in ,

Camp du bien: Biden bombarde la Syrie et lance un accord nucléaire avec l’Iran

Plus de deux douzaines de personnes tuées dans une frappe aérienne américaine dans l’est de la Syrie

Les Américains affirment avoir bombardé un groupe paramilitaire pro-iranien qui constitue une menace pour le contingent américain dans la région. Cependant, plus tôt, Joe Biden a annoncé son intention de ramener les États-Unis à un accord nucléaire avec l’Iran. Comment les paroles du président américain s’inscrivent-elles dans ses actions?

Vendredi soir, l’armée de l’air américaine a lancé plusieurs frappes dans la région de la ville syrienne d’Abu Kemal dans la province de Deir ez-Zor près de la frontière avec l’Irak. Le raid aérien a tué jusqu’à 22 personnes. Il est rapporté qu’il s’agissait de combattants du groupe chiite « Kataib Hezbollah », qui fait partie des « Forces de mobilisation populaire » (« Hashd al-Shaabi ») – formations pro-iraniennes de chiites irakiens. Comme l’explique TASS, les détachements de Hashd al-Shaabi combattent aux côtés de l’armée gouvernementale syrienne contre les terroristes de l’État islamique *.

Des avions américains ont attaqué un convoi de milices chiites après avoir traversé la frontière syro-irakienne près du point de contrôle de Qaim, a rapporté vendredi la chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya. Selon Bloomberg, les cibles de l’attaque au missile des avions américains étaient également des objets situés à proximité de ce poste frontière, qui sert à transférer des combattants chiites d’Irak vers la Syrie.

Damas officiel a qualifié la frappe aérienne contre ses alliés de manifestation de l’agression américaine. Le ministère russe des Affaires étrangères, à son tour, a appelé Washington à respecter la souveraineté de la République arabe syrienne (RAS).

Pendant la présidence de Donald Trump, l’armée de l’air américaine a soumis à plusieurs reprises la Syrie à des frappes de missiles et de bombes, mais l’attaque d’un convoi de milices pro-iraniennes était la première opération de ce type depuis l’élection de Joe Biden. Le porte-parole nouvellement nommé du Pentagone, John Kirby, a déclaré que l’opération aérienne à la frontière syro-irakienne était accompagnée de mesures diplomatiques, y compris des consultations avec les partenaires américains de la coalition au Moyen-Orient. Et la frappe elle-même, selon Kirby, a été causée par le fait que les groupes pro-iraniens constituent une menace pour l’armée américaine dans la région.

Dans le même temps, Biden a reçu des critiques de membres du Congrès de son propre parti. «Il n’y a absolument aucune raison pour que le président autorise une frappe militaire qui ne constitue pas une légitime défense contre une menace imminente sans l’approbation du Congrès. Nous devons quitter le Moyen-Orient et ne pas aggraver la situation», a déclaré le représentant de Californie, le démocrate Ro Hannah, rapporte TASS.

Le Guardian a cité une raison possible de la frappe américaine: la publication pense qu’il s’agissait d’une réponse au bombardement lundi dernier d’un aéroport d’Erbil, la capitale du Kurdistan irakien autonome. Le 15 février, un groupe chiite peu connu, soupçonné d’être un front pour les forces de mobilisation populaire pro-iraniennes, a attaqué l’aéroport d’Erbil. En conséquence, un employé sous contrat avec les Philippines est décédé et neuf personnes, dont des militaires américains, ont été blessées.

Comme le note le Guardian, ce bombardement faisait suite aux attaques régulières des forces pro-iraniennes en Irak contre l’armée américaine – actions de vengeance pour l’élimination du commandant des forces spéciales Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Qasem Soleimani. Cet officier, on s’en souvient, a été tué en janvier de l’année dernière à Bagdad à la suite d’une attaque de missile depuis un drone américain. Le Pentagone a confirmé que la liquidation du général Soleimani avait été effectuée sur ordre personnel du président Trump.

Mais pour le président Biden, une autre riposte des chiites pro-iraniens – le bombardement de l’aéroport d’Erbil – a été le premier test sérieux, a noté le Guardian. Après tout, le nouveau chef de la Maison Blanche cherche à renouveler l’accord nucléaire entre Téhéran et les puissances mondiales, annulé par Trump en 2018.

 «Peut-être que la frappe aérienne actuelle est un signal adressé moins à Téhéran qu’aux partenaires et alliés américains dans la région, puisque maintenant beaucoup en Israël et dans les pays du Golfe sont nerveux», a déclaré Andrei Kortunov, directeur général du Conseil des affaires internationales de la Russie, politologue. À son avis, il y a une crainte que Biden prenne des positions pro-iraniennes et, dans l’intérêt d’un accord avec Téhéran, fasse de trop grandes concessions, y compris sur des questions telles que la syrienne.

Mais à la suite d’une telle démonstration de puissance aux alliés, la réputation de Biden aux États-Unis eux-mêmes pourrait être endommagée. La députée démocrate susmentionnée Hannah a souligné que les actions du nouveau président ne différaient pas réellement de ce que Trump a fait au Moyen-Orient.

D’une manière très similaire, Israël opère également dans la même zone de la frontière irako-syrienne, qui considère l’Iran comme le principal rival géopolitique de la région. Par exemple, le 13 janvier, l’armée de l’air israélienne a attaqué des positions militaires et des dépôts de munitions à proximité des villes de Deir ez-Zor et d’Abu Kemal. Selon Sky News Arabia, l’attaque a tué au moins 57 soldats et combattants syriens de formations chiites pro-iraniennes combattant du côté de la RAS.

Le politologue israélien, ancien chef du service spécial de Nativ Yakov Kedmi, estime à son tour que l’attaque contre la colonne des chiites pro-iraniens ne doit pas être liée à « une sorte d’affaires entre les Etats-Unis et l’Iran lui-même ».

« La discussion de l’accord nucléaire entre Washington et Téhéran se poursuit comme d’habitude, sans lien avec les actions locales de l’armée américaine contre les milices chiites en Irak et en Syrie », a déclaré Kedmi au journal VZGLYAD. L’interlocuteur a souligné que les États-Unis frappent régulièrement des groupes orientés vers l’Iran basés en Irak et en Syrie, car ils constituent une menace pour l’armée et les civils américains stationnés dans ces pays du Moyen-Orient.

«Le coup actuel était la vengeance de l’attaque de l’aéroport. Puis il y a eu des bombardements à Bagdad lorsque des roquettes sont tombées près de l’ambassade américaine. Maintenant, les Américains se sont vengés en bombardant des installations dans l’est de la Syrie. Mais c’était une confrontation locale», a déclaré l’expert israélien.

Kedmi estime qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions: si le contingent de l’armée américaine restera dans le nord-est de la Syrie sur le territoire de l’auto-proclamation kurde autoproclamée du Rojava, ou partira. Une présence en Syrie dépendra du dialogue entre l’Iran et l’administration Biden. « Si ce dialogue est positif, il résoudra la question de la présence non seulement de troupes américaines mais aussi iraniennes en Syrie », a déclaré Kedmi.

Nous ajoutons que plus tôt, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou avait l’intention de s’enquérir directement auprès des États-Unis de leurs projets de présence en Syrie. Dans son discours, le ministre a rappelé que l’armée américaine se trouve illégalement dans le pays. Ils bénéficient du soutien des formations armées et de l’administration du Rojava, qui n’est pas autorisée par le gouvernement syrien à faire face à la présence de personnel militaire étranger.

Alexander Rybin, Vzglyad.

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Written by News Front

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Véran ouvre le débat de l’obligation vaccinale pour les personnels des Ehpad

Grande Réinitialisation : La Révolution mondialiste