in

La gendarmerie de Nantua (Ain) attaquée jeudi soir avec tentative d’intrusion.

Ce jeudi 29 octobre, vers 21 heures, les gendarmes de la cité catholarde ont été la cible d’une attaque inquiétante. À la suite de plusieurs tirs de mortiers d’artifices par des racailles du quartier, parallèlement deux individus cagoulés ont tenté de s’introduire dans la gendarmerie. Avant d’être repérés et mis en fuite.

Cette tentative d’intrusion dans la caserne de gendarmerie de Nantua, est glaçante. Effectivement ce jeudi 29 octobre, vers 21 heures, des mortiers d’artifices ont été tirés au-dessus des bâtiments de la brigade. Immédiatement, les gendarmes sont sortis et ont procédé à un périmètre de sécurité. Une gendarme a alors surpris deux individus encagoulés qui tentaient de pénétrer dans l’enceinte. Surpris, ils se sont enfuis. Malgré d’intenses recherches, ils n’ont pas encore pu être interpellés.

Le quartier n’a jamais posé de problème selon le maire…

Les proches des gendarmes qui vivent dans la cité catholarde, sont très choqués. Après s’être rendu sur place vers 23 heures, le maire de Nantua, Jean-Pascal Thomasset parle d’un “ insupportable passage à l’acte ” et se dit prêt à travailler “ dès lundi à des travaux sur la sécurité passive : installer de la vidéoprotection, rehausser les grillages… ” L’élu est d’autant plus surpris par l’événement que “ le quartier n’a jamais posé de problème ”.

Là-bas, d’ailleurs, la soirée agitée de jeudi semble être passée assez inaperçue. Peut-être à cause du couvre-feu. Attestation de déplacement en main, une jeune fille confirme avoir “ entendu des pétards. C’est tout. ” Un peu plus loin de la brigade, des enfants se dégourdissent les jambes en bas d’un immeuble. Les adultes autour tombent des nues : “ Ah bon ? Non, on n’a rien vu… ”

Source : Le Progrès

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il perd le contrôle de son véhicule et finit par ouvrir les portes de la mosquée.(Vidéo)

“Demain, aucun Européen ne pourra faire un pas dans la rue en sécurité”, quand en 2017 Erdogan prévenait qu’il enverrait ses terroristes.