Actualités AGDE Elections Municipales 2020

Malortigue secoue le cocotier et Midi Libre fait du Vent.

Ce vendredi 24 janvier, le quotidien régional Midi libre est revenu dans son édition locale au sujet de l’affaire Malortigue/D’Ettore. Il est vrai que depuis les révélations de Le D’Oc Info (un média numérique) de Montpellier, nous nous attendions tous à avoir un minimum de vérité dans ce dossier afin que nous puissions nous faire notre propre avis sur la question à maintenant 50 jours du premier tour des élections municipales.

Midi Libre : du grand journalisme au petit divertissement…

Hier en première page du quotidien régional, les agathois pouvaient lire « Île des loisirs: Gilles d’Ettore aux prises avec un contentieux foncier ». Alors, avec ce titre accrocheur et les rumeurs qui circulent en pleine campagne électorale, ils ont certainement été un paquet, à balancer une pièce sur le comptoir, en échange de cette « dépêche » s’empressant de la lire dans les minutes qui ont suivis !

Sauf que… il y a dû avoir beaucoup de déçus, car les temps ont changés et les médias avec. En effet, moi le premier, je m’attendais à avoir « des billes » pour pouvoir me faire un avis suite aux dernières révélations de Le d’Oc Info qui y a une semaine en a posé une sacré couche sur le premier magistrat de la ville d’Agde.

Mais rien de tout ça, on peut même sentir la gêne de Guilhem Richaud le Chef d’Agence de Béziers pour Midi Libre. D’ailleurs en lisant son billet, j’ai cru un instant qu’il allait finir par s’excuser d’exister et d’essayer de faire du journalisme…

Puis dans un premier temps, en « scanant » vite fait les pages, je n’ai rien trouvé sur le fond du dossier. Je me suis dit alors « relis bien mec, ils doivent forcément en parler »… Mais « que dalle ! J’ai chercher dans tous les sens, en long, en large et en travers, en version papier ou numérique, rien, nada !

Pourtant, dans son droit de réponse Gilles D’Ettore, dénonce une « mascarade » soit une manœuvre politique provenant de l’opposition. mais en cherchant à nouveau dans le »papier » de Midi Libre », je ne vois rien qui pourrait l’inquiéter ou le mettre en porte à faux pour les prochaines élections, puisque ce que nous apprend Midi Libre, tout le monde le sait déjà…

Alors pourquoi ? Comme la plupart des lecteurs agathois, je n’ai rien trouvé qui puisse m’éclaircir sur les sérieuses révélations publiées sur Le D’Oc Info et des graves soupçons qui pèsent sur Gilles D’Ettore et des personnes de son entourage.

Le quotidien régional nous a vendu de la non information. Un truc d’attrape -nigaud grâce auquel ils ont probablement vendu quelques exemplaires supplémentaires et ont ramassé quelques abonnements numériques au passage, mais rien qui puisse servir l’intérêt général.

Midi Libre ou Midi Enchaîné ?

Je vais sortir mon drapeau blanc pour dédouaner les journalistes et les rédacteurs du ML. Il faut reconnaître qu’il ne soit pas évident de pouvoir s’exprimer librement quand tu bosses pour un média et que ton PDG s’appelle Jean Michel BAYLET, PDG détenant le Groupe La Dépêche comprenant notamment le quotidien Midi Libre.

Il faut savoir que Monsieur BAYLET vient du Parti Radical de Gauche, à une vie politique bien chargée, a été Ministre à la fin du quinquennat d’Hollande et a soutenu Le Président Macron durant sa campagne électorale en 2017.

Localement, plus exactement à Béziers, le Parti Radical de Gauche a été historiquement détenu par un proche de Baylet, le père Toulza, avant que ce dernier ne fasse la passation à son fiston : Jerôme Toulza devenu Responsable Départemental de la République En Marche pour le département de l’Hérault et qui boxe avec Resplandy pour faire « tomber » Ménard…

Pour revenir à nos moutons, vous comprenez alors que la macronie ne va pas « tirer » sur un potentiel candidat, comme le laissait sous entendre le député Euzet (LREM) dans un communiqué paru dans Hérault Tribune : « nous envisageons de ne pas présenter de liste, se pose la question du soutien que nous pouvons accorder à l’un ou l’autre des candidats »

Avant d’ajouter:  » à l’heure où je vous parle, pas de demande de soutien direct ou indirect ni du premier, ni du second. Personne n’est donc en situation de nous convoquer pour une prise de position tranchée « à la va-vite » en fonction d’un agenda qui ne serait pas le nôtre. Propos qui datent du 12 décembre 2019.

Donc pour résumer et comprendre ce qu’est « la vrai » mascarade: prenez un shaker, mettez y tout ce « petit monde », ajoutez y une petite dose de clairvoyance, secouez quelques minutes et versez la préparation dans un grand verre de campagne électorale. Voilà c’est prêt ! Vous pouvez dégustez en toute confiance…

Allez, je file avant qu’ils ne viennent me chercher !

A l’époque, quand ML pouvait faire du journalisme, il avait d’ailleurs fait un article sur Jean Michel Baylet lui mème accusé de violation de codes des marchés publics, en 2004.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *