in , ,

Loi sur le séparatisme: En réalité une grave atteinte aux libertés pour “toutes et tous”

État d’urgence sanitaire, Sécurité Globale, Séparatisme : Les libertés démocratiques sont en train de s’éteindre.

Prétendument rendu nécessaire pour lutter contre l’islamisme radical, le projet de loi sur le séparatisme examiné cette semaine (renommé “pour le respect des principes de la République”), est en réalité un moyen détourné, pour la politique totalitaire de Macron, d’enfoncer le clou sur nos libertés individuelles et collectives.

Dans le large éventail des thématiques, on y trouve par exemple un long amendement qui vise à mieux “encadrer la modération des réseaux sociaux” tels que Facebook, Twitter ou YouTube, en reprenant certaines mesures du Digital Services Act européen.

Il s’agit là, pour le pouvoir, de ressortir du sac les dispositions de la loi Avia, censurée par le Conseil d’Etat. Plus concrètement, c’est un coup de lame qui va être donné sur la liberté d’expression et donc une censure massive à venir comme nous avons eu un échantillon lors de la mise à mort de Trump, par Big Tech.

Laetitia Avia (LREM), actuellement mise en examen pour harcèlement, souhaite “superviser” les modérations des plateformes de réseaux sociaux.

Ainsi concernant ce texte, il ne sera plus possible de dénoncer les trois maisons luxueuses et les quatre comptes en Suisse de votre député, pour le protéger (bien évidemment) de toute potentielle attaque terroriste. Cette loi va permettre de mettre hors état de nuire tout dissident, qui, identifié comme complotiste sera immédiatement classé persona non grata par un algorithme.

Parmi les textes liberticides, celui de la suppression du droit à l’instruction en famille

Les parents peuvent faire le choix de l’instruction familiale pour tout un tas de raisons. Trouver une pédagogie mieux adaptée aux besoins de leurs enfants (maladie, handicap), répondre à des moments particuliers de leur vie (adoption, déménagement), par exemple.

Mais au lieu de limiter l’instruction familiale, l’État veut aller au-delà en renforcant les contrôles et en surveillant les familles. “Le lien entre instruction en famille et séparatisme est difficile à mesurer, mais il existe”, a affirmé hier la rapporteure Anne Brugnera (LaREM).

Mais pour le Député de Courson (Libertés et Territoires), cette suppression de l’instruction en famille rappelle le régime nazi.

Pour Grégory Labille (udi), personne ne comprend ce que “l’instruction en famille” vient faire dans un projet de loi censé lutter contre le terrorisme.

Pour Anne Laure Blin (LR), les macronistes se trompent de cible.

L’article 18 rappelle la parenté de la disposition avec l’article 24 de la proposition de loi relative à la sécurité globale

Adoptée en Assemblée plénière le 26 novembre et publié au Journal officiel du 29 novembre 2020, la proposition de loi relative à la sécurité globale redessinait de manière préoccupante les contours d’une « nouvelle donne » sécuritaire, sans consultation préalable, alors même que le texte portait atteinte à de nombreux droits fondamentaux. Ce projet de loi avait été mis en standby par le gouvernement, suite aux nombreuses manifestations du mois de décembre.

Cependant, le pouvoir ne compte pas l’oublier et revient à la charge avec l’article 18, qui reprend les dispositions de l’article 24.

Emmanuelle Ménard, député de l’Hérault s’est opposé à l’article 18, indiquant qu’il existe déjà de nombreuses dispositions pour punir l’incitation au crime et au délit.

En conclusion, toute les quelques libertés qui nous reste sont en danger notamment avec le fichage des opinions politiques,religieuses,syndicales,philosophiques etc…

C’est prévu dans loi dite contre le séparatisme ! Et la liberté de la presse est concernée.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Les chiffres finiront par parler : A quoi jouent-ils ?

Big Tech: Bientôt un déploiement massif des caméras “intelligentes” pour détecter automatiquement le respect du port du masque et de la distanciation sociale.