in , ,

Astrazeneca: Malgré les incidents graves qui se multiplient, la clique infernale va t’elle piquer les soignants?

Alors que l’Académie de médecine préconise à son tour de rendre la vaccination des soignants obligatoire, trois pays ont pris la décision de suspendre l’utilsation du vaccin Astazeneca, invoquant un principe de précaution.

“Après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont été vaccinées avec ce produit”, survenues en pays danois, les autorités sanitaires norvégiennes ont annoncé à leur tour ce jeudi la suspension « par précaution » des vaccins anti-Covid d’AstraZeneca, emboîtant ainsi le pas au Danemark : “Nous faisons une pause en Norvège dans la vaccination avec AstraZeneca”, a déclaré un haut responsable de l’Institut national de santé publique, Geir Bukholm, lors d’une conférence de presse.

Le Danemark, rapidement suivi par l’Islande, avait annoncé une décision similaire un peu plus tôt, invoquant également le principe de précaution. Mais l’Agence européenne des médicaments ne veut établir aucun lien entre le vaccin du laboratoire anglo-suédois et les cas de thrombose.

Mais en France, tout va bien …

N’ayant aucune confiance envers le ministre de la Santé, Olivier Véran, les soignants refusent de se faire vacciner : « On peur car il n’y a pas de recul avec le vaccin« . Malgré les appels du Premier ministre, du ministre de la Santé qui leur a adressé un courrier, ou les intimidations par les ordres des professions de santé, ils tiennent tête.

 Alain Fischer, le président du conseil d’orientation sur la stratégie vaccinale, a déclaré lors de son audition devant le Sénat, mardi 9 mars, que « la notion d’obligation vaccinale se discute » dans 15 jours pour les soignants.

“Si ce travail de pédagogie auprès des soignants s’avérait insuffisant dans 15 jours, je donne une barrière pessimiste, je pense que la notion d’obligation vaccinale se discute. »Alain Fischer à france info.

“Les professionnels de santé sont obligés de se vacciner contre le virus de l’hépatite B, cela montre qu’il y a un précédent et que c’est un sujet qui pourrait être évoqué », indique-t-il. Pour le moment, « il y a encore de la place, même s’il faut aller vite, pour de la pédagogie, de la concertation, de l’explication avec tous les professionnels de santé en s’aidant de tout le monde et en particulier de leurs propres collègues », a-t-il estimé.

De son côté l’opposition souhaite une vaccination obligatoire chez les soignants, sous prétexte de “solidarité collective”, comme la indiqué le président du Sénat, Gérard Larché :

Ce jeudi lors de sa conférence de presse hebdomadaire, le ministre de la Santé ne devrait pas faire de grandes annonces. Mais va t’il revoir sa volonté de pousser coûte que coûte les soignants à la vaccination. Jusqu’où est-il capable d’aller? Réponse ce soir…

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Régionales : “Nous voulons reprendre le contrôle de nos vies”, le citoyen Jérémy CLÉMENT s’engage en Centre Val de Loire.

MÉDIA COLLABORATIF : Après son lancement explosif, Blast risque t’il d’imploser?