Au départ de l’épidémie, des scientifiques chinois ont déclaré que le virus était probablement passé d’un animal à l’homme sur un marché qui vendait des animaux. Mais l’existence de l’installation a alimenté les théories du complot supposant que le germe se soit propagé à partir de l’Institut de virologie de Wuhan, en particulier de son laboratoire P4 qui travaille sur des virus dangereux.

Accusations des USA : La Chine réfute,
Trump « avertit » et Macron fait profil bas…

Le directeur du laboratoire de Wuhan a rejeté les accusations des USA selon lesquelles il pourrait être à l’origine de l’épidémie de coronavirus qui a déja fait plus de 162 000 morts dans le monde. Alors que Pékin subit de plus en plus de pressions sur la transparence dans sa gestion de la pandémie de Covid-19, de leur côté les États-Unis enquêtent sur une éventuelle « fuite » de virus du laboratoire de haute sécurité de Wuhan.

Au départ de l’épidémie, des scientifiques chinois ont déclaré que le virus était probablement passé d’un animal à l’homme sur un marché qui vendait des animaux. Mais l’existence de l’installation a alimenté les théories du complot supposant que le germe se soit propagé à partir de l’Institut de virologie de Wuhan, en particulier de son laboratoire P4 qui travaille sur des virus dangereux.

Dans une interview publiée samedi, Yuan Zhiming, le directeur du laboratoire, a déclaré qu’il n’y a aucune preuve que ce virus vienne de son laboratoire.  » Aucun de ses collaborateurs n’a été infecté « , a-t-il déclaré au média anglais CGTN, ajoutant que « tout les institut mène des recherches liés aux coronavirus».

L’institut avait déjà rejeté la théorie en février, affirmant qu’il avait partagé des informations sur l’agent pathogène avec l’Organisation Mondiale de la Santé dés le début du mois de janvier. Mais cette semaine, les États-Unis ont relancé les rumeurs par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, affirmant que des responsables américains mènent une « enquête complète» sur la façon dont le virus « s’est répandu dans le monde».

Lorsqu’on lui a demandé si la recherche suggérait que le virus pouvait provenir de l’institut, Yuan Zhiming (le directeur de laboratoire de Wuhan) a répondu: « Je sais que c’est impossible. »

« En tant que scientifiques qui effectuons des études virales, nous savons clairement quel type de recherche est en cours à l’institut et comment l’institut gère les virus et les échantillons», a déclaré le responsable du laboratoire. Il dénonce les accusations faites laboratoire P4 de Wuhan :  » Des personnes ne peuvent s’empêcher de faire des associations, mais que certains médias tentent délibérément d’induire les gens en erreur, n’est pas tolérable.

En effet des informations parues dans le Washington Post et Fox News ont toutes les deux cité des sources anonymes qui se sont dites préoccupées par le fait que le virus pourrait provenir « accidentellement » du laboratoire.

Yuan a insisté sur le fait que les rapports étaient « entièrement basés sur des spéculations » sans « preuves ou connaissances ».

Dans un premier temps, les autorités de Wuhan ont d’abord tenté de dissimuler l’épidémie soulevant des questions sur le décompte officiel des infections. Le gouvernement Chinois modifiant à plusieurs reprises ses critères de comptage au plus fort de l’épidémie. Cette semaine, les autorités de la ville de Wuhan ont reconnu des erreurs dans le décompte de son bilan et ce dernier à brusquement augmenté de 50%.

Trump prévient la Chine d’éventuelles conséquences

Le président américain Donald Trump a averti samedi la Chine qu’elle devrait faire face à des conséquences si elle était « sciemment responsable » de la pandémie de coronavirus, intensifiant les critiques à l’encontre de Pékin sur sa gestion de l’épidémie :

« Ce virus aurait pu être arrêté en Chine avant de commencer et ce n’a pas été le cas, et le monde entier en souffre », a déclaré Trump lors d’un briefing quotidien à la Maison Blanche.

Il s’agit là de la dernière charge américaine dans une guerre des mots entre les deux plus grandes économies du monde, démontrant des tensions accrues dans les relations à un moment où les experts disent qu’un niveau de coopération sans précédent est nécessaire pour faire face à la crise des coronavirus.

« S’il s’agissait d’une erreur : une erreur est une erreur. Mais s’ils étaient sciemment responsables, oui, je veux le dire, alors il devrait y avoir des conséquences », a fustigé Trump sans toutefois précisé quelles mesures les États-Unis pourraient prendre.

Trump et ses principaux collaborateurs ont accusé la Chine d’un manque de transparence après la propagation du coronavirus à la fin de l’année dernière dans sa ville de Wuhan. Cette semaine, le Président des Etat Unis a suspendu l’aide des américains à l’Organisation mondiale de la santé, l’accusant de «protéger la Chine».

Washington et Pékin se sont à plusieurs reprises disputés en public sur le virus. Trump a d’abord félicité la Chine et son homologue Xi Jinping pour sa réponse à la gestion de la crise. Mais lui et d’autres hauts responsables l’ont également appelé le «virus chinois» et, ces derniers jours, ont intensifié leur rhétorique.

En ce qui concerne Pékin, ont accusé les USA de la diffusion du virus par l’armée américaine.

Les opposants de Trump disent que, bien que la Chine ait mal réagit au début et doive toujours être claire sur ce qui s’est passé, il cherche maintenant à utiliser Pékin pour aider à dévier des lacunes de sa propre réponse et profiter du sentiment anti-chinois croissant chez certains électeurs pour sa candidature à la réélection 2020.

Dans le même temps, les responsables de la Maison Blanche sont conscients de la réaction potentielle si les tensions deviennent trop chaudes. Les États-Unis dépendent fortement de la Chine pour l’équipement de protection individuelle dont les travailleurs médicaux américains ont désespérément besoin, et Trump veut également maintenir un accord commercial durement gagné sur la bonne voie.

Trump a déclaré que jusqu’à récemment, les relations sino-américaines avaient été bonnes, citant un accord agricole de plusieurs milliards visant à désamorcer une guerre commerciale amère. « Mais soudain, vous en entendez parler », a-t-il dit.

Il a dit que les Chinois étaient « embarrassés » et la question était maintenant de savoir si ce qui s’était passé avec le coronavirus était « une erreur qui échappait à tout contrôle, ou était-ce fait délibérément »?

« Il y a une grande différence entre ces deux-là », a-t-il déclaré.

S’éloignant du sujet du coronavirus, Trump a également utilisé le briefing de la Maison-Blanche pour faire un tour au candidat présumé démocrate à la présidence Joe Biden et à son long dossier sur la Chine en tant que sénateur et ancien vice-président.

Tout en soulignant ses propres politiques commerciales conflictuelles envers la Chine, Trump, utilisant son surnom de « Sleepy Joe » pour son rival, a déclaré que si Biden remporte la Maison Blanche que la Chine et d’autres pays « prendront notre pays ».

Trump a également de nouveau mis en doute le nombre de morts en Chine, révisé vendredi. La Chine a déclaré que 1 300 personnes décédées du coronavirus à Wuhan – la moitié du total – n’avaient pas été comptées, mais a rejeté les allégations de dissimulation.

Les États-Unis ont de loin le plus grand nombre de cas confirmés de coronavirus au monde, avec plus de 720 000 infections et plus de 37 000 décès.

Même le Dr Deborah Birx, coordinatrice du groupe de travail sur les coronavirus de la Maison Blanche, qui a évité les aspects politiques des briefings sur les allégations de Trump, a remis en question les données de la Chine.

Montrant sur un graphique que le taux de mortalité en Chine pour 100 000 personnes était bien inférieur aux principaux pays européens et aux États-Unis, elle a qualifié les chiffres de la Chine d ‘ »irréalistes » et a déclaré qu’elle avait « une obligation morale » de fournir des informations crédibles

Du bout des lèvres Emmanuel Macron parle « d’incohérence »

Le laboratoire P4  Franco-Chinois de Wuhan qui est au cœur d’un scandale international en train d’émerger, était autorisé à travailler avec les agents pathogènes les plus dangereux du monde. Cette décision faisait partie d’un plan visant à construire entre cinq et sept laboratoires de niveau 4 de biosécurité (BSL-4) à travers le continent chinois d’ici 2025.

Certains scientifiques en dehors de la Chine s’inquiétaient déjà de la fuite de pathogènes et de l’ajout d’une dimension biologique aux tensions géopolitiques entre la Chine et d’autres nations. Mais les microbiologistes chinois étaient reconnus par la France comme « une élite habilité » à lutter contre les plus grandes menaces biologiques du monde.

« Cela offrira plus d’opportunités aux chercheurs chinois, et notre contribution sur les agents pathogènes de niveau BSL-4 bénéficiera au monde», déclarait George Gao, directeur du Laboratoire clé de microbiologie et d’immunologie pathogènes de l’Académie chinoise des sciences à Pékin. Il existe déjà deux laboratoires BSL-4 à Taïwan, mais le Laboratoire national de biosécurité, Wuhan, était le premier sur le continent chinois et celui-ci a était financé en grande partie par le groupe pharmaceutique Lyonnais Bio Mérieux (ARGENE) détenu par le milliardaire Français Alain Mérieux très proche de Gérard Collomb (le Maire de Lyon) et qui a soutenu Emmanuel Macron durant sa campagne de 2017.

Se sentant acculé le locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron a déclaré jeudi dernier dans un entretien au Financial Times que la Chine n’avait pas tout dit de sa gestion du coronavirus, sans entrer dans les détails. Alors la France soutient-elle cette thèse d’un virus échappé d’un laboratoire? Non, répond la présidence de la République à Reuters.

 

Back to Top

Log In

Forgot password?

Don't have an account? Register

Forgot password?

Enter your account data and we will send you a link to reset your password.

Your password reset link appears to be invalid or expired.

Log in

Privacy Policy

To use social login you have to agree with the storage and handling of your data by this website. %privacy_policy%

Add to Collection

No Collections

Here you'll find all collections you've created before.

Avant que vous ne partiez…

Inscrivez vous et recevez gratuitement notre newsletter chaque mois !

Nous ne spamons pas.

Close
Close