in

Facebook : liste noire secrète des « Individus et organismes dangereux (DIO) »

The Intercept est un site américain « liberal » au sens anglo-saxon du terme, c’est-à-dire progressiste. Il a publié en octobre 2021 un long article sur les individus et les organisations classés « dangereux » par Facebook. Même si le contexte américain est fort différent du contexte européen, même si certaines analyses nous semblent biaisées, il nous a semblé intéressant de livrer à nos lecteurs la traduction en français de ce document brut.
Depuis 2012 Face­book empêche les inter­nautes de s’ex­primer libre­ment, sous cou­vert de les pro­téger du ter­ror­isme. De cette même époque date, dans les règles régis­sant la com­mu­nauté de Face­book, la mise au ban d’« organ­ismes étant con­nus pour leurs activ­ités ter­ror­istes ou crim­inelles. » Ce règle­ment a pris depuis des pro­por­tions démesurées pour résul­ter dans une poli­tique rel­a­tive à toute per­son­ne ou organ­isme con­sid­érés comme « DIO » (Dan­ger­ous Indi­vid­u­als and Orga­ni­za­tions — Indi­vidus et organ­ismes dan­gereux) : un ensem­ble de restric­tions sur ce que près de 3 mil­liards d’u­til­isa­teurs de Face­book ont le droit d’ex­primer à pro­pos de per­son­nes ou d’en­tités jugées hors cadre, dont la liste déjà très con­séquente, ne cesse d’augmenter.
Un système inexplicable qui punit de manière disproportionnée certaines communautés
Cette liste noire regroupe plus de 4 000 per­son­nes et organ­ismes : per­son­nal­ités poli­tiques, écrivains, organ­i­sa­tions car­i­ta­tives, hôpi­taux, morceaux de musique et per­son­nages his­toriques. Des juristes et des défenseurs des lib­ertés civiles en ont demandé la pub­li­ca­tion afin que les util­isa­teurs sachent quand leurs mes­sages risquent d’être sup­primés ou leur compte sus­pendu pour avoir pris une posi­tion favor­able à un élé­ment listé. Face­book a refusé à plusieurs repris­es de le faire, affir­mant que cela met­trait en dan­ger ses employés et per­me­t­trait aux entités inter­dites de con­tourn­er sa poli­tique, sans pour autant fournir d’in­for­ma­tions sur une men­ace spé­ci­fique pour son per­son­nel. Par ailleurs, son con­seil de sur­veil­lance a formelle­ment recom­mandé à plusieurs repris­es de pub­li­er la liste, le doc­u­ment étant d’in­térêt public.
“Face­book met les util­isa­teurs dans une posi­tion presque impos­si­ble en leur dis­ant qu’ils ne peu­vent pas pub­li­er sur des groupes et des indi­vidus dan­gereux tout en refu­sant d’i­den­ti­fi­er publique­ment qui l’en­tre­prise con­sid­ère comme tels”, a déclaré Faiza Patel, codi­rec­trice du Cen­tre Bren­nan pour la lib­erté de la jus­tice. La liste et les règles afférentes sem­blent claire­ment incar­n­er les inquié­tudes améri­caines, les préoc­cu­pa­tions poli­tiques et les ori­en­ta­tions de la poli­tique étrangère des États-Unis depuis le 11 sep­tem­bre même si la poli­tique DIO vise théorique­ment à pro­téger tous les util­isa­teurs de Face­book et s’ap­plique aus­si à ceux qui rési­dent en dehors des États-Unis (la grande majorité). Toute per­son­ne ou organ­i­sa­tion fig­u­rant sur la liste est con­sid­érée comme un enne­mi ou une men­ace par l’Amérique ou ses alliés ; plus de la moitié d’en­tre elles sont des ter­ror­istes étrangers pré­sumés, au sujet desquels toute dis­cus­sion est soumise aux censeurs les plus sévères de Facebook.
Les inter­dic­tions sur les com­men­taires visant les mil­ices antigou­verne­men­tales, à pré­dom­i­nance blanche, sont beau­coup moins strictes que celles con­cer­nant les groupes et les indi­vidus réper­toriés comme ter­ror­istes, prin­ci­pale­ment issus du Moyen-Ori­ent et d’Asie du Sud, les musul­mans ou les mem­bres d’or­gan­ismes crim­inels vio­lents, majori­taire­ment com­posés de Noirs et de Lati­nos. Face­book traite “d’une main de fer cer­taines com­mu­nautés et d’une main plus mesurée cer­taines autres”, a déclaré Ángel Díaz, pro­fesseur à la fac­ulté de droit de l’U­CLA qui recherche et écrit sur l’im­pact des poli­tiques de mod­éra­tion de Face­book sur les com­mu­nautés marginalisées.
Le directeur des poli­tiques de Face­book pour la lutte con­tre le ter­ror­isme et les organ­i­sa­tions dan­gereuses, Bri­an Fish­man, a expliqué que l’en­tre­prise gar­dait la liste secrète car « [c]‘est un espace accusatoire, nous essayons d’être aus­si trans­par­ents que pos­si­ble, tout en priv­ilé­giant la sécu­rité, en lim­i­tant les risques juridiques et en empêchant ces groupes de con­tourn­er nos règles. Il a ajouté : « Nous ne voulons pas de ter­ror­istes, de groupes haineux ou d’or­gan­i­sa­tions crim­inelles sur notre plate-forme, c’est pourquoi nous les inter­dis­ons et sup­p­ri­mons les con­tenus qui les louent, les représen­tent ou les sou­ti­en­nent. Une équipe de plus de 350 spé­cial­istes se con­cen­tre sur le blocage de ces organ­i­sa­tions et l’é­val­u­a­tion des men­aces émer­gentes. Nous inter­dis­ons actuelle­ment des mil­liers d’or­gan­i­sa­tions, dont plus de 250 groupes de supré­macistes blancs, aux niveaux les plus élevés de nos poli­tiques et met­tons régulière­ment à jour notre cadre de mesures et la liste des organ­i­sa­tions devant être interdites. »
Après le géno­cide au Myan­mar, Face­book a recon­nu être prob­a­ble­ment devenu le sys­tème le plus puis­sant jamais mis en place pour la dis­tri­b­u­tion algo­rith­mique mon­di­ale de l’inci­ta­tion à la vio­lence. Ne rien faire face à cette réal­ité serait con­sid­éré comme une nég­li­gence grossière par une grande par­tie du pub­lic – alors même que les ten­ta­tives de l’en­tre­prise pour con­trôler la lib­erté d’ex­pres­sion de mil­liards d’in­ter­nautes dans le monde sont large­ment con­sid­érées comme de l’au­to­cratie. La liste représente la ten­ta­tive d’une entre­prise privée, forte d’une con­cen­tra­tion de pou­voir his­torique­ment sans précé­dent, d’emprise sur la lib­erté d’ex­pres­sion mondiale.
La liste est divisée en caté­gories : Haine, Crime, Ter­ror­isme, Mou­ve­ments soci­aux mil­i­tarisés et Acteurs externes vio­lents. Ces caté­gories ont été artic­ulées en un sys­tème à trois niveaux selon des règles énon­cées par Face­book fin juin dernier, chaque niveau cor­re­spon­dant à des restric­tions de la lib­erté d’ex­pres­sion. Con­ceptuelle­ment larges, elles con­cer­nent en fait cer­tains groupes raci­aux ou religieux bien précis.
Des niveaux qui déterminent ce que les utilisateurs sont autorisés à exprimer sur les entités interdites
Quiconque fig­u­rant sur la liste noire n’a pas le droit de s’ex­primer sur les plate-formes de Face­book et les util­isa­teurs ne sont pas autorisés à se présen­ter en tant que mem­bres d’un groupe y étant répertorié.
Le niveau 1 est le plus strict. Tout sem­blant d’éloge ou de sou­tien envers les groupes et les per­son­nes y appar­tenant, même non vio­lents, est inter­dit. Il com­prend les groupes pré­sumés ter­ror­istes, haineux et crim­inels et leurs mem­bres pré­sumés, le ter­ror­isme étant défi­ni comme « l’or­gan­i­sa­tion ou l’inci­ta­tion à la vio­lence con­tre des civils » et la haine comme « déshu­man­isant ou pré­con­isant à plusieurs repris­es des préju­dices con­tre » des per­son­nes ayant des car­ac­téris­tiques pro­tégées. La caté­gorie crim­inelle de niveau 1 est presque entière­ment con­sti­tuée de gangs de rue améri­cains et de car­tels de drogue — prin­ci­pale­ment com­posés de Noirs et de Latinos.
La caté­gorie ter­ror­iste, qui représente 70 % du niveau 1, regroupe majori­taire­ment des organ­i­sa­tions et des indi­vidus du Moyen-Ori­ent et d’Asie du Sud. Face­book tient la plu­part des noms de cette caté­gorie directe­ment du gou­verne­ment améri­cain : près de 1 000 références men­tion­nent comme source de désig­na­tion le « SDGT », ou Spe­cial­ly Des­ig­nat­ed Glob­al Ter­ror­ists, une liste tenue par le Min­istère des Finances et créé par George W. Bush au lende­main des atten­tats du 11 sep­tem­bre. Autres sources citées, le Ter­ror­ism Research & Analy­sis Con­sor­tium, une base de don­nées privée d’ex­trémistes vio­lents pré­sumés, et SITE, une opéra­tion privée de traque du ter­ror­isme, au passé con­tro­ver­sé. “Un mot arabe peut avoir qua­tre ou cinq sens dif­férents”, déclarait Michael Scheuer, ancien chef au sein de la CIA du groupe de tra­vail con­cer­nant Ous­sama ben Laden, au New York­er Times en 2006, sig­nalant que SITE choi­sis­sait prob­a­ble­ment en général la “tra­duc­tion la plus guer­rière”. Il sem­blerait que Face­book, mal­gré une affir­ma­tion con­traire, ait tra­vail­lé avec ses homo­logues de la Big Tech pour établir la liste noire : une référence com­por­tait une note indi­quant qu’elle avait été « com­plétée » par un mem­bre haut placé du per­son­nel de Google qui tra­vail­lait aupar­a­vant sur les ques­tions liées au terrorisme.
Près de 500 groupes haineux sont réper­toriés au niveau 1, dont plus de 250 organ­i­sa­tions supré­macistes blanch­es référencées par Fish­man, mais Faiza Patel, du Bren­nan Cen­ter, a noté que des cen­taines de groupes de mil­ices de droite à pré­dom­i­nance blanche, sim­i­laires aux groupes haineux, sont « traités légère­ment » et placés au niveau 3. Ce niveau rassem­ble des groupes non vio­lents mais qui, s’é­tant livrés à plusieurs repris­es à des dis­cours de haine, pour­raient le devenir rapi­de­ment, ou cer­tains ayant enfreint à plusieurs repris­es les règles DIO. Les util­isa­teurs de Face­book sont libres de dis­cuter des références de niveau 3.
« Les listes sem­blent créer deux sys­tèmes dis­parates, les sanc­tions les plus lour­des étant appliquées aux régions et com­mu­nautés forte­ment musul­manes », écrit Patel. Les dif­férences entre les niveaux 1 et 3 « font penser que Face­book – comme le gou­verne­ment améri­cain – con­sid­ère les musul­mans comme les plus dangereux ».
Les mil­ices anti-gou­verne­men­tales, par­mi celles qui sont traitées « plus légère­ment », “présen­tent la men­ace [l’ex­trémisme vio­lent domes­tique] la plus meur­trière” pour les États-Unis, selon cer­tains respon­s­ables du ren­seigne­ment et de nom­breux chercheurs, car elles dis­posent d’un cap­i­tal poli­tique et d’un sou­tien con­sid­érable de la droite améri­caine. Par exem­ple, un mou­ve­ment qui prône une sec­onde guerre de Séces­sion est référencé comme mou­ve­ment social mil­i­tarisé, ce qui le soumet aux règles rel­a­tive­ment indul­gentes du niveau 3.
Un porte-parole de Face­book a caté­gorique­ment nié que l’en­tre­prise accorde un traite­ment spé­cial aux groupes d’ex­trême droite améri­cains : « Quand les groupes améri­cains cor­re­spon­dent à notre déf­i­ni­tion de ter­ror­istes, ils sont désignés comme tels (par exem­ple, la divi­sion Atom­waf­fen ou l’Or­dre nation­al-social­iste). Lorsqu’ils cor­re­spon­dent à notre déf­i­ni­tion des groupes haineux, ils sont désignés comme des organ­i­sa­tions haineuses (par exem­ple, Proud Boys ou Patri­ot Front) ».
Il a qual­i­fié le traite­ment des mil­ices par Face­book de régle­men­ta­tion agres­sive plutôt que de relâche­ment, affir­mant que la liste con­cer­nant 900 de ces groupes « est par­mi les plus solides » au monde : « La caté­gorie des Mou­ve­ments soci­aux mil­i­tarisés a été dévelop­pée en 2020 explicite­ment pour élargir l’éven­tail des organ­ismes soumis à nos poli­tiques DOI. Notre poli­tique con­cer­nant les mil­ices est la plus forte de l’in­dus­trie. » Il a ajouté : « Il con­vient de not­er que notre approche des groupes haineux de la supré­matie blanche et des organ­i­sa­tions ter­ror­istes est bien plus agres­sive que celle de n’im­porte quel gou­verne­ment. Notre déf­i­ni­tion du ter­ror­isme est détail­lée et a été élaborée avec la con­tri­bu­tion impor­tante d’ex­perts et d’u­ni­ver­si­taires. Elle est indépen­dante de la reli­gion, de la région, des per­spec­tives poli­tiques ou de l’idéolo­gie. Nous avons désigné de nom­breuses organ­i­sa­tions basées en dehors du Moyen-Ori­ent et de l’Asie du Sud comme ter­ror­istes, en Amérique du Nord et en Europe occi­den­tale (comme l’Or­dre nation­al-social­iste, la Divi­sion Feuerkrieg ou l’Ar­mée répub­li­caine irlandaise). Sur la liste noire, cepen­dant, le nom­bre de groupes ter­ror­istes réper­toriés basés en Amérique du Nord ou en Europe occi­den­tale ne s’élève qu’à quelques dizaines sur plus d’un millier.
Bien que la liste noire com­prenne une rib­am­belle de com­man­dants de l’État islamique et de mil­i­tants d’Al-Qaï­da dont le côté menaçant n’est pas sujet à con­tro­verse, il serait dif­fi­cile de soutenir que cer­taines références con­stituent un dan­ger pour qui que ce soit. Face­book copi­ant sa poli­tique de sanc­tions sur celle des États-Unis – une poli­tique qui vise à punir les adver­saires inter­na­tionaux plutôt que de déter­min­er la « dan­gerosité », c’est ain­si que des entre­pris­es comme l’Iran Trac­tor Man­u­fac­tur­ing Com­pa­ny (n.d.t. : Entre­prise des tracteurs d’I­ran) et le Pales­tine Relief and Devel­op­ment Fund (n.d.t. : Fonds de sec­ours et de développe­ment de la Pales­tine), une organ­i­sa­tion d’aide basée au Roy­aume-Uni, sont classés par­mi les organ­i­sa­tions ter­ror­istes de niveau 1. « Lorsqu’une plate-forme mon­di­ale choisit d’align­er ses poli­tiques sur les États-Unis — qui ont longtemps exer­cé leur hégé­monie sur une très grande par­tie du monde (et en par­ti­c­uli­er, au cours des vingt dernières années, sur de nom­breux pays à pré­dom­i­nance musul­mane), elle ne fait que recréer ces mêmes dif­férences de pou­voir et priv­er de leur autonomie des groupes et des indi­vidus déjà vul­nérables », a déclaré Jil­lian York, direc­trice de la lib­erté d’ex­pres­sion inter­na­tionale à l’Elec­tron­ic Fron­tier Foundation/EFF.
La déf­i­ni­tion expan­sive de « dan­gereux » pour Face­book con­cerne tout autant des morceaux de musique, chaînes de télévi­sion, stu­dios de jeux vidéo, com­pag­nies aéri­ennes ou la fac­ulté de médecine tra­vail­lant sur le vac­cin iranien Covid-19 tout comme de nom­breux per­son­nages his­toriques décédés depuis longtemps (Joseph Goebbels et Ben­i­to Mus­soli­ni, par exemple).
Lignes directrices confuses
Des doc­u­ments internes guident les mod­éra­teurs tout au long du proces­sus de cen­sure con­cer­nant les per­son­nes et les groupes mis sur liste noire, étab­lis­sant ce que sig­ni­fie « louer », « soutenir » ou « représen­ter » un mem­bre de la liste et expli­quant en détail com­ment iden­ti­fi­er les com­men­taires inter­dits. Face­book four­nit aux util­isa­teurs un ensem­ble de direc­tives mais ne pub­lie que des exem­ples peu pré­cis de la sig­ni­fi­ca­tion de ces ter­mes, plutôt que des déf­i­ni­tions. En interne par con­tre, sont don­nés non seule­ment des déf­i­ni­tions, mais aus­si des exem­ples beau­coup plus détail­lés, ain­si qu’une liste ver­tig­ineuse d’hy­pothès­es et de cas lim­ites pour aider à déter­min­er com­ment traiter un élé­ment de con­tenu signalé.
L’ef­fec­tif mon­di­al de con­trôle de con­tenu de Face­book, une armée de sous-trai­tants payés à l’heure et sou­vent trau­ma­tisés par la nature graphique de leur tra­vail, est cen­sé utilis­er ces déf­i­ni­tions et exem­ples pour déter­min­er si un mes­sage con­stitue un « éloge » inter­dit ou atteint le seuil de « sou­tien », entre autres, éval­u­ant les pro­pos de mil­liards de per­son­nes issues de cen­taines de pays et d’in­nom­brables cul­tures, au moyen d’une grille d’é­val­u­a­tion ordon­née et imposée par la Sil­i­con Val­ley. Bien que ces mod­éra­teurs fonc­tion­nent en tan­dem avec des sys­tèmes de logi­ciels automa­tisés, déter­min­er ce qui est « éloge » et ce qui ne l’est pas, relève sou­vent du juge­ment per­son­nel. « Cela laisse la lourde tache d’es­say­er de sécuris­er Face­book à des mod­éra­teurs de con­tenu exter­nal­isés, sous-payés et sur­chargés de tra­vail, oblig­és de faire de leur mieux dans leur sit­u­a­tion géo­graphique, leur langue et leur con­texte spé­ci­fiques », a déclaré Martha Dark, direc­trice de Fox­glove, un groupe d’aide juridique qui tra­vaille avec des modérateurs.
Selon les doc­u­ments internes de Face­book, les util­isa­teurs sont autorisés à par­ler des entités de niveau 1 tant que ce dis­cours est neu­tre ou cri­tique, tout com­men­taire con­sid­éré comme posi­tif pou­vant être inter­prété comme un « éloge ». Il est inter­dit de  faire quoi que ce soit qui « cherche à faire penser les autres de manière plus pos­i­tive » ou à « légitimer » une per­son­ne ou un groupe de niveau 1 ou à « s’align­er » sur leur cause ; « les déc­la­ra­tions présen­tées sous la forme d’un fait sur les moti­va­tions de l’en­tité » sont accept­a­bles, mais tout ce qui « glo­ri­fie l’en­tité en util­isant des adjec­tifs, des phras­es, des images, etc. » ne l’est pas. Les util­isa­teurs sont autorisés à dire qu’une per­son­ne que Face­book con­sid­ère comme dan­gereuse ” n’est pas une men­ace, per­ti­nente ou digne d’at­ten­tion “, mais ils ne peu­vent pas dire qu’ils ” sou­ti­en­nent ” une per­son­ne qu’ils pensent avoir été incluse à tort sur la liste — cela étant con­sid­éré comme s’align­er. Les mod­éra­teurs doivent décider eux-mêmes ce qui con­stitue une « glo­ri­fi­ca­tion » dan­gereuse par rap­port à un « dis­cours neu­tre » ou ce qui compte comme « débat uni­ver­si­taire » ou « dis­cours infor­matif et édu­catif » — pour des mil­liards de personnes.
Déter­min­er quel con­tenu répond aux déf­i­ni­tions est une « lutte », selon un mod­éra­teur de Face­book tra­vail­lant en dehors des États-Unis qui a répon­du aux ques­tions de The Inter­cept sous cou­vert d’anonymat. Cette per­son­ne a déclaré que les ana­lystes « ont générale­ment du mal à recon­naître le dis­cours poli­tique et la con­damna­tion ». Par ailleurs, « [L]es représen­ta­tions fic­tives [d’in­di­vidus dan­gereux] ne sont autorisées que si elles sont partagées dans un con­texte de con­damna­tion ou d’in­for­ma­tion, ce qui sig­ni­fie que le partage d’une pho­to de film, par exem­ple, pour­ra être inter­dit, tout comme celui d’un mème avec l’ac­teur jouant Pablo Esco­bar. Ces dif­fi­cultés sont d’au­tant plus grandes qu’un mod­éra­teur doit essay­er d’é­val­uer com­ment ses col­lègues jugeraient le mes­sage, puisque leurs déci­sions respec­tives sont com­parées. “Un ana­lyste doit essay­er de prévoir quelle déci­sion un con­trôleur de la qual­ité ou une majorité de mod­éra­teurs prendraient, ce qui n’est sou­vent pas si facile”, a déclaré le même modérateur.
Les règles de Face­book con­stituent “un risque sérieux pour le débat poli­tique et la lib­erté d’ex­pres­sion”, selon Patel, en par­ti­c­uli­er dans le monde musul­man, où les groupes réper­toriés par la DIO font par­tie du tis­su sociopoli­tique. Ce qui ressem­ble à de la glo­ri­fi­ca­tion dans un bureau aux États-Unis, “dans un cer­tain con­texte, pour­rait être con­sid­éré [comme] de sim­ples déc­la­ra­tions de faits”, a con­venu York de l’EFF. « Les per­son­nes vivant dans des endroits où les soi-dis­ant groupes ter­ror­istes jouent un rôle dans la gou­ver­nance doivent pou­voir dis­cuter de ces groupes avec nuance, et la poli­tique de Face­book ne le per­met pas. » Le mod­éra­teur préc­ité, qui tra­vaille hors des États-Unis, a con­venu que la liste reflète une con­cep­tion améri­can­isée du dan­ger : « Les désig­na­tions sem­blent être basées sur des intérêts améri­cains », ce qui « ne représente pas la réal­ité poli­tique de ces pays ».
La déf­i­ni­tion de Face­book du « groupe de sou­tien aux actes de vio­lence au sein des man­i­fes­ta­tions », une sous-caté­gorie de Mou­ve­ments soci­aux mil­i­tarisés, cen­sure d’une manière par­ti­c­ulière­ment déroutante. Ce type de groupe con­cerne tout “acteur en marge de l’é­tat” qui s’en­gage à “représen­ter [ou] dépein­dre … des actes de vio­lence de rue con­tre des civils ou des forces de l’or­dre”, ain­si que “des incendies crim­inels, des pil­lages ou autres destruc­tions de biens privés ou publics . ” Telle qu’elle est rédigée, cette poli­tique per­me­t­trait à Face­book d’ap­pli­quer cette éti­quette à pra­tique­ment n’im­porte quelle organ­i­sa­tion de presse cou­vrant – représen­tant ou décrivant donc — une man­i­fes­ta­tion de rue qui entraîne des dom­mages matériels, ou de punir tout télécharge­ment des pho­tos de ces actes.
D’après Díaz, Face­book devrait expli­quer com­ment sont appliquées les règles liées aux man­i­fes­ta­tions. L’en­tre­prise sup­primera-t-elle immé­di­ate­ment les pages d’or­gan­i­sa­tion de man­i­fes­ta­tions dès qu’un incendie ou d’autres dom­mages matériels se pro­duiront ? “Les normes qu’ils artic­u­lent ici sug­gèrent que [la liste DIO] pour­rait inclure de nom­breux man­i­fes­tants act­ifs” selon elle. Con­for­mé­ment à la DIO, deux organ­ismes de médias ant­i­cap­i­tal­istes, Crime­thinc et It’s Going Down, ont été inter­dits par Face­book en 2020 et désignés comme mou­ve­ments soci­aux mil­i­tarisés et « mil­ices armées ». Un représen­tant de It’s Going Down a déclaré que “les médias de tout le spec­tre poli­tique rap­por­tent des affron­te­ments dans la rue, des grèves, des émeutes et des destruc­tions de biens mais il sem­blerait que si Face­book n’aime pas l’analyse… ou l’opin­ion don­née sur les raisons pour lesquelles des mil­lions de per­son­nes sont descen­dues dans la rue l’été dernier pen­dant la pandémie (le plus grand défer­lement de l’his­toire des États-Unis), vous êtes tout sim­ple­ment exclu du débat. » It’s going down a spé­ci­fique­ment nié être une mil­ice armée ou un mou­ve­ment mil­i­tarisé, se con­sid­érant plutôt comme une plate-forme médi­a­tique « présen­tant des infor­ma­tions, des opin­ions, des analy­ses et des pod­casts d’un point de vue anar­chiste ». Un représen­tant de Crime­thinc a égale­ment nié que le groupe soit armé ou mil­i­tarisé, le décrivant comme un média et un édi­teur de livres.
Les direc­tives internes lais­sent égale­ment des lacunes déroutantes. La plate-forme ayant joué un rôle sen­si­ble dans la facil­i­ta­tion d’un géno­cide au Myan­mar, l’un des dirigeants de l’en­tre­prise, Alex Warof­ka, a écrit : “Nous con­venons que nous pou­vons et devons faire plus” pour “empêch­er que notre plate-forme ne soit util­isée pour fomenter la divi­sion et inciter à la vio­lence hors ligne”. Une inter­dic­tion néan­moins très rel­a­tive, Face­book per­me­t­tant expressé­ment cer­tains appels à la vio­lence. Une déc­la­ra­tion telle que : « Nous devri­ons envahir la Libye » est con­sid­érée comme juste, car, selon le porte-parole de Face­book : « Le but de cette dis­po­si­tion est de per­me­t­tre un débat sur la stratégie mil­i­taire et la guerre, qui est une réal­ité du monde dans lequel nous vivons ». Il a cepen­dant recon­nu qu’elle per­me­t­trait des appels à la vio­lence con­tre un pays, une ville, ou un groupe ter­ror­iste, don­nant par ailleurs comme exem­ple de com­men­taire autorisé dans la dernière caté­gorie une déc­la­ra­tion ciblant un indi­vidu : « Nous devri­ons tuer Ous­sama ben Laden ».
Suppressions sévères de la liberté d’expression sur le Moyen-Orient
L’ap­pli­ca­tion de cette poli­tique con­duit à des résul­tats sur­prenants pour une entre­prise qui revendique la « libre expres­sion » comme principe fon­da­men­tal. En 2019, citant sa poli­tique DIO, Face­book a blo­qué un sym­po­sium uni­ver­si­taire en ligne, celui-ci met­tant en vedette Leila Khaled, liée à deux détourne­ments d’avion dans les années 1960 au cours desquels aucun pas­sager n’a été blessé. Khaled, aujour­d’hui âgée de 77 ans, est référencée comme ter­ror­iste sur la liste actuelle de Face­book. En févri­er, le con­seil de sur­veil­lance interne de l’en­tre­prise a décidé d’an­nuler la déci­sion de sup­primer un arti­cle met­tant en cause l’emprisonnement du révo­lu­tion­naire kurde de gauche Abdul­lah Öcalan, listé DIO, enlevé par les forces de ren­seigne­ment turques en 1999 avec l’aide des États-Unis. En juil­let, la jour­nal­iste Rania Khalek a pub­lié sur Insta­gram la pho­to d’un pan­neau d’af­fichage à l’ex­térieur de l’aéro­port inter­na­tion­al de Bag­dad sur lequel on voy­ait le général iranien Qas­sim Suleimani et le com­man­dant mil­i­taire irakien Abu Mah­di al-Muhan­dis, tous deux assas­s­inés par les États-Unis et tous deux sur la liste DIO. La pho­to a été rapi­de­ment sup­primée pour avoir enfreint la poli­tique con­cer­nant la «vio­lence ou les organ­i­sa­tions dan­gereuses». Dans un cour­riel, Khalek a déclaré à The Inter­cept : « Mon inten­tion était de mon­tr­er mon envi­ron­nement » et « le fait que [le pan­neau d’af­fichage soit] si bien placé à l’aéro­port où ils ont été assas­s­inés mon­tre com­ment ils sont perçus même par les autorités irakiennes ».
Plus récem­ment, la poli­tique de Face­book est entrée en col­li­sion avec le ren­verse­ment par les Tal­ibans du gou­verne­ment soutenu par les États-Unis en Afghanistan : la plate-forme a annon­cé qu’il était inter­dit aux Tal­ibans d’être présents sur ses appli­ca­tions. L’en­tre­prise se per­met de cen­sur­er la direc­tion poli­tique d’un pays tout entier et d’im­pos­er de sérieuses con­traintes à la lib­erté du pub­lic d’en dis­cuter ou même de la décrire. En mai, l’en­tre­prise a sup­primé des mes­sages de Pales­tiniens voulant doc­u­menter la vio­lence de l’É­tat israélien à la mosquée Al Aqsa, troisième site sacré de l’Is­lam, ses mod­éra­teurs l’ayant con­fon­due avec une organ­i­sa­tion référencée sur la liste noire dont le nom con­tient le terme “Al-Aqsa”, un terme com­mun à plusieurs organ­ismes. Le mois dernier, Face­book a cen­suré un util­isa­teur égyp­tien qui avait pub­lié un arti­cle de presse sur les Brigades Al-Qas­sam, l’ac­com­pa­g­nant en légende d’un « Ooh » en arabe. Al-Qas­sam n’ap­pa­raît pas sur la liste noire et son pro­pre Con­seil de sur­veil­lance a écrit que “Face­book n’a pas été en mesure d’ex­pli­quer pourquoi deux éval­u­a­teurs ont jugé que le con­tenu vio­lait la poli­tique de l’entreprise”.
Alors que les deux dernières décen­nies ont habitué de nom­breuses per­son­nes dans le monde à l’ex­is­tence de reg­istres secrets et de listes de sur­veil­lance, la liste noire indique que « nous avons atteint un point où Face­book ne se con­tente pas de respecter ou de repro­duire les poli­tiques améri­caines mais va bien au-delà d’elles.
“Nous ne devons surtout pas oubli­er que per­son­ne n’a élu poli­tique­ment Mark Zucker­berg, un homme qui n’a jamais occupé d’autre poste que celui de PDG de Face­book.” 
The Inter­cept a exam­iné une copie de la liste com­plète des DIO et en pub­lie une repro­duc­tion dans son inté­gral­ité, avec des mod­i­fi­ca­tions mineures pour en amélior­er la clarté, ain­si qu’un doc­u­ment créé pour aider les mod­éra­teurs de Face­book à décider quels mes­sages sup­primer et quels util­isa­teurs punir.
Source : theintercept.com Tra­duc­tion : AC

Written by Observatoire du Journalisme

Qui sommes-nous ? Un groupe de citoyens intéressés par le monde de l’information, son évolution, son influence, aussi ses dérives.
Le quatrième pouvoir est devenu le premier pouvoir. Celui qui fait et défait les réputations. Celui qui modèle l’opinion. Assailli par des milliers de messages, le lecteur, l’auditeur, le spectateur est souvent dans un état de sidération. Nous souhaitons l’aider à prendre du recul, à mieux comprendre d’où vient l’information et comment elle peut parfois être filtrée ou biaisée.
C’est dans cet esprit que nous avons créé l’Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique (OJIM). Nous souhaitons que nos lecteurs participent à notre entreprise sous forme collaborative. Proposez-nous des modifications de portraits ou d’analyse de réseaux, des articles sur l’évolution des médias (proposez un article). Contribuez aussi financièrement (aidez-nous).
Avec nous devenez observateurs. Merci, et à tout de suite.
Claude Chollet
Président de l’OJIM

Conférence « liberté d’expression à l’âge digital » : Claude Chollet (Ojim) à Budapest

Quand l’ordre des médecins adopte une déontologie à géométrie variable