in

Macronie: David, interpellé et embarqué pour avoir mangé une chocolatine.

C’est l’histoire de David. Un informaticien cherbourgeois de 37 ans qui travaille dans la capitale. Ce lundi 7 septembre 2020, en allant au bureau, ce provincial eut une très mauvaise idée. Celle d’entrer dans une boulangerie en allant au bureau pour y acheter une pâtisserie emblématique, au beurre et feuilletée avec un centre de chocolat noir, que certains ont baptisé « pain au chocolat », mais que nous appellerons « chocolatine ». 

Envahi par la gourmandise, sous son masque en tissus, après avoir attendu patiemment dans la petite file d’attente, David commande sa viennoiserie à la demoiselle (qui le fait répéter à deux fois pour être certaine d’avoir bien compris sa demande). Il jette l’appoint dans le ramasse monnaie de la vendeuse en prenant soin de la remercier. Empoigne le sachet papier et s’extrait de la zone de marquage, en veillant à bien respecter le fléchage au sol.

A peine sortit, David jette un coup d’œil sur sa montre. Vite ! il est bientôt à la bourre. Il baisse son masque, engloutit sa choco en trois bouchées et comme tous bons citoyens qui se respecte, va jeter l’emballage dans une poubelle de la ville de Paris. Mais en levant les yeux,  il se trouve nez à nez avec un agent de police. Trop tard, le mal est fait… David avait oublié qu’il vivait désormais dans un état totalitaire et que baisser son masque dans la rue, est désormais devenu répréhensible.

Le policier qui a des ordres, n’a d’autre choix que de verbaliser David, qui va malheureusement contester maladroitement le délit. A ce moment là, s’en est trop pour le fonctionnaire qui interpelle le jeune informaticien. David est embarqué sous les yeux des témoins ébahis, qui ne se sont pas permis d’intervenir au risque d’être durement réprimés à leur tour. Ainsi, le Cherbourgeois est introduit avec garde dans le scénic tricolore, défoncé l’avant veille par quelques racaillons qui ont impunément caillassé le véhicule alors en patrouille.

Dans la voiture qui file vers le commissariat sirène hurlante, les échanges sont virils, mais respectueux. David comprend alors qu’il doit désormais faire profil bas pour ne pas aggraver son cas. Durant le trajet, le policier annonce à la radio :

 » Opération de contrôle préfectoral terminée, deux amendes sur vingt… »

Après un long moment passé au poste, David est relâché. Les policiers lui ont signifié qu’il serait convoqué prochainement au tribunal. Il risque une contravention de 135 € pour non-port du masque, plus 3 fois 68 € pour l’outrage.

Il est temps pour le provincial maintenant, de courir travailler et de s’excuser devant son employeur pour son retard…

Récit inspiré de faits réels tirés d’un article d’Ouest France

What do you think?

Written by Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Conflit Gréco-Turc: Mauvais Macron !

L’Incident – Nicolas Levine