in

Une pétition pour le « retour à la normale » à l’école dès larentrée du 3 janvier

Marie-Estelle Dupont, la psychologue bien connue de nos lecteurs, et le Dr Martin Blachier, qui s’est distingué par de nombreuses prises de parole médiatiques iconoclastes sur la gestion du covid, lancent conjointement une pétition réclamant le « retour à la normale » à l’école, dès la prochaine rentrée scolaire, lundi 3 janvier, au retour des vacances de Noël.

Le texte présentant la pétition est bref et percutant :

« Au vu des données scientifiques disponibles
– sur la circulation virale dans les différentes classes d’âge (taux de positivité supérieur chez les plus de 40 ans par rapport au moins de 12 ans),
– sur l’absence de risque de formes graves de la maladie covid-19 chez les enfants de moins de 12 ans non à risque,
– de la vaccination des enseignants qui le souhaitent avec trois doses de vaccins ARN qui protège à plus de 98 %,
– de l’impact des mesures sanitaires en cours sur l’apprentissage et la qualité de développement de nos enfants (25% des hospitalisations des enfants sont en pédopsychiatrie, 22% de baisse de QI des enfants pendant la crise) ;

nous demandons à ce que les conditions de vie scolaire soient ramenées à la normale à partir du 3 janvier sans aucune condition vaccinale en dehors des 5% d’enfants à risque.

C’est-à-dire
– la fin du port du masque en classe et lors des activités extérieures,
– l’absence de toute pression vaccinale sur les enfants sans comorbidités majeures ainsi que
– la fin des évictions scolaires pour les enfants positifs au covid.

Le Dr Umlile, pharmacien et juriste précise qu’à la vue de notre corpus juridique, « aucune personne, enfant ou adulte, ne doit subir de pression dans le cadre de cette vaccination contre la covid-19. » Il ajoute « qu’une telle pression peut porter atteinte à la dignité de la personne humaine, car elle ne respecte pas le consentement libre et éclairé de la personne ».

Voir aussi : Journée des droits de l’enfant : « le carnage doit cesser » Roxane Chafei, des « Mamans louves »

La pression, médiatique et politique, s’accentue sur les enfants, au point que le collectif « Enfance et libertés », excédé par une énième sortie médiatique hasardeuse du Pr Gilbert Deray, a signalé à la justice ses interventions médiatiques. Le Premier ministre a jugé la vaccination des enfants « nécessaire » il y a quelques jours, prenant son cas en exemple et instrumentalisant sa propre contamination imputée à sa fille de 11 ans (sic)… Fidèle au poste, la frange alarmiste des divers collectifs et professionnels, et leurs relais médiatiques, entend accentuer la pression sur le gouvernement et le fameux « protocole » de Jean-Michel Blanquer (Christian Lehmann, médecin et chroniqueur pour Libération, lançait même hier un appel à témoignages sur les « Hunger games façon Blanquer »!)…

Mais à l’inverse, beaucoup de parents sont de plus en plus excédés par les contraintes lourdes qui reposent sur leurs enfants, qu’ils jugent démesurées au regard du risque qu’ils courent et font courir. Martin Blachier, qui, s’il a pu dérouter tel ou tel « camp » par certaines de ses prises de position, n’a pas varié sur ce sujet des enfants et des jeunes depuis maintenant plus d’un an, confiait via Twitter une petite anecdote éclairante à ce sujet :

Il avait fait également de la « vague d’exaspération » qu’il sent monter le sujet de son billet d’humeur d’hier sur « La chaîne parlementaire » :

L’opinion publique est-elle arrivée à un point de rupture, cette fois ? Prête à basculer ? Réponse dans les prochains jours, l’écho rencontré par cette pétition en sera un bon baromètre.

Le lien de la pétition : Ecoles = retour à la normale le 3 janvier 2022

Voir aussi : Marie-Estelle Dupont : « hors sujet de culpabiliser les êtres humains d’avoir des besoins et des désirs »

Lire l’article en intégralité sur France Soir :

https://www.francesoir.fr/politique-france/une-petition-pour-le-retour-la-normale-lecole-des-la-rentree-3-janvier

Laisser un commentaire

Pourquoi les banques s’intéressent à vos données de paiement

« Non-tridosés », vous n’êtes pas seuls !