in

Procès d’Éric Zemmour le 17 novembre 2021, un jour comme les Z’autres

Le 17 novembre 2021, Éric Zemmour comparaissait devant le tribunal correctionnel de Paris. Il y était jugé pour ses propos sur les mineurs étrangers « isolés » lors d’une émission sur CNews en septembre 2020. Par un curieux concours de circonstances, les journaux d’information ont ce jour-là juxtaposé deux autres informations accréditant l’existence d’un péril venant de l’extrême droite. L’OJIM saisit cette occasion pour revenir sur un phénomène médiatique courant mais assez rarement présenté : l’effet de halo, qui aboutit dans le cas présent à renforcer la présentation négative du « polémiste d’extrême droite ».
L’impossible critique des mineurs isolés
En France, l’immigration béné­fi­cie auprès de l’oligarchie d’une per­cep­tion pos­i­tive qu’il est dif­fi­cile de ne pas respecter. Éric Zem­mour et CNews, après tant d’autres, en ont fait la cru­elle expéri­ence. En mars 2021, la chaine CNews était con­damnée à une lourde sanc­tion pécu­ni­aire — 200 000 euros  — pour des pro­pos d’Éric Zem­mour sur les mineurs étrangers. L’Observatoire du jour­nal­isme soulig­nait à cette occa­sion dans un arti­cle l’impossible ou la dif­fi­cile con­fronta­tion des idées à ce sujet.
Nous con­sta­tions que le CSA n’avait absol­u­ment pas tenu compte de la rec­ti­fi­ca­tion des pre­miers pro­pos très généraux d’Éric Zem­mour sur les mineurs non accom­pa­g­nés, « tous délin­quants », par Chris­tine Kel­ly et par le jour­nal­iste lui-même. Les ver­tus du débat et de la con­fronta­tion des idées qui per­me­t­tent de s’approcher de la vérité sem­blent des notions étrangères tant au CSA qu’à cer­tains mag­is­trats, comme en témoigne le réquisi­toire du pro­cureur de la République lors de l’audience du 17 novem­bre. Celui-ci a en effet req­uis une con­damna­tion de 10 000 euros d’amende à l’encontre d’Éric Zemmour.
Quoi de nouveau le 17 novembre ?
En ce 17 novem­bre, les médias de grand chemin ont lors des bul­letins d’information dis­pen­sé deux autres infor­ma­tions immé­di­ate­ment avant ou après la peine req­uise par le pro­cureur de la République con­tre Éric Zem­mour : la dis­so­lu­tion du col­lec­tif angevin l’Alvarium, sou­vent présen­té à l’instar de Ouest-France comme un « grou­pus­cule iden­ti­taire » d’extrême droite et l’arrestation de deux mil­i­tants de la mou­vance « d’ul­tra­droite » pour repren­dre les ter­mes de France Bleu, qui étaient selon le min­istère de l’intérieur prêts à com­met­tre un attentat.
Bigre, ce 17 novem­bre, nous avons donc enten­du par­ler lors de nom­breux jour­naux d’information à la télévi­sion et à la radio successivement :

du nou­veau procès « du polémiste d’extrême droite, jugé pour provo­ca­tion à la haine raciale », comme le présente BFMTV ,
de l’arrestation de deux mil­i­tants d’ultra droite (vous sai­sis­sez la nuance ?) prêts à com­met­tre un attentat,
de la prob­a­ble dis­so­lu­tion d’un « groupe iden­ti­taire », sans aucun doute pour ses activ­ité illicites voire dan­gereuses pour la société,

Voilà qui ne peut qu’inquiéter le pais­i­ble citoyen qui aspire au respect de la démoc­ra­tie et de l’ordre républicain.
L’effet de halo, arme des communicants
Le procès d’un polémiste d’extrême droite, la prochaine dis­so­lu­tion d’un col­lec­tif « iden­ti­taire », l’arrestation d’activistes d’ultra-droite, la jux­ta­po­si­tion de ces infor­ma­tions accrédite non seule­ment l’existence d’un péril d’extrême droite, voire d’ultra droite. Elle aboutit à créer un effet de halo qui rejail­lit néga­tive­ment sur le « polémiste » et pos­si­ble can­di­dat à la prési­dence de la République.
L’effet de halo est un procédé bien con­nu des spé­cial­istes du mar­ket­ing. Il désigne une logique d’ef­fet sec­ondaire ou d’in­flu­ence d’un élé­ment sur un autre qui selon les cas peut être favor­able ou défa­vor­able. La jux­ta­po­si­tion le même jour d’éléments présen­tant une car­ac­téris­tique com­mune, la prox­im­ité avec l’extrême droite aboutit à créer chez l’auditeur, le lecteur ou le téléspec­ta­teur la con­vic­tion qu’il existe une ten­dance générale, présen­tée comme inquié­tante. Peu importe que les reg­istres soient totale­ment dif­férents, le débat d’idées en ce qui con­cerne Éric Zem­mour, la démarche sociale et com­mu­nau­taire en ce qui con­cerne l’Alvarium (lire à ce sujet l’article de Présent qui per­met de rétablir un peu les faits), des vel­léités ter­ror­istes en ce qui con­cerne les deux mil­i­tants arrêtés le 16 novembre.
L’AFP donne le ton
Plusieurs élé­ments con­courent à créer cet effet de halo totale­ment négatif et inquiétant :

les élé­ments de lan­gage. A l’occasion du procès d’Éric Zem­mour, l’AFP a dis­pen­sé le kit des élé­ments de lan­gage dis­qual­i­fi­ants à son encon­tre : on retrou­ve en effet dans de nom­breux arti­cles, comme celui du Parisien, écrit à par­tir d’une dépêche de l’AFP, les ter­mes de « polémiste d’extrême droite ». Un polémiste qui par nature n’est pas con­struc­tif, et qui est sec­taire et extrémiste s’il est d’extrême droite.
l’absence de tout élé­ment con­tra­dic­toire ou allant dans le sens d’une mod­éra­tion des accu­sa­tions à l’encontre des per­son­nes incrim­inées : peu importe en effet qu’Éric Zem­mour ait mod­éré ses accu­sa­tions de délin­quance à l’encontre des mineurs étrangers, peu importe que les charges à l’encontre de l’Alvarium aient l’épaisseur du papi­er à cigarette,
la con­comi­tance des infor­ma­tions. On ne peut s’empêcher d’être songeur voire dubi­tatif sur le cal­en­dri­er retenu par le min­istère de l’intérieur pour annon­cer la dis­so­lu­tion prochaine de l’Alvarium et l’arrestation de deux per­son­nes qui auraient des vel­léités d’attentats ter­ror­istes, la veille du procès d’Éric Zem­mour, alors que ces infor­ma­tions sont pen­dantes depuis quelques temps.

On savait notam­ment depuis l’affaire Fil­lon en 2017 que les cam­pagnes élec­torales étaient prop­ices à toutes les manœu­vres et toutes les mis­es en scène. Les événe­ments récents nous mon­trent que la cam­pagne élec­torale en vue de l’élection prési­den­tielle en avril 2022 pour­rait ne pas être si différente.

Written by Observatoire du Journalisme

Qui sommes-nous ? Un groupe de citoyens intéressés par le monde de l’information, son évolution, son influence, aussi ses dérives.
Le quatrième pouvoir est devenu le premier pouvoir. Celui qui fait et défait les réputations. Celui qui modèle l’opinion. Assailli par des milliers de messages, le lecteur, l’auditeur, le spectateur est souvent dans un état de sidération. Nous souhaitons l’aider à prendre du recul, à mieux comprendre d’où vient l’information et comment elle peut parfois être filtrée ou biaisée.
C’est dans cet esprit que nous avons créé l’Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique (OJIM). Nous souhaitons que nos lecteurs participent à notre entreprise sous forme collaborative. Proposez-nous des modifications de portraits ou d’analyse de réseaux, des articles sur l’évolution des médias (proposez un article). Contribuez aussi financièrement (aidez-nous).
Avec nous devenez observateurs. Merci, et à tout de suite.
Claude Chollet
Président de l’OJIM

(vidéo) Xavier Bertrand: « Celui qui ne veut pas se faire vacciner, il faut qu’il comprenne qu’il ne peut pas avoir aux mêmes services que ceux qui sont vaccinés »

Jérôme Bellay