in

Vivendi reconvertit Prisma vers le numérique

Nous vous l’avions annoncé début 2021, Vivendi était sur les rangs pour racheter les magazines de Prisma. C’est chose faite depuis le printemps, avec une nette orientation vers le numérique.
Prisma, combien de divisions ?
Le vendeur, l’Allemand Ber­tels­mann souhaitait s’alléger en France et a mis sur la table RTL et M6 lorgnés par TF1. En même temps, il quitte la presse papi­er en France, avec sa petite armée de mag­a­zines. Des rég­i­ments légers dans le presse fémi­nine (Femme Actuelle, Gala, Voici), des rég­i­ments blind­és dans le presse économique (Cap­i­tal, Man­age­ment), des rég­i­ments d’infanterie de marine dans la presse de voy­age (Geo, Nation­al Geo­graph­ic), quelques rég­i­ments d’artillerie dans la presse TV (Télé Loisirs, Télé 2 semaines) et bien d’autres, 22 titres au total. Plus de 1200 per­son­nes en France (sans compter les pigistes), 300M de CA, 10% de béné­fice. Le tout est dans la poche de Viven­di depuis 6 mois, qui fait le ménage.
Moins de papier, plus de numérique
Le mag­a­zine Neon, bimestriel papi­er lancé en 2012, va pass­er à une ver­sion 100% en ligne à par­tir du début de 2022. De son côté le men­su­el Man­age­ment va devenir bimestriel à la même date. Le pôle « pre­mi­um » (source Let­tre A) va béné­fici­er de la créa­tion d’un poste de directeur du numérique dont vont prof­iter les titres phares Geo, ça m’intéresse, Cap­i­tal, et Man­age­ment déjà cité.
Le tout sous la houlette de Claire Léost, anci­enne respon­s­able de CMI, le groupe du Tchèque Daniel Křetín­ský. L’arrêt du site Busi­ness Insid­er (sous licence améri­caine) ne devrait pas arrêter le mou­ve­ment vers la digitalisation.
Voir aus­si : groupe Bol­loré, infographie

Written by Observatoire du Journalisme

Qui sommes-nous ? Un groupe de citoyens intéressés par le monde de l’information, son évolution, son influence, aussi ses dérives.
Le quatrième pouvoir est devenu le premier pouvoir. Celui qui fait et défait les réputations. Celui qui modèle l’opinion. Assailli par des milliers de messages, le lecteur, l’auditeur, le spectateur est souvent dans un état de sidération. Nous souhaitons l’aider à prendre du recul, à mieux comprendre d’où vient l’information et comment elle peut parfois être filtrée ou biaisée.
C’est dans cet esprit que nous avons créé l’Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique (OJIM). Nous souhaitons que nos lecteurs participent à notre entreprise sous forme collaborative. Proposez-nous des modifications de portraits ou d’analyse de réseaux, des articles sur l’évolution des médias (proposez un article). Contribuez aussi financièrement (aidez-nous).
Avec nous devenez observateurs. Merci, et à tout de suite.
Claude Chollet
Président de l’OJIM

Éric Zemmour en visite à Marseille : la presse quotidienne regarde le doigt et ignore le ciel

Vague, fais-moi peur !