En France et partout dans le monde, le masque de protection est devenu ces dernières semaines un produit que l’on s’arrache à n’importe quel prix. Prétendu inutile pour se protéger du virus dans un premier temps ; désormais le gouvernement en a fait une condition pour la sortie du confinement. Alors que sa distribution commerciale s’organise activement sur l’ensemble du territoire, nous avons cherché à savoir à qui profite ce business… Et comme d’habitude, nous avons retrouvé les mêmes…

Masques et gel : quand l’Etat fait profiter l’oligarchie du juteux business.

Il y a encore peu de temps, les pharmaciens se plaignaient de ne pas être autorisés à commercialiser des masques de protection, alors qu’ils avaient, par le biais de leur réseau de distribution, la possibilité de s’approvisionner. Pour se défendre, le gouvernement justifiait devoir gérer des stocks tendus et priorisait la mise à disposition aux personnels soignants. Jusque là, rien de plus normal…

Sauf qu’en écoutant les prétextes et en cherchant un peu, on comprend pourquoi et surtout à qui cela profite. C’est d’ailleurs un télégramme du Ministre de l’intérieur, envoyé aux préfets le 17 mars 2020 qui nous a mis la puce à l’oreille, soit le lendemain, de l’annonce d’Emmanuel Macron d’un confinement intégral du Pays, Christophe Castaner s’attachait déjà à maintenir l’activité économique, appelant même les préfets à ne pas respecter scrupuleusement les consignes qu’il avait donné la veille, notamment concernant le décomptage des personnes dans les grandes surfaces.

Alors devant ce maintien de l’économie à tout prix, en soumettant de devoir respecter les conditions sanitaires (hygiène et protection des salariés), nous nous sommes dit qu’il devait probablement exister un réseau de distribution de protection (masques et gel hydroalcoolique) dédié aux entreprises.

Nous sommes alors allés chercher du côté du Ministère de l’économie. Et nous avons trouvé une plateforme de distribution en ligne, dont le nom de domaine est stopcovid19 .fr et qui a été enregistré par la société Mirakl le 18 mars 2020. (captures d’écran ci-dessous)

 

Mirakl, est une scale-up spécialisée dans les solutions innovantes et personnalisées destinées aux entreprises voulant développer une plateforme marketplace. Début 2019, elle a profité d’une levée de 70 millions de Dollars (62 millions d’Euros) menée par Bain Capital Ventures avec la participation de 83North, Felix Capital et Elaia Partners, ayant tous déjà investis dans Mirakl.

Autant dire que le gouvernement n’a pas choisi la startup innovante de la pépinière d’entreprise du coin, lorsque l’on sait qui est Frédéric Court PDG de Felix Capital, un niçois expatrié à Londres et qui gère un portefeuille de gros actionnaires. 

On trouve aussi Xavier LAZARUS co-fondateur du fond co-fondateur du fonds Elaia partners qu’Emmanuel Macron connaît très bien pour avoir fait attribué à son réseau de startups plus de 5 milliard d’Euros fin 2019 ou bien pour avoir fait le tour des plateaux TV à l’occasion de la campagne présidentielle de 2017, afin de faire dés éloges du candidat Macron, comme on peut le voir dans cette vidéo de BFM Business. On comprend aujourd’hui son enthousiasme de l’époque.

En pleine crise sanitaire, l’approche de Mirakl se veut généreuse en mettant à disposition gratuitement cette plateforme de mise en relation entre fournisseurs/fabricants et acheteurs professionnels. Toutefois, il est intéressant de savoir que ses investisseurs historiques : 83North et Felix Capital, Elaia Partners et notamment un certain Laurent Dassault, sont très heureux d’injecter des millions dans Mirakl.

En effet, Mirakl a pour ambition de révolutionner l’avenir du e-commerce via le modèle de plateforme, en net essor. Leader dans l’édition de logiciels marketplace, Mirakl fournit la technologie nécessaires au lancement d’une marketplace, permettant ainsi à ses clients B2B et B2C d’accélérer leur croissance e-commerce en offrant plus de produits et de services, sur le même modèle qu’Amazon. Après le COVID-19, le commerce électronique va croître encore plus rapidement (comme nous le constatons avec Shopify, Amazon) se félicitait un investisseur.

Un appui décomplexé du Ministre de l'Economie aux Investisseurs privés.

Dans un communiqué du 6 avril 2020 (que vous trouverez un peu plus bas), Bercy se félicite de soutenir la plateforme numérique et annonce qu’elle a déjà permis la commande de plus de 307 000 litres de gels et solutions hydro-alcooliques, 1 260 000 masques, et 130 000 masques alternatifs à usage professionnel non sanitaire. Début Avril la plateforme comprenait 68 vendeurs enregistrés (tous matériels confondus) et 1636 clients.

Alors une question se pose, pourquoi favoriser une petite partie de grands groupes au détriment de beaucoup d’entreprises locales. Si ce n’est que pour se positionner sur un nouveau marché.

Mais un autre débat encore plus incompréhensible a agité la toile, il y a quelques jours, lorsqu’ un pharmacien a déclaré : 

« On n’a pas le droit de vendre des masques. Je peux m’approvisionner en masques, sans l’aide de l’État. La majorité des pharmaciens peuvent le faire : il y a des réseaux, des filières. Mais, aujourd’hui, le pharmacien n’a pas le droit de vendre de masques, même pas le droit d’en acheter ».

On comprend sans peine la colère de ce professionnel qui voit ses collègues, ses clients et ses correspondants aller à la guerre désarmés et ne rien pouvoir faire, au motif que l’État a choisi de réquisitionner les stocks et dans sa grande compétence de se charger lui-même de la dotation des professionnels de santé, avec le succès qu’on lui connait…

Et de fait, cette colère est d’autant plus légitime qu’à dire vrai, des masques, il y en a partout, comme disait récemment un grossiste répartiteur, tandis que dans son cabinet, il reçoit entre 5 et 7 mails par semaine d’entreprises chinoises qui ont écrit à la France pour proposer des avions entiers de masques, et le tout sans aucun succès.

Nul doute que n’importe quel pharmacien et encore plus n’importe quel groupement pharmaceutique ferait mieux.

Le Conseil de l’Ordre des pharmaciens a cosigné, le 13 avril 2020 une lettre ouverte adressée au ministre de la Santé où il indique d’ailleurs

« Pour autant, en application de ces mêmes consignes, les pharmacies d’officine ne distribuent pas de masques chirurgicaux ou FFP2 au public, générant une incompréhension majeure, et souvent de l’agressivité, ce qui nécessite de la part des pharmaciens beaucoup de patience, d’explications et de temps »

La Macronie a donc fait le choix, encore une fois, de favoriser l’oligarchie malgré l’appel criant du peuple. C’est donc cela qu’ils appellent la souveraineté et  « LE MONDE D’APRÈS ».

Partagez l'info...

Back to Top

Log In

Forgot password?

Don't have an account? Register

Forgot password?

Enter your account data and we will send you a link to reset your password.

Your password reset link appears to be invalid or expired.

Log in

Privacy Policy

To use social login you have to agree with the storage and handling of your data by this website. %privacy_policy%

Add to Collection

No Collections

Here you'll find all collections you've created before.

Avant que vous ne partiez…

Inscrivez vous et recevez gratuitement notre newsletter chaque mois !

Nous ne spamons pas.

Close
Close