in

USA 2020: Un juge de Pennsylvanie a interrompu la certification des résultats des élections de l’État.

Le combat juridique du président Trump a remporté une bataille ce mercredi. En effet, un juge du tribunal de Pennsylvanie a soutenu les républicains pour remettre en question les résultats de l’État.

Pendant ce temps, les législateurs républicains de Pennsylvanie ont tenu une audition sur des accusations de fraude et d’irrégularités dans le dépouillement.

“ Tout ce que nous vous demandons, c’est que vous écoutiez les faits que nous présentons et que vous les évaluiez ensuite», a déclaré l’avocat principal de l’équipe juridique de la campagne Trump. “ Nous ne voulons priver personne de ses droits.” a ajouté Rudy Giuliani.

Maître Giuliani a présenté des témoins qui ont déclaré qu’en tant qu’observateurs de scrutin républicains désignés, ils n’avaient pas été autorisés à vérifié les bulletins de vote par correspondance à Philadelphie, Pittsburgh et dans d’autres État.

Plus de 670000 bulletins de vote n’ont pas été vérifiés et devraient être rejetés, selon la campagne Trump.

Un autre témoin qui a effectué une analyse des données, a déclaré qu’il semblait y avoir manipulation de la compilation des bulletins de vote.

Cette audience, organisée par le comité des politiques de la majorité du Sénat de Pennsylvanie, était informelle et s’est déroulée à l’hôtel Wyndham.

Le sénateur d’État David Argall, président du comité politique, a déclaré que cette audience constituait à examiner la conduite des élections au niveau local, du comté, de l’État et du gouvernement fédéral. Il a indiqué que son bureau avait reçu plusieurs dizaines de milliers d’appels d’électeurs contrariés par le déroulement de l’élection.

Donald Trump prévoyait d’assister à l’événement, mais la Maison Blanche a annulé ce déplacement après que l’un des principaux conseillers de campagne du président, Boris Epshteyn, ait annoncé qu’il avait été testé positif au COVID-19.

Le président Trump a parlé à distance par téléphone, appelant les personnes qui témoignaient et déposant des plaintes électorales de patriotes.

“ J’apprécie vraiment qu’on me demande de parler et je suis dans le bureau ovale en ce moment, et c’est très intéressant de voir ce qui se passe et ce fut une élection que nous avons gagnée facilement. Nous l’avons beaucoup gagné ”, a déclaré M. Trump. «Ce ne sont pas les États-Unis d’Amérique. Cette élection a été truquée et nous ne pouvons pas laisser cela se produire », a ajouté le président. “ Cette élection doit être inversée. ”

L’équipe juridique de M. Trump a déclaré aux législateurs qu’ils pouvaient assigner à comparaître les enveloppes pour les bulletins de vote par la poste pour examen, convoquer des élections spéciales ou choisir la liste Trump comme électeurs de l’État.

Alors que l’équipe juridique du président présentait son cas aux législateurs de Gettysburg, la juge Patricia McCullough du tribunal du Commonwealth de Pennsylvanie a rendu l’ordonnance de gel du processus de certification en attendant une audition des preuves prévue vendredi.

La secrétaire d’État de Pennsylvanie, Kathy Boockvar, et le gouverneur Tom Wolf, tous deux démocrates, ont annoncé mardi qu’ils avaient certifié les résultats et nommé M. Biden vainqueur.

Le procureur général de Pennsylvanie, Josh Shapiro, un démocrate, a déclaré que l’État ferait appel de l’ordonnance du juge McCullough devant la Cour suprême de l’État.

“Cet ordre n’a pas d’incidence sur la nomination des électeurs hier”, a-t-il tweeté.

Le procès demandant l’injonction a été intenté par deux républicains, le représentant américain Mike Kelly et le candidat au Congrès Sean Parnell.

La campagne de M. Trump a également déposé un appel en instance devant la 3ème Cour d’appel du circuit américain pour une poursuite qui a été rejetée cette semaine par un juge d’un tribunal de district fédéral.

La campagne a fait valoir que plusieurs comtés avaient violé la Constitution en traitant différemment les électeurs républicains et démocrates, laissant les électeurs des comtés à forte densité de démocrates corriger les erreurs sur les bulletins de vote par la poste et ne donnant pas la même opportunité aux électeurs des comtés républicains.

Un juge d’un tribunal inférieur a rejeté l’affaire samedi, affirmant qu’il n’y avait aucune preuve de fraude généralisée suffisante pour rejeter des centaines de milliers de bulletins de vote, mais l’équipe juridique du président a promis de se battre devant la Cour suprême.

La campagne et l’État de Pennsylvanie ont déposé leurs arguments auprès du tribunal, mais les plaidoiries n’avaient pas été programmées mercredi soir.

En Pennsylvanie, M. Biden mène M. Trump avec plus de 80 000 voix, soit 1,2%.

Le Wisconsin et la Géorgie, deux États où l’équipe de campagne de Trump se bat pour “rattraper” le retard

Près de trois semaines après les élections, M. Trump semble loin de son objectif de renverser le résultat projeté. Le chemin le plus probable vers la victoire pour le président Trump aurait été la Pennsylvanie. Si d’une manière ou d’une autre, il l’emportait encore là-bas, il devrait également annuler sa perte projetée dans au moins deux autres États pour atteindre les 270 voix électorales nécessaires pour remporter la Maison Blanche. C’est pour cela que la campagne se bat pour rattraper son retard dans le Wisconsin et la Géorgie.

Un recomptage est en cours au Wisconsin dans deux des plus grands comtés de l’État, et la campagne Trump fait pression pour un deuxième recomptage en Géorgie, mais exige cette fois-ci une correspondance des signatures pour les bulletins de vote par correspondance.

Le premier recomptage en Géorgie n’a pas changé les résultats montrant que M. Biden avait gagné, mais il a révélé plus de 3000 bulletins de vote qui n’avaient pas été initialement compilés. La découverte, cependant, n’a pas changé le résultat.

Joe Biden a recueilli les 16 votes du collège électoral de l’État par environ 12 600 voix, soit une marge de 0,2%. Pendant ce temps, le recomptage du Wisconsin ne se terminera probablement que juste avant la date limite de certification de l’État du 1er décembre.

Merci Romain GALVEZ

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Dr Vincent Reliquet : Folie sanitaire, politique, médiatique, financière

Dernière minute : En 2018, Trump avait déposé un décret pour “ingérence électorale”, mauvais temps pour les médias de masses. (Vidéo)