in

Hervé Gattegno

Né le 28 juillet 1964, Hervé Gattégno a été rédacteur en chef de l’édition française de Vanity Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédaction du JDD jusqu’en octobre 2021. Il est marié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sarfati, ex-avocate et ancienne rédactrice en chef du magazine féminin Elle. Descendant d’immigrés grecs, il grandit à Marseille dans un milieu bourgeois. Son père est ingénieur, marié à une mère au foyer. Début 2022 il rejoint L’Opinion, le quotidien du CAC40, comme éditorialiste.
Formation
Il est diplômé de l’École publique de jour­nal­isme de Tours et de l’É­cole de jour­nal­isme et de com­mu­ni­ca­tion de Marseille
Parcours professionnel
Il com­mence au Mérid­ion­al (1988), quo­ti­di­en région­al mar­qué à droite qui vient d’être racheté par Jean-Luc Lagardère, avant de rejoin­dre le Nou­v­el Obser­va­teur (cen­tre-gauche) où il tra­vaille au ser­vice Enquêtes de 1989 à 1992.
Il passe au Monde en 1992 et s’y spé­cialise dans l’investigation. Il est nom­mé chef du ser­vice poli­tique par Edwy Plenel en 1994 puis rédac­teur en chef de la rubrique « France » et y reste jusqu’en 2007. Il pousse vers la sor­tie deux jour­nal­istes jouis­sant alors d’une bonne répu­ta­tion, Ari­ane Chemin et Raphaëlle Bac­qué, qui ne revien­dront au Monde qu’après son départ. Selon Ari­ane Chemin, le jour­nal­iste fonc­tion­nerait de manière « clanique. Il veut des gens à lui et sans doute esti­mait-il que nous n’avions pas fait assez allégeance ». Obstiné, il can­di­date tout de même à la direc­tion du Monde début 2011, mais le choix des action­naires se porte sur Érik Izraelewicz. Passé au Point – où il est rédac­teur en chef de la cel­lule inves­ti­ga­tion – il est aus­si chroniqueur depuis 2010 dans la mati­nale de Jean-Jacques Bour­din sur RMC (Le par­ti pris de Gat­teg­no). Il quitte l’hebdomadaire après que Franz-Olivi­er Gies­bert lui ait préféré Éti­enne Ger­nelle pour sa suc­ces­sion à la tête du Point.
Il fait pub­li­er par le Point les enreg­istrements du major­dome de Lil­iane Bet­ten­court, enquête sur les fré­gates de Taïwan pour le Monde et y pub­lie des révéla­tions sur les affaires Clearstream et Elf. Après son départ, il y pub­lie encore en 2013 des chroniques qui relaient ses « par­ti pris » sur RMC chez Bour­din et quelques papiers poli­tiques en 2015 et 2017.
Il se dis­tingue aus­si d’une autre manière dans l’affaire Kamal (1993–2005) en réper­cu­tant les accu­sa­tions du fran­co-maro­cain Karim Kamal qui accuse son ex-femme de pédophilie pour obtenir la garde de sa fille sans que jamais le jour­nal­iste du Monde ne la rencontre.
En mai 2004 il est con­damné en appel avec Jean-Marie Colom­bani à 3000 € d’a­mende pour diffama­tion envers Roland Dumas qu’il a accusé dans un arti­cle paru le 20 juin 2002 d’avoir fait pren­dre une déci­sion favor­able à Chirac par le con­seil con­sti­tu­tion­nel – et ce sans apporter de preuve. Il avait déjà été con­damné en pre­mière instance, mais la cour d’ap­pel a ajouté pour les deux jour­nal­istes 4500 € de dom­mages et intérêts à pay­er sol­idaire­ment à Roland Dumas.
Dans Le Monde encore il écrit un arti­cle en 2005 à la gloire d’Iskander Safa, marc­hand d’armes… qui avait payé son voy­age au Liban peu avant. À la police, il répond : « Le fait que M. Safa ait pris l’initiative de m’adresser un bil­let d’avion n’a aucune­ment porté atteinte à mon indépen­dance » (Bakchich, 18/09/2007).
Il est ensuite rédac­teur en chef Enquêtes-Inves­ti­ga­tion chez Van­i­ty Fair à par­tir du lance­ment de la ver­sion française en 2013. Il inter­viewe notam­ment l’an­cien bras droit de Kad­dhafi Béchir Saleh – cet arti­cle provoque une polémique. Audi­tion­né par la police en sep­tem­bre 2014, Pierre Péan l’ac­cuse – sans en apporter les preuves – d’avoir écrit sur com­man­dite d’une « cel­lule créée autour de Sarkozy pour con­tr­er l’en­quête sur le finance­ment libyen » dans « l’ob­jec­tif que Béchir Saleh ne par­le pas ».
« Dans cette cel­lule fig­u­rait Alexan­dre Djouhri qui con­nais­sait Bachir Saleh pour avoir fait des affaires ensem­ble. Tous les deux m’ont été présen­tés comme étant très très proches. Dans ce cadre-là, l’ob­jec­tif était que Bachir Saleh ne par­le pas. Et c’est dans cette mis­sion qu’a été lancée cette inter­view dans Van­i­ty Fair via son ami Hervé Gat­teg­no », assène l’écrivain.
Medi­a­part reprend cette affaire – et ce témoignage – en novem­bre 2016 pour éclair­er l’hypothétique « con­nivence » entre Hervé Gat­teg­no et Alexan­dre Djouhri, que le pre­mier s’empresse d’infirmer dans un droit de réponse mus­clé, auquel Edwy Plenel répond lui-même en per­sis­tant dans son affirmation.
Le 14 févri­er 2017, Gat­teg­no intente un procès à Edwy Plenel ain­si qu’aux deux jour­nal­istes auteurs de l’article, Fab­rice Arfi et Karl Laske, pour diffama­tion. La 17e cham­bre cor­rec­tion­nelle con­damne Medi­a­part en indi­quant que les argu­ments de la défense ne per­me­t­tent pas de prou­ver que le plaig­nant a pris part de façon délibérée à une cam­pagne de dés­in­for­ma­tion. Le 21 novem­bre, la cour d’appel de Paris infirme le juge­ment précé­dent et recon­naît que Medi­a­part pou­vait se tar­guer de bases factuelles solides qui jus­ti­fi­aient leurs assertions.
En juin 2016, il est nom­mé rédac­teur en chef du Jour­nal du Dimanche où il rem­place Jérome Bel­lay. Il est notam­ment chargé de gér­er le rap­proche­ment avec Europe 1. En sep­tem­bre 2017, il rend compte (CBNews, 3/9/2017) : « notre page d’indiscrets est réal­isée en col­lab­o­ra­tion avec Europe 1. Idem pour le fact check­ing. On a con­crète­ment instau­ré des mutu­al­i­sa­tions, par­ti­c­ulière­ment pour les reportages à l’étranger ».
Le 5 mars 2017 le JDD pub­lie un entre­tien « très cadré » de Péné­lope Fil­lon, en pleine polémique sur ses hauts revenus pour des emplois sup­posés fic­tifs. Elle s’y défend et L’Hu­man­ité (com­mu­niste) estime que cet entre­tien est mené par Hervé Gat­teg­no avec « com­plai­sance » et « empathie ».
En 2018, Alain Weill l’envisage un temps pour diriger l’Express, mais Gat­tég­no décline la propo­si­tion, con­scient que sa sit­u­a­tion au sein du groupe Lagardère est con­fort­able. Il sait déjà qu’il est en pole posi­tion pour repren­dre Paris Match.
Ain­si, c’est tout naturelle­ment qu’il est nom­mé directeur général de la rédac­tion de Paris Match en 2019, par­al­lèle­ment à ses fonc­tions édi­to­ri­ales au JDD. Par­al­lèle­ment, il est égale­ment édi­to­ri­al­iste à Europe 1 le dimanche matin.
À l’issue du ver­dict de l’affaire des écoutes, qui voit Nico­las Sarkozy être con­damné à trois ans d’emprisonnement dont deux avec sur­sis, Hervé Gat­teg­no vole au sec­ours de l’ex-président dans son édi­to­r­i­al de Paris Match pub­lié le 11 mars 2021. Cette prise de posi­tion indis­pose sa rédac­tion qui le désavoue à tra­vers un com­mu­niqué large­ment relayé : « Il est une chose de don­ner la parole à un ancien président de la République, par ailleurs mem­bre du con­seil de sur­veil­lance du groupe Lagardère, pro­priétaire de Paris Match. Il en est une autre de com­menter une décision de jus­tice en prenant par­ti, et d’en­gager ain­si toute une rédaction profondément attachée à la lib­erté de la presse ». La prox­im­ité du patron de presse avec l’ancien prési­dent inter­roge en haut lieu et lui vaut d’être dans le viseur de la jus­tice en juin 2021 dans le cadre d’une enquête dili­gen­tée par le Par­quet nation­al financier (PNF) pour « sub­or­na­tion de témoin ». La cause ? Le trou­blant revire­ment de Zied Takkiedine dans les colonnes de Paris Match, où celui-ci retire ses accu­sa­tions con­cer­nant le finance­ment libyen de la cam­pagne de Nico­las Sarkozy. Gat­teg­no est sus­pec­té par les enquê­teurs de faire par­tie d’un com­plot visant à obtenir la rétrac­ta­tion de Takkiedine, même si l’intéresse nie énergique­ment toute implication.
Ses comptes et ses appels télé­phoniques sont épluchés par les policiers au mépris du respect des sources, ces derniers invo­quant des faits d’une « par­ti­c­ulière grav­ité ». L’affaire entraîne la mise en exa­m­en, puis l’incarcération de Mimi Marc­hand, fon­da­trice de l’agence pho­to Bes­tim­age et bien con­nue du tout-Paris, qui s’était ren­due elle-même au Liban pour super­vis­er le reportage. Dans la foulée, la Société des jour­nal­istes de Paris Match, irritée par sa prox­im­ité avec les puis­sants, désavoue son directeur de la rédac­tion et lui adresse une let­tre très cri­tique en guise de coup de semonce.
Le 19 octo­bre 2021, selon le jour­nal en ligne d’in­ves­ti­ga­tion Reflets, Hervé Gat­teg­no quitte le JDD et Paris Match.

Exclusif: Hervé Gat­teg­no quitte le @jdd. Effec­tif dès cette semaine. Selon des sources internes, licen­cié, il aurait signé un accord de départ. Une annonce devrait inter­venir aujourd’hui.
— reflets.info (@_reflets_) Octo­ber 19, 2021

Reçu à l’in­stant. pic.twitter.com/WybFAJBSdw
— Julien Muguet (@julienmuguet) Octo­ber 19, 2021

Il ne reste pas longtemps sans emploi pour rejoin­dre début 2022 le quo­ti­di­en du CAC40 – L’Opinion – où il forme un duo édi­to­r­i­al avec Lau­rent Jof­frin. Un numéro de duet­tistes, gen­til flic faux méchant flic, qui ne devrait pas être trop hos­tile à la réélec­tion du prési­dent sortant. 
Parcours militant
Selon L’Ex­press (2002), il est proche d’Arnaud Montebourg.
« Mais c’est surtout sur Le Monde et sur Hervé Gat­teg­no que Mon­te­bourg va s’ap­puy­er. Entre l’av­o­cat et le jour­nal­iste d’in­ves­ti­ga­tion, tout a com­mencé en 1992, avec l’af­faire du Car­refour du développe­ment : Mon­te­bourg défend l’an­ci­enne prési­dente de cette asso­ci­a­tion, Hervé Gat­teg­no suit le procès pour Le Nou­v­el Obser­va­teur. La rela­tion de tra­vail devient vite une his­toire ami­cale : en 1997 […] le jour­nal­iste — qui, entre-temps, a rejoint la rédac­tion du Monde — assiste au mariage de l’av­o­cat avec Hort­ense de Labriffe […] Plus tard, Arnaud Mon­te­bourg est lui aus­si de la fête au mariage d’Hervé Gat­teg­no, célébré à Mar­seille par le pre­mier adjoint au maire, le député RPR Renaud Muse­li­er. […]Le phénomène est généra­tionnel, mais il va bien au-delà: entre la rédac­tion en chef du Monde, Hervé Gat­teg­no et Arnaud Mon­te­bourg, il y a une con­cor­dance sur le fond. […]Hervé Gat­teg­no, qui ne l’ap­pelle qu’ «Arnaud», même dans le huis clos de son jour­nal, assis­tait-il, au début d’oc­to­bre, à la con­férence de presse qui lançait le NPS, tan­dis qu’un autre jour­nal­iste du Monde, assis plus loin dans la salle, posait les ques­tions pour un arti­cle »
Guy Ben­hamou, qui écrit en 2004 Arnaud Mon­te­bourg, l’am­bi­tion à tout prix, donne des détails sur cette rela­tion. Arnaud Mon­te­bourg, à l’époque con­nu comme avo­cat, n’a été cité que sept fois en 1994 dans Le Monde. « En revanche, l’an­née suiv­ante, Mon­te­bourg appa­raît dans trente-sept arti­cles », alors que Hervé Gat­teg­no vient d’y arriv­er. Et « cet accès priv­ilégié à un jour­nal­iste du Monde, Mon­te­bourg sait le faire partager ». Notam­ment à un de ses con­frères, Jean-Marc Fedi­da dont le client est érein­té dans un arti­cle de Gat­teg­no : il obtient que l’av­o­cat et le jour­nal­iste se rencontrent.
Au cours de ses papiers dans Le Point, même après son départ, il prend posi­tion tour à tour en défense de Nico­las Sarkozy acca­blé par les juges, con­tre les Le Pen – et pour l’ex­clu­sion du père du FN – ou encore pour une ingérence inter­na­tionale et française con­tre Bachar-el-Assad en Syrie. Son arrivée début 2022 au quo­ti­di­en économique L’Opinion sem­ble mar­quer un tour­nant plus macro­niste que sarkozyste.
Collaborations
Il fig­ure par­mi les inter­venants de l’as­so­ci­a­tion artis­tique et philosophique Arte-Filosofia, créée à Cannes en 2001, et qui organ­ise les Ren­con­tres de Cannes chaque année.
Publications

1997 : « Jour­nal­isme et recel : aspects jour­nal­is­tiques », dans Jean-Yves Dupeux (dir.) et Alain Lacabarats (dir.), Lib­erté de la presse et droits de la per­son­ne, actes du col­loque organ­isé le 20 juin 1997 par le Tri­bunal de grande instance de Paris et l’Or­dre des avo­cats à la Cour de Paris, Dal­loz, coll. « Thèmes et com­men­taires », Paris, 163 p. p. 131–136
1998 : L’Af­faire Dumas, Stock, Paris, 278 p. ; nouv. éd. aug. sous-titrée Dernière édi­tion avant procès, 2001, 400 p., au sujet de l’affaire Dumas
2006 : L’Ir­re­spon­s­able : Une prési­dence française, 1995–2007, Stock, Paris, 303 p., au sujet de la prési­dence Chirac
2007 : Femmes au pou­voir : Réc­its et con­fi­dences, avec Anne-Cécile Sar­fati et la col­lab­o­ra­tion de Myr­i­am Lev­ain, Stock, Paris, 401 p.

Ce qu’il gagne
Il gag­nait 8000 € par mois au Point, selon Bakchich (2007).
Sa nébuleuse
Edwy Plenel : Hervé Gat­teg­no est con­sid­éré comme un « bébé Plenel » (Pierre Péan/Philippe Cohen, La face cachée du Monde, Mille et une nuits, 2003). Il a signé un appel qui demandait son main­tien comme rédac­teur-chef du Monde. Néan­moins, ils se seraient depuis fâchés, d’abord à cause du refus d’Hervé Gat­teg­no de rejoin­dre Médi­a­part lancé en 2008, puis de leur con­cur­rence sur l’affaire Bet­ten­court. À Libéra­tion, il con­fie : « J’ai par­ticipé aux pre­mières réu­nions [de Medi­a­part], je n’ai pas sen­ti le pro­jet, explique-t-il. Edwy est un jour­nal­iste excep­tion­nel. J’ai passé quelques-unes des meilleures années de ma vie pro­fes­sion­nelle avec lui. Mais il a besoin de con­tre-pou­voirs et j’ai sen­ti qu’il n’en aurait pas à Medi­a­part. Au Monde, la dimen­sion et la diver­sité de la rédac­tion agis­saient comme un sur­moi. Sa devise était : “Penser con­tre soi-même.” Croyez-vous vrai­ment qu’il le fasse encore ? ».
« Edwy Plenel repère Hervé Gat­teg­no après la paru­tion d’un arti­cle le con­cer­nant dans Le Nou­v­el Obser­va­teur. En 1992, il le recrute au Monde pour ren­forcer les effec­tifs du ser­vice inves­ti­ga­tion. Plenel ne se con­tente pas de flair­er le tal­ent de l’en­quê­teur, il devient, selon cer­tains, son “père spir­ituel”. Le mimétisme opère tant que Gat­teg­no se met même à fumer le cig­a­re, rap­por­tent plusieurs témoins de l’époque » (L’Express, 26/4/2018, op. Cit.)
Marc Francelet, qui aurait facil­ité son pas­sage du Monde au Point : « Francelet se vante d’avoir tiré une belle épine du pied de son ami Gat­teg­no, qui était tri­card au Monde, en le faisant embauch­er par l’hebdo Le Point, à 8 000 euros men­su­el » (Bakchich, 18/9/2007, op.cit)
Alexan­dre Djouhri (Chal­lenges, 2018, mais aus­si Medi­a­part en 2016). Il se trou­ve en effet qu’un « rap­port trans­mis aux juges, le 26 novem­bre 2014, par l’Office anti-cor­rup­tion (OCLCIFF), relève par ailleurs que « les inves­ti­ga­tions met­tent en évi­dence le rôle act­if d’Alexandre Djouhri vis-à-vis d’Hervé Gat­teg­no ». Et plus encore : « L’analyse des fadettes (fac­tures détail­lées) du portable suisse util­isé par Alexan­dre Djouhri fait appa­raître, en jan­vi­er 2013, 61 com­mu­ni­ca­tions entre le jour­nal­iste et l’intermédiaire en un an. Le 3 mai 2012, jour de l’exfiltration de Bachir Saleh, l’ancien directeur de cab­i­net de Mouam­mar Kad­hafi, de Paris vers le Niger, la ligne d’Alexandre Djouhri, qui est l’organisateur de la fuite, enreg­istre « une com­mu­ni­ca­tion de 17 min­utes » avec Hervé Gat­teg­no », relève Medi­a­part (op. cit)En 2021, Libéra­tion pré­cise que les deux hommes se con­nais­sent depuis bien plus longtemps, au moins depuis l’affaire Elf en 1994 : «“Le rôle du jour­nal­iste du Monde Hervé Gat­teg­no était tel qu’il s’agis­sait presque d’une par­tie au dossier, avec des fuites inces­santes”, s’exclame un mag­is­trat. Alors «Mon­sieur Afrique» d’Elf, André Taral­lo, craint que ses turpi­tudes soient dévoilées et con­fie sa «com­mu­ni­ca­tion» à Alexan­dre Djouhri, un ancien loulou de ban­lieue qui va bien­tôt se mou­voir dans les couliss­es du pou­voir et con­naît déjà Gat­teg­no.»
Paul Bar­ril, d’après Gilles Gaet­ner (les jour­nal­istes ne devraient pas dire ça : quand la presse va trop loin… ou pas assez, 2017). Ce dernier lui donne des tuyaux, dont deux au moins sont crevés. En 1994 Bar­ril cer­ti­fie que grâce à la boîte noire, l’on pour­ra trou­ver la cause du crash du Fal­con 50 du prési­dent rwandais Juvé­nal Hab­ya­ri­mana le 6 avril 1994, prob­lème l’avion n’avait pas de boîte noire.
En 2002, nou­veau crash… lorsque Gat­teg­no laisse enten­dre dans Le Monde que la mai­son con­séquente con­stru­ite au cap d’An­tibes par le pro­mo­teur Chris­t­ian Pel­lerin devait héberg­er Mit­ter­rand dans ses vieux jours, l’an­cien prési­dent aurait même vis­ité les lieux le 29 novem­bre 1989. Ce jour là il était à Athènes, comme le con­firme son exé­cu­teur tes­ta­men­taire André Rousselet.
Il l’a dit
« Il est à peu près cer­tain que Bachar el-Assad utilise des armes chim­iques con­tre son peu­ple. Face à cela, même des livraisons de mis­siles ne suf­fi­raient pas — ce serait une façon com­mode de s’im­pli­quer sans agir. C’est l’in­ter­ven­tion d’une force inter­na­tionale qui s’im­pose », Le Point, 29/05/2013.
« Si le FN a un hon­neur et si la “dédi­a­boli­sa­tion” dont on nous rebat les oreilles existe vrai­ment, Marine Le Pen peut le prou­ver en exclu­ant son père », Le Point, 21/06/2013.
Il faut « sup­primer le défilé mil­i­taire du 14 juil­let », a‑t-il plaidé sur RMC/BFM-TV le 11/07/2014. Et de renchérir : « la parade annuelle de nos armées est inutile et anachronique – il n’y a plus que les dic­tatures qui le font. C’est un déplace­ment de force déplacé. Et une démon­stra­tion de force gra­tu­ite qui est plutôt cou­teuse (en argent, en temps et en car­bu­rant – sans par­ler de l’empreinte car­bone). Donc on pour­rait s’en dis­penser sans trans­former la fête nationale en défaite nationale ».
« Emmanuel Macron est encore plus diviseur qu’Ar­naud Mon­te­bourg », RMC/BFM-TV, 09/06/2015.
« Penser con­tre soi-même », dis­ait jadis le grand jour­nal­iste auprès de qui, au Monde durant qua­torze ans, j’ai appris tant de choses sur notre méti­er et la spé­cial­ité d’enquêteur, les efforts par­ti­c­uliers qu’elle exige et les rudess­es aux­quelles elle expose. Il s’appelait Edwy Plenel. Il faut croire que ce pré­cepte n’a plus cours dans le média qu’il dirige, tant les cer­ti­tudes y tien­nent lieu de véri­fi­ca­tions, tant les pré­sup­posés y sup­plantent les recoupe­ments », droit de réponse à Medi­a­part, 25/11/2016.
« Nico­las Sarkozy n’est pas traité comme un jus­ti­cia­ble ordi­naire […] Il y a une com­péti­tion entre les mag­is­trats pour avoir Nico­las Sarkozy dans son bureau», RMC/BFM-TV, 16/02/2017.
« Si on veut un débat sérieux, un débat où on abor­de les vrais thèmes, il faut se con­cen­tr­er sur les can­di­dats qui peu­vent pré­ten­dre vrai­ment gou­vern­er le pays. Vous savez, avec onze can­di­dats, dont un com­plo­tiste, deux trot­skistes et celui qui veut colonis­er la planète Mars, ce n’est plus un débat, c’est un jeu télévisé », Europe 1, 19/3/2017, au sujet de la volon­té de TF1 de n’in­viter au débat que cinq des onze can­di­dats à la prési­den­tielle [cité par Acrimed]
« Mon grand dis­cours, en interne comme à l’extérieur, c’est qu’il faut en finir avec le fatal­isme de la presse imprimée », CBNews, 03/09/2017.
« La phrase qu’on m’a enten­du dire cent fois ici c’est : “Quand on est le Jour­nal du Dimanche, on peut être soit le dernier jour­nal de la semaine, soit le pre­mier de la semaine qui vient “. Et évidem­ment, nous avons choisi d’être le plus sou­vent pos­si­ble le jour­nal qui donne le tem­po de la semaine. Celui qui va lancer l’info qui va faire tout le début de la semaine […] Le deux­ième objec­tif c’est de con­sid­ér­er que le JDD a voca­tion à être un jour­nal de qual­ité, voire de référence, dans la presse du week-end. Nos con­cur­rents, en dehors des chaînes d’info con­tin­ues et du télé­phone, ce sont le Parisien dimanche, l’Equipe et tous les sup­plé­ments domini­caux de la presse quo­ti­di­enne régionale. Dans cet univers nous devons nous situer comme le jour­nal qui touche des gens qui appar­ti­en­nent à des milieux un peu plus qual­i­fiés, qui s’intéressent à la cul­ture, à l’actualité inter­na­tionale, à l’économie. Nous ne sommes pas un jour­nal pop­u­laire, nous sommes un jour­nal grand pub­lic de qual­ité », ibid.
« Il y a une dou­ble page d’enquête. C’est un long réc­it, d’un seul ten­ant, pour don­ner de la majesté au texte. Je crois beau­coup à cette forme d’écriture. J’ai été au Monde, au Point, j’ai fait par­tie de l’équipe de créa­tion de Van­i­ty Fair et je crois aux textes longs pour peu que le sujet en vaille la peine, que l’enquête soit de qual­ité et qu’il soit bien écrit. Nos études nous dis­ent que nous avons un temps de lec­ture qui est prob­a­ble­ment le plus long de tous les heb­dos français », ibid.
« Nous sommes un heb­do­madaire qui a une force unique puisqu’il est le seul à boucler deux heures avant sa paru­tion. Ça veut dire que jusqu’à minu­it le same­di, on peut chang­er des choses dans le jour­nal. […] Nous sommes un heb­do­madaire avec la réac­tiv­ité d’un quo­ti­di­en », ibid.
« Nous devons – et nous y arrivons — avoir un scoop au min­i­mum par semaine. C’est très impor­tant pour la mar­que du JDD », ibid.
« Avec Macron c’est je décide, on ne dis­cute pas », le JDD, 18/03/2018.
« C’est une fierté de diriger un jour­nal comme Paris Match. C’est le pre­mier jour­nal français, le pre­mier en ter­mes de pres­tige, le pre­mier par les ventes. C’est plus de 500.000 exem­plaires par semaine, c’est le titre français le plus con­nu dans le monde », Europe 1, 31/10/2019.
« Ain­si donc, Nico­las Sarkozy était coupable. C’est ce qu’a estimé le tri­bunal qui lui a infligé une peine infamante (dont il a fait appel) : trois ans de prison dont un an ferme pour « traf­ic d’influence » et « cor­rup­tion » — une pre­mière s’agissant d’un ancien chef d’État, ont relevé les experts. Coupable, mais de quoi exacte­ment ? Dif­fi­cile à dire », Paris Match, 11/03/2021.
« Les principes : si la loi protège nos enquêtes et nos sources, ce n’est pas pour cou­vrir les turpi­tudes des jour­nal­istes mais pour garan­tir le droit des citoyens à être informés. En démoc­ra­tie, on n’enquête pas avec les moyens de l’État sur les jour­naux qui déplaisent, on n’arrête pas les jour­nal­istes dont les écrits dérangent ; la police ne fouille pas leurs ordi­na­teurs ni ne sur­veille leurs télé­phones. Dis­ons-le ici avec force : Paris Match n’a com­mis aucun délit, soudoyé ni manip­ulé per­son­ne, par­ticipé à aucune manœu­vre con­traire à l’éthique », Libéra­tion, 09/06/2021.
« Je ne suis pas sarkozyste. Je n’ai jamais voté pour lui et n’ai pas l’inten­tion de le faire. Il le sait, je le lui ai dit. Dans ma généra­tion, je suis un des rares jour­nal­istes qui ne le tutoie pas », Libéra­tion, 08/07/2021.
On l’a dit à son sujet
« Alexan­dre Djouhri se serait van­té de pou­voir intox­i­quer la presse, notam­ment Hervé Gat­teg­no », Pierre Péan, La République des mal­lettes, éd. Fayard 2014
« Avant de faire le choix de ne plus met­tre les pieds à Paris à la suite de la mise en exa­m­en de Claude Guéant en 2015, Djouhri pou­vait télé­phon­er à Ramzi Khi­roun, con­seiller d’Ar­naud Lagardère et porte-parole de Lagardère SCA, pour se plain­dre d’un arti­cle de Paris Match, ou encore deman­der à Hervé Gat­teg­no, ancien rédac­teur en chef de Van­i­ty Fair et aujourd’hui directeur de la rédac­tion du Jour­nal du dimanche (JDD), de sor­tir « des con­ner­ies » sur les uns et les autres. « Ah bah, bien sûr ! », lui répondait le patron du JDD », Medi­a­part, 14/11/2016.
« Com­mencée il y a plus de cinq ans, en juil­let 2011, l’enquête de Medi­a­part sur les liens d’argent entre la dic­tature libyenne et le clan sarkozyste s’est longtemps heurtée à un dén­i­gre­ment médi­a­tique, con­tes­tant le sérieux et la crédi­bil­ité de nos révéla­tions, aujourd’hui ample­ment con­fir­mées et large­ment pro­longées par les infor­ma­tions judi­ci­aires et les inves­ti­ga­tions poli­cières. Sans jamais sol­liciter notre rédac­tion […] et par con­séquent sans lui-même respecter le con­tra­dic­toire dont aujourd’hui il se fait l’avocat, Hervé Gat­teg­no fut à l’avant-garde de cette cam­pagne, accor­dant crédit à un faux témoin […] et relayant la ver­sion men­songère d’un seul ancien dig­ni­taire libyen, Bachir Saleh […] Venant d’un jour­nal­iste ayant la répu­ta­tion d’un inves­ti­ga­teur rigoureux, cet aveu­gle­ment incom­préhen­si­ble a fini par intriguer les enquê­teurs de la police judi­ci­aire […] ils ont tenu à faire état sur procès-ver­bal de leurs décou­vertes et de leurs inter­ro­ga­tions sur les manœu­vres auprès des médias de l’intermédiaire Alexan­dre Djouhri, agis­sant explicite­ment dans l’intérêt de Nico­las Sarkozy dont il est proche, notam­ment auprès du groupe Lagardère que notre con­frère a, depuis, rejoint. Loin de vouloir enseign­er la déon­tolo­gie à Hervé Gat­teg­no, notre arti­cle se con­tentait de ren­dre compte de cet éton­nement polici­er », Edwy Plenel, réponse au droit de réponse à Medi­a­part, 25/11/2016, op. Cit.
« Ce n’est pas nou­veau : Le Point est à l’investigation jour­nal­is­tique ce que Bernard Mad­off est à la finance… Et quand le mag­a­zine dépêche l’un de ses plus fins lim­iers — le très respec­té et respectable Hervé Gat­teg­no — sur la piste de Julien Coupat, les révéla­tions tombent comme des obus à Ver­dun. Un très bel exem­ple de ce que le jour­nal­isme peut pro­duire de plus infâme », Arti­cle 11, 29/04/2009.
« Par son expéri­ence incon­testable, ses qual­ités pro­fes­sion­nelles recon­nues et son car­ac­tère, Hervé Gat­teg­no garan­tit l’ex­i­gence jour­nal­is­tique du JDD, son indépen­dance rédac­tion­nelle et la pour­suite des pro­jets engagés, en par­ti­c­uli­er la réforme de sa maque­tte, le développe­ment numérique et le rap­proche­ment avec Europe 1 », Denis Olivennes à son sujet, 28/06/2016.
« Pas vrai­ment un hasard si [Sarkozy] a choisi de dégain­er dans [le JDD]. Pour le com­pren­dre, il suf­fit de con­naître la guerre frat­ri­cide qui oppose depuis près d’une décen­nie Edwy Plenel et Hervé Gat­teg­no, l’actuel directeur de la rédac­tion du JDD. Accorder un entre­tien à Gat­teg­no, c’est l’as­sur­ance de pou­voir gliss­er une pique con­tre Plenel au pas­sage. », L’Express, 16/04/2018.
« Hervé Gat­teg­no a vraisem­blable­ment des comptes à régler avec son passé plénelien », Fab­rice Arfi à ce sujet, ibid.
« Peu importe si le sujet ne cor­re­spond pas à la ligne édi­to­ri­ale de Van­i­ty Fair. Peu importe si les arti­cles sont glob­ale­ment mal reçus par les jour­nal­istes de la rédac­tion. Hervé Gat­teg­no, lui, en est sûr : Nico­las Sarkozy est inno­cent, et il ne se prive pas de l’écrire », ibid.
« Je vois que ce sondage est dif­fusé dans le JDD. J’ai déje­uné avec le patron du Jour­nal du Dimanche, Mon­sieur Gat­tég­no, et  il m’a dit, “Madame Le Pen, je ne suis pas tenu par le CSA, par con­séquent, lais­sez-moi vous expli­quer la chose suiv­ante : je ne vous inter­view­erai jamais dans mon jour­nal et je vous trait­erai exacte­ment comme je traite le Nou­veau Par­ti Ant­i­cap­i­tal­iste d’Olivier Besan­cenot, un par­ti qui fait 1 % des voix.” C’est un jour­nal mil­i­tant et il a le droit de l’être », Marine Le Pen, Dimanche en poli­tique, France Info, 28/03/2021.
« La pre­mière fois que je l’ai ren­con­tré, il m’a dit qu’il avait vu Sarkozy pen­dant l’été au cap Nègre. Quelques jours plus tard, peu avant que Mon­te­bourg se déclare à la pri­maire de la gauche en 2016, il m’a com­mandé un arti­cle en me dis­ant : “Arnaud n’a pas de pro­gramme, il faut que tu fass­es comme s’il avait des idées” […] Sa rela­tion aux poli­tiques est assumée. Il a des amis, des affidés, des gens qu’il sert », Cécile Amar, ex-jour­nal­iste au JDD, Libéra­tion, 08/07/2021.
« Ces dernières années, Gat­teg­no ne fer­raille plus con­tre les puis­sants mais leur trou­ve toutes les cir­con­stances atténu­antes face aux “erre­ments d’une jus­tice débous­solée, tantôt dés­in­volte et tan­tôt tyran­nique”, écrit-il dans Match. Il est prompt à dénon­cer un “com­plot des juges”, rarement les manip­u­la­tions visant à tromper la jus­tice finan­cière. “Il avait été au par­ti des juges, il est désor­mais passé à celui des avo­cats”, sourit une robe noire. L’avo­cat Jean Veil, un ami, l’encense en soulig­nant que “lui, au moins, ne piège pas les gens sur lesquels il écrit”.La présomp­tion d’inno­cence pré­vaut à ses yeux sur les soupçons judi­ci­aires et, du coup, plutôt que de porter la plume dans la plaie, il tend le micro : rarement aux faibles et aux petits, surtout à des per­son­nal­ités défendues par des avo­cats influ­ents tel Jean Veil, Hervé Temime, Jacque­line Laf­font. Qui, dev­enue son avo­cate, défend le fameux Safa ou Nico­las Sarkozy », Libéra­tion, 08/07/2021.
Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo RMC (DR)

Written by Observatoire du Journalisme

Qui sommes-nous ? Un groupe de citoyens intéressés par le monde de l’information, son évolution, son influence, aussi ses dérives.
Le quatrième pouvoir est devenu le premier pouvoir. Celui qui fait et défait les réputations. Celui qui modèle l’opinion. Assailli par des milliers de messages, le lecteur, l’auditeur, le spectateur est souvent dans un état de sidération. Nous souhaitons l’aider à prendre du recul, à mieux comprendre d’où vient l’information et comment elle peut parfois être filtrée ou biaisée.
C’est dans cet esprit que nous avons créé l’Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique (OJIM). Nous souhaitons que nos lecteurs participent à notre entreprise sous forme collaborative. Proposez-nous des modifications de portraits ou d’analyse de réseaux, des articles sur l’évolution des médias (proposez un article). Contribuez aussi financièrement (aidez-nous).
Avec nous devenez observateurs. Merci, et à tout de suite.
Claude Chollet
Président de l’OJIM

Bobards d’Or 2022, les votes sont ouverts

Que se cache-t-il derrière la crise ukrainienne ?