe sanitaire) sont exclus de la société. Ils ne peuvent pas entrer dans un restaurant, ne peuvent pas aller à une salle de sport, à un club, au cinéma, à un théâtre ou à tout événement public. Ils sont confinés. Ils sont discriminés.
La Suisse veut-elle une société divisée avec des privilèges pour ceux qui se laissent injecter un poison modificateur de gènes pour leur simple plaisir, alors que ceux qui résistent à cette coercition et au chantage illégaux et inconstitutionnels du gouvernement seront punis et discriminés ? C’est une question que tous les Suisses – « vaccinés » ou non – doivent se poser. Et cela, bien que nous ayons l’occasion unique d’un référendum populaire, où nous pouvons décider de ce que nous voulons pour notre avenir et celui de nos enfants et de leurs enfants.
L’Autriche en est un bon exemple. À minuit, le dimanche 14 novembre, le gouvernement autrichien a déclaré le premier confinement au monde pour les non-vaccinés – du jamais vu. Toute personne qui ne s’est pas laissée injecter ce poison à ARNm (ou qui a été guérie du Covid « prouvé par un test PCR ») est strictement confinée.
Peu importe le mensonge du test PCR. Même l’OMS a admis plus tôt cette année que le test PCR n’est pas une mesure fiable pour établir la présence du virus de la Covid.
Les dirigeants mondiaux ignorent l’OMS et continuent d’utiliser le faux test PCR pour identifier la Covid, quelle que soit son invalidité. Mais ses faux positifs dont les chiffres sont élevés (près de 100 % de ceux-ci) permettent de manipuler les statistiques. Dans le cadre de ce nouveau verrouillage autrichien, les personnes non vaccinés se voient interdire d’aller travailler ou aller dans les magasins, de quitter leur logement sous la menace de grandes sanctions, et les employeurs qui les laissent aller au travail reçoivent des amendes astronomiques – voir ce rapport RT.
Cela peut également se produire en Suisse si la loi Covid est approuvée. CHERS COMPATRIOTES SUISSES – SOYEZ CONSCIENTS ET MÉFIEZ-VOUS ! Votez NON, le 28 novembre 2021. Quiconque aime la liberté pour sa propre personne, pour la société et pour le monde doit aller voter NON, en grand nombre.
Nous, le peuple, devons et pouvons surmonter cette tyrannie.
Notre cri de guerre est LIBERTÉ ! – LIBERTÉ ! – LIBERTÉ ! Robert Kennedy et tous les orateurs menaient le rallye avec le mot LIBERTÉ ! – C’était un événement vraiment très important. Une énergie extraordinaire se dégageait de la foule.
Ce que la plupart des Suisses ne savent pas et ne sont pas informés par leurs autorités et surtout pas par les grands médias  (mainstream) hautement rémunérés – un meilleur terme serait d’employer le terme « corrompue ».  Cette « loi martiale de la santé » est valable jusqu’au 31 décembre 2031, jusqu’à un an après la fin de l’Agenda 2030 des Nations Unies, sous lequel ce crime Covid est en cours (et, il est bien sûr prolongeable si nécessaire) ; pendant cette période, le gouvernement peut prendre n’importe quelle décision – et je répète N’IMPORTE QUELLE décision – sans consulter le Parlement, et encore moins le peuple ; le droit de déclencher des référendums, une forme unique de démocratie directe, sera immédiatement suspendu. À moins que nous, le peuple, ne votions massivement NON le 28 novembre 2021 à cette loi criminelle. Cela pourrait être le dernier référendum sur lequel nous pourrions voter.
Comme dans la plupart des cas où un coup d’État est instigué à l’intérieur d’un pays, et croyez-moi, un oui équivaudrait à un coup d’État interne, une modification radicale de la Constitution serait mise en place. Les référendums populaires ne feront pas partie d’une nouvelle Constitution. La plupart des gens ne s’en rendent pas compte. Leur gouvernement ne leur raconte jamais la vraie histoire, encore moins les médias.
Croyez-vous, chers lecteurs, que le gouvernement suisse « subventionne » – un meilleur mot serait « corrompt » – les grands médias au coût de 1,7 milliard de francs suisses par an, soit environ l’équivalent de près de 2 milliards de dollars américains. Et cela pour une population suisse de 8,4 millions d’habitants. Vous pouvez comprendre par vous-même quel est le coût par habitant de l’argent du contribuable de mentir et de désinformer le peuple suisse, tous les jours ; ces mêmes Suisses qui financent cette fraude à leur insu avec l’argent de leurs impôts.
Si la loi Covid était acceptée par une majorité – Dieu nous en préserve – la Suisse ne serait plus un modèle de démocratie dans le monde, ni le dernier bastion de la démocratie, pour citer Robert Kennedy Jr.
Au lieu de cela, la Suisse se transformerait presque immédiatement en un « balise » de la banque entièrement numérique. Chaque transaction monétaire serait contrôlée par la Banque centrale. Votre compte bancaire pourrait être vidé à tout moment : si vous ne vous comportez pas bien, l’argent est retiré ; ou si vous ne suivez pas les ordres, ou si vous vous rebellez, ils pourraient vous empêcher d’acheter des aliments à l’épicerie. Tout cela grâce à des algorithmes, à l’intelligence artificielle (IA) et à des robots. Une surveillance totale.
Vous êtes-vous déjà demandé comment il était possible que, fondamentalement le même jour de mars 2020, vers le 11 mars, le monde entier, les 193 pays membres de l’ONU, avaient adopté exactement les mêmes mesures pour lutter contre un virus très similaire – et pas du tout plus mortel  – à un simple virus de la grippe saisonnière ? En fait, le taux de mortalité du virus est d’environ 0,07 %. Dans un article publié dans le New England Journal of Medicine (NEJM), intitulé « Covid-19 – Navigating the Uncharted », le Dr Anthony Fauci, le spécialiste du Covid, a déclaré que le coronavirus était comparable au virus de la grippe.
Il doit y avoir d’énormes pouvoirs d’argent derrière cela pour prendre le contrôle du monde, à la fois, et personne n’est capable de s’y opposer. Les milliardaires de la Silicon Valley et les médias sociaux font partie du jeu, ainsi que le grand secteur financier, comme Black Rock et Vanguard – et d’autres forces obscures.
L’ensemble du système des Nations Unies est contraint de suivre ces ordres dictatoriaux, et le fait que littéralement tous les gouvernements jouent avec doit indiquer que l’ordre est accompagné d’un bâton très lourd – peut-être mortel. Et peut-être aussi un peu de carotte, pour ces politiciens, qui obéissent en opprimant et en tyrannisant leur peuple. Voir ci-dessous un discours vidéo d’Ernst Wolff, économiste financier allemand de renom (en allemand). Il démontre par des comparaisons claires où se trouve le pouvoir du monde ; plus que le pouvoir, tel que nous le connaissons, le pouvoir sur la vie et la mort ; le pouvoir sur la survie de notre civilisation – et s’ils lui permettent de survivre – dans quelles conditions.

Ensuite, il y a le tristement célèbre livre de Klaus Schwab, « Covid-19 – The Great Reset », qui parle de la transformation des humains en « transhumains », où ces derniers seront manipulables comme des robots à travers ce qu’il appelle des puces implantées – bien sûr, il ne veut pas dire dans le mauvais sens. Tout cela pour le meilleur de l’humanité. À la fin, « Vous ne posséderez rien, mais vous serez heureux« . C’est la conclusion du président du WEF et son point de vue sur l’avenir. C’est à la hauteur de la conclusion de la 4e révolution industrielle – robotisation, numérisation et transfert d’actifs du bas et du milieu à quelques ultra-riches en haut.
C’est le plan. Mais nous pouvons l’arrêter.
Aujourd’hui, tout ce que nous voyons, se déplace dans cette direction néfaste. Pourtant, Nous, le peuple, avons le pouvoir de l’arrêter. Sans haine, osciller sur une fréquence plus élevée – et oui, nous tous, vaxxés et non vaxxés ensemble, parce qu’en fin de compte, nous sommes dans le même bateau. Que, mes chers compatriotes du monde, nous devons comprendre. Ce n’est pas bon – pour dire dans dix ans, à la fin de l’Agenda 2030 des Nations Unies, « oui, désolé, vous aviez raison ». C’est totalement sans importance qui a raison. Le fait est que nous devons l’arrêter ensemble, solidaire, vaxxed et dévaxxé ensemble. Pas de discrimination – LIBERTÉ !!! Pour tous.
Les injections de poison qu’elles imposent à la population – y compris les enfants, imaginez !!! – transforment les humains en transhumains, ce qui signifie que notre esprit pourrait éventuellement être manipulé par la 5G et les ultra-micro-ondes 6G bientôt venir.
C’est pourquoi vous aurez besoin chaque année d’un tir « booster ». Cela n’a rien à voir avec votre santé. Aucune des soi-disant « vaccinations » n’a rien à voir avec votre santé. Tout a à voir avec la préparation de notre corps à devenir réceptif aux ultra-micro-ondes 5G et éventuellement 6G. Et le Conseil fédéral suisse, ainsi que tous les dirigeants du monde qui suivent ce mauvais récit et dictent, le savent.
Si vous regardez autour de vous, vous voyez déjà des antennes 5G partout. Dans de nombreux pays, y compris en Suisse, la 5G est déjà opérationnelle de manière sélective, malgré le fait que le peuple suisse ait voté pour et que les autorités suisses avaient accepté d’imposer un moratoire sur l’introduction de la 5G, jusqu’à ce que plus d’informations sur la sécurité et les effets possibles sur la santé soient connues. Même l’OMS – les co-maîtres du crime Covid – n’a pas osé s’exprimer sur les effets potentiels sur la santé de ces ultra-ultra-courtes.
Une question cruciale que nous devons tous nous poser : la Suisse restera-t-elle le bastion de la démocratie et le phare brillant du monde, influençant peut-être les peuples du reste du monde – les appelant à se réveiller et à mettre fin pacifiquement par la non-obéissance au crime biblique – ce qui risque franchement d’anéantir l’humanité ?
C’est ce que Robert Kennedy Jr. – et d’autres personnalités éminentes, qui ont pris la parole au Rallye de Berne vendredi dernier, promettaient – un Grand NO-VOTE – pour notre liberté – LIBERTÉ ! – LIBERTÉ ! – LIBERTÉ ! – était le cri de guerre en cours à cette Assemblée très spéciale du peuple bernois.
Parmi les autres orateurs éminents figuraient le Dr. Reiner Fuellmich, l’avocat allemand qui dirige avec un groupe de plus de 1 000 professionnels de la santé et d’autres professionnels, intente des poursuites contre les auteurs dans le monde entier de notre, le peuple – libertés civiles et droits civils. Il appelle les Suisses à ne pas tolérer la discrimination prévue et déjà en cours entre les vaxxed et les invaxxed. Il appelle à la solidarité des deux groupes, et non à la division, car la solidarité finira par reconquérir notre liberté – et peut-être une influence sur les peuples d’autres nations, de faire de même – pacifiquement, mais déterminéement la non-obéissance collective.
Ce point sur la solidarité entre les vaxxed et les invaxxed, la nécessité de se tenir la main lors de ce prochain vote référendaire, a également été soulevé par Christoph Pfluger, le fondateur des Amis suisses des Constitutions. Il a souligné un point important : ensemble, nous gagnerons ce vote pour la liberté et contre la tyrannie du covid. L’unité est l’amour les uns pour les autres et bat la discrimination. L’unité et la solidarité brisent le dos du récit du Covid.
La police et l’armée, maintenant largement sous contrôle et au service des gouvernements et des riches et des puissants, ceux qui sont si bien décrits dans le discours d’Ernst Wolff – voir ci-dessus – lorsque ces gardiens de la sécurité et de la sécurité des gens commencent à se rendre compte qu’ils sont dans le même bateau avec le peuple, avec les peuples opprimé
Le Dr. Sucharit Bhakdi, ancien professeur de microbiologie et d’hygiène à l’Université de Mayence, en Allemagne, et le Dr. Wolfgang Wodarg, médecin et homme politique allemand. Il a été député jusqu’en 2009. Ils sont tous deux de proches collaborateurs du Dr. Fuellmich.
Tous deux ont souligné l’importance pour les gens, en particulier les jeunes, d’aller aux urnes le 28 novembre et de voter NON contre la loi sur le Covid ; contre la discrimination. Ce sont les générations à venir qui devront supporter le poids d’un coup d’État covidé qui s’installerait en Suisse – et dans tous les pays occidentaux. Eux aussi ont souligné que la Suisse pourrait faire une différence dans le monde entier avec un vote sans vote.
Catherine Austin-Fitts, une ancienne banquier d’investissement américaine, a également pris la parole lors du rassemblement, qui connaît les tenants et aboutissants non seulement de la banque et de ce que la banque est devenue, mais aussi du rôle toujours croissant des banques centrales. Elle a déclaré que si cette loi sur le Covid était acceptée, la Suisse, en particulier la Suisse – la capitale mondiale de la banque et en particulier de la banque centrale avec la Banque internationale des règlements (BRI) – la Banque centrale de toutes les banques centrales, siégeant à Bâle, en Suisse, pourrait être le premier pays entièrement numérisé et financièrement asservi.
Elle prédit que la Suisse serait numérisée à la vitesse de chaîne – un point qui me sera confirmé par d’autres banquiers privés suisses, qui ne sont peut-être pas d’accord avec le système, mais qui y sont liés par un travail qui nourrit et soutient leurs familles. Ils ont réitéré que nous serions contrôlés par chaque mouvement ; que l’accès à notre argent, à nos actifs, sera proportionnel à notre comportement et à notre obéissance au système.
En outre, le Dr. Thomas Binder, cardiologue suisse et Dr. Astride Stuckelberger, scientifique international de la santé, anciennement à l’OMS. Tous deux rappelaient à l’auditoire les mesures et les diktats « nonensiques » et criminels ordonnés contre les droits de l’homme, en Suisse et simultanément dans les 193 pays membres de l’ONU. Ils ont souligné le préjudice que ces mesures causeront à l’ensemble de la population mondiale si elles ne sont pas arrêtées. Et surtout à nos enfants, parce qu’ils sont la prochaine génération, menant vers l’avenir.
Dr. Thomas Binder a soulevé un autre point important. Il a appelé tous les professionnels médicaux et scientifiques à rester fidèles à leur profession de guérison au meilleur de leurs connaissances. Il a fait référence au serment d’Hippocrate, que tous les médecins doivent signer. Il a été écrit par Hippocrate au Ve siècle av. J.-C., et il est toujours tenu sacré par les médecins : traiter le malade du mieux de ses capacités, préserver la vie privée d’un patient, enseigner les secrets de la médecine à la prochaine génération, etc.
Dr. Binder a appelé ses collègues médicaux en Suisse et dans le monde entier à être fidèles à son serment et à sortir de la coercition gouvernementale, à la suite de leur conscience. Si cela se produisait par la communauté médicale et scientifique du monde entier – et malgré les menaces – le récit du covid et la tyrannie s’effondreraient.
Ensuite, il y a une destruction économique mondiale, le résultat d’une maladie qui, en fait, n’a jamais existé sous forme pandémique. Selon Robert Kennedy Jr., le mensonge à ce sujet a anéanti 3,8 billions de dollars dans le monde entier, la plupart dans les soi-disant pays en développement, laissant derrière eux la misère, la pauvreté et la mort, tout en transférant la valeur des actifs aux quelques super riches. – Voir aussi ceci. Le professeur Chossudovsky, auteur de cet article approfondi et directeur et rédacteur en chef de Global Research à Montréal, rassemble toutes les preuves, montrant que le SARS-CoV-2, alias Covid-19, n’a jamais été identifié et démontre comment les chiffres de cas et le nombre de décès dans le monde entier ont été manipulés, pour instiller la peur – et pour
Compatriotes – votons massivement NON le 28 novembre 2021, afin que la Suisse reste effectivement le phare de la démocratie dans le monde – et pour le monde entier LIBERTÉ – LIBERTÉ – LIBERTÉ !
Peter Koenig
Lien vers l’article original:

Switzerland – The World’s Last Bastion of Democracy? The “Covid Law” Equals “Martial Law”By Peter Koenig, November 16, 2021
Traduit par Maya pour Mondialisation
Peter Koenig est analyste géopolitique et ancien économiste principal à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), où il travaille depuis plus de 30 ans sur l’eau et l’environnement dans le monde entier. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour des revues en ligne et est l’auteur de Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed ; et co-auteur du livre de Cynthia McKinney « When China Sternezes: From the Coronavirus Lockdown to the Global Politico-Economic Crisis » (Clarity Press – 1er novembre 2020)
Il est associé de recherche au Centre de recherche sur la mondialisation.
***

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Written by La rédaction

Infolettre : Pandémie Covid-19 et Coronacircus

Echec de la vaccination et des politiques sanitaires: les gouvernements européens veulent gouverner par la peur !