in , , , ,

Entre le vaccin Spoutnik V, et l’affaire Navalny, l’Europe reçoit une leçon d’humilité.

La marionnette Navalny aux oubliettes ?

Emmanuel Macron, Vladimir Poutine et Angela Merkel au G20 à Hambourg, juillet 2017, illustration/Source: Reuters

Le vaccin russe contre le Covid-19, Spoutnik V, pourra être distribué en France s’il «correspond aux «normes scientifiques» et aux «exigences» européennes, a déclaré mercredi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

«Si Spoutnik est validé, homologué par l’Agence européenne du médicament et en France par la Haute autorité de santé, il n’y a aucun blocage pour qu’il soit diffusé, s’il correspond aux normes scientifiques et aux exigences de robustesse et de contrôle qui s’imposent en Europe», a-t-il dit sur la radio Europe 1.

«Les vaccins n’ont pas de nationalité. L’important, c’est d’avoir un médicament qui marche», a relevé le ministère français des Affaires étrangères.

De son côté, Emmanuel Macron a déclaré partager la position de la chancelière allemande Angela Merkel sur l’utilisation du vaccin russe contre le coronavirus Spoutnik V.

«Il y a plusieurs semaines, j’ai pris la décision d’envoyer une délégation scientifique en Russie pour des consultations. Ces consultations ont été positives. Aujourd’hui, nous avons vu des publications qui démontrent la grande efficacité du vaccin Spoutnik V», a déclaré Macron.

Il a également noté que l’utilisation du vaccin russe dans le pays nécessite l’approbation des régulateurs médicaux de l’Union européenne et de la France. Macron a souligné que « ce n’est pas une question politique, mais scientifique ».

Le magazine Lancet a publié du matériel avec les résultats de la troisième phase d’un essai clinique du médicament russe contre le coronavirus Spoutnik V: le vaccin s’est avéré être l’un des plus sûrs et des plus efficaces au monde.

L’affaire Navalny passée aux oubliettes ?

Alors qu’il y a quelques jours à peine, les dirigeants européens et les médias mainstream condamnaient sans relâche l’arrestation de l’agitateur Navalny – dénoncant une arrestation arbitraire suite à un présumé empoisonnement commandité par le méchant Poutine -, le discours diplomatique se veut désormais plus prudent, malgré les éléments de langage du président français.

Effectivement, après les ennuis de Pfizer concernant les effets secondaires sur certains lots et retards dans les livraisons de vaccins, l’Europe et particulièrement l’Allemagne, n’ont eu d’autres solutions que de se tourner vers la Russie.

Pourtant, Navalny compte sur l’assistance allemande au Conseil de l’Europe et à la Cour européenne des droits de l’homme. C’est ce qu’a déclaré son avocat allemand Nikolaos Gaceas.

Selon l’avocat, il s’attend à ce que les Etats membres du Conseil de l’Europe inscrivent l’arrestation de son client « à l’ordre du jour de la réunion du Comité des Ministres ».

Gatseas a suggéré que certaines violations auraient été commises lors de l’arrestation de Navalny. Nul doute qu’à l’heure actuelle l’affaire “Navalny” soit passée au dernier plan, pour le moment et probablement pour longtemps.

Extraits d’ articles tirés de News Front

Comments

Leave a Reply
  1. NAVALNY ou l’histoire de la grenouille qui voulait se faire aussi grande qu’un boeuf . Comment un  » citoyen russe  » peut devenir une pourriture ? Ce type n’a certainement pas de cervelle . Il ose apparaître en public ! UN TRAITRE A LA NATION !!!! Il devrait rester aux USA lécher les bottes de ses maîtres car sa seule place en RUSSIE est la prison .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Effets secondaires: Totalement laissée à l’abandon, Kristie lance un appel à l’aide dans cette vidéo.

Yvan Colonna, condamné pour la mort d’un Préfet en 1998, a entamé une grève de la faim.