in

Anna Cabana : la Miss Ibiza de Jean-Michel Blanquer

C’est une nouvelle relation incestueuse entre le monde politique et la sphère médiatique qui passe mal : alors que le ministre de l’Éducation nationale était critiqué pour avoir annoncé le protocole sanitaire dans les écoles depuis Ibiza, son lieu de vacances, c’est sa femme, la journaliste Anna Cabana, qui s’est chargée d’organiser sur la chaîne i24 News un débat télévisé pour évoquer la polémique.

Incep­tion. Anna Cabana ani­me un débat sur ses pro­pres vacances de Noël avec @jmblanquer https://t.co/tzDfatz34c
— Gabriel Robin (@gabirobfrance) Jan­u­ary 19, 2022

À la tête de sa pro­pre émis­sion sur la chaîne i24 News, Anna Cabana s’est elle-même fait, le mar­di 18 jan­vi­er 2022, l’écho de la polémique qui atteint son époux, le min­istre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blan­quer au détour d’une émis­sion con­sacrée à « Jean-Michel Blan­quer, au cœur de la tem­pête ».
Une journaliste dans la tempête
« Hier soir, sur le plateau, je ne me suis pas cachée ». Si elle s’est défendue d’avoir « fait [s]on tra­vail de jour­nal­iste de manière hon­nête », l’ancienne jour­nal­iste de Mar­i­anne, Grand Reporter au Point, habituée des plateaux de télévi­sion (édi­to­ri­al­iste sur BFM TV) n’a pas daigné pré­cis­er le lien qui l’unissait à l’homme au cœur de la polémique. Celle qui occupe désor­mais une bonne place au Jour­nal du Dimanche, qui rece­vait sur son plateau des invités com­plaisants à l’égard de son époux, a déploré qu’il lui soit fait reproche d’un statut pour lequel elle souligne avoir déjà « payé le prix fort ». « Tapez mon nom sur Inter­net, s’insurge cette élève de Nico­las Dom­e­n­ach, qu’elle tient pour son men­tor. C’est partout. C’est même écrit sur ma fiche Wikipé­dia ! Aujourd’hui, tout le monde sait que je suis la com­pagne de Jean-Michel Blan­quer. Je ne peux pas en pay­er la fac­ture tous les jours ». Une expli­ca­tion embar­rassée, si le micro­cosme con­naît ses liens avec le min­istre, 99% des téléspec­ta­teurs l’ignorent.
Quoiqu’il en soit, sur son plateau, ses invités pren­nent pour elle la défense de l’embarrassant époux. A l’image d’Absnousse Shal­mani, jour­nal­iste qui avait déclaré avoir voté Macron en 2017, qui n’hésite pas à défendre bec et ongle le min­istre : « on est en train de mon­tr­er du doigt un min­istre de l’Éducation qui a réus­si à main­tenir les écoles ouvertes, quoi qu’il en coûte. (…) Au lieu de célébr­er une réus­site française, ça passe à l’as, parce que Ibiza. »
Une femme trop proche de ses sujets
Anna Cabana n’en est pas à la pre­mière polémique : on lui reprochait déjà dans les années 2015 une « trop grande prox­im­ité avec les sujets de ses arti­cles, et […] de par­ticiper à un détourne­ment de la poli­tique par la psy­cholo­gie ». Elle s’était d’ailleurs illus­trée pour ses pro­pos d’une neu­tral­ité con­testable sur le prési­dent de la République, con­cé­dant à pro­pos d’Emmanuel Macron : « Il impres­sionne tout le monde […] ses con­seillers, ses min­istres […] ils sont tous bluffés. […] Il est excep­tion­nel […] Il y a dans son tem­péra­ment, son intel­li­gence, dans la chimie excep­tion­nelle de son être […] qui paral­yse le fonc­tion­nement autour de lui et la cir­cu­la­tion de l’information ». De telles déc­la­ra­tions qui ne sont vraisem­blable­ment pour la jour­nal­iste que la man­i­fes­ta­tion de son tra­vail impar­tial, puisqu’elle n’hésite pas à déclar­er : « C’est extra­or­di­naire­ment injuste d’avoir une sus­pi­cion sur l’honnêteté de mes pris­es de posi­tion et de mes édi­to­ri­aux… ».
Une polémique surréaliste aux yeux de son protagoniste
« Que m’aurait-on dit si je n’avais pas, hier, traité de l’événement d’actualité du jour, c’est-à-dire la crise poli­tique autour de Jean-Michel Blan­quer ? On aurait dit que je ne fais pas mon tra­vail. […] Ne pas faire ce débat m’a paru sur­réal­iste ». Dans les colonnes du Figaro.fr, Anna Cabana exprime toute son incom­préhen­sion face à la polémique qui l’atteint.  Elle n’est pas le pre­mier jour­nal­iste à entretenir de très proches rela­tions avec le milieu poli­tique : en novem­bre 2021, Thomas Sot­to n’avait-il pas été pointé du doigt pour entretenir une rela­tion avec la con­seil­lère de Jean Cas­tex, Maya­da Bou­los ? Et surtout pourquoi ne pas indi­quer à l’antenne en direct sa rela­tion bien con­nue avec le min­istre ? Chas­sez le naturel…

Written by Observatoire du Journalisme

Qui sommes-nous ? Un groupe de citoyens intéressés par le monde de l’information, son évolution, son influence, aussi ses dérives.
Le quatrième pouvoir est devenu le premier pouvoir. Celui qui fait et défait les réputations. Celui qui modèle l’opinion. Assailli par des milliers de messages, le lecteur, l’auditeur, le spectateur est souvent dans un état de sidération. Nous souhaitons l’aider à prendre du recul, à mieux comprendre d’où vient l’information et comment elle peut parfois être filtrée ou biaisée.
C’est dans cet esprit que nous avons créé l’Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique (OJIM). Nous souhaitons que nos lecteurs participent à notre entreprise sous forme collaborative. Proposez-nous des modifications de portraits ou d’analyse de réseaux, des articles sur l’évolution des médias (proposez un article). Contribuez aussi financièrement (aidez-nous).
Avec nous devenez observateurs. Merci, et à tout de suite.
Claude Chollet
Président de l’OJIM

Braquages chez Chanel et Chopard: sept accusés condamnés à des peines de 2 à 16 ans de prison

Livres en danger : regard sur les nouveaux censeurs