in ,

CryCry AngryAngry

“dites leurs que je les aime”, les derniers mots de Simone égorgée dans son église par un musulman radicalisé.

Simone Barreto Silva avait 44 ans et était installée en France depuis 30 ans. Blessée grièvement par un musulman radicalisé dans l’attentat de Nice survenu jeudi matin dans la basilique Notre-Dame-de-l’Assomption, elle succombera aux profondes blessures provoquées par le barbare musulman qui a hurlé Allah akbar.

C’est le ministère des Affaires étrangères brésilien qui a annoncé la nouvelle dans la nuit. “ Le président Jair Bolsonaro, au nom de toute la nation brésilienne, présente ses plus sincères condoléances à la famille et aux amis de notre citoyenne assassinée à Nice, ainsi qu’à celles des deux autres victimes, et étend sa solidarité au peuple et au gouvernement français ”, annonce le communiqué.

Le ministre des Affaires étrangères, Ernesto Araújo, a ensuite personnellement pris la parole sur les réseaux sociaux pour exprimer son profond chagrin après la mort d’une Brésilienne de 44 ans, mère de trois enfants, survenue ce jeudi 29 octobre à Nice, en France”.

Madame Simone Barreto Silva était Brésilienne et mère de 3 enfants. Aide soignante, elle a été assassinée par le terroriste tunisien dans l’attentat de la Basilique Notre-Dame à Nice.

“ dites leurs que je les aime ”

Ses derniers mots ont été pour ses enfants…

Père Patrick DESBOIS lui a rendu hommage:

“Simone avait 44 ans, elle était venue pour prier dans la basilique à Nice. Elle a réussi à sortir de l’église mais est morte suite aux blessures infligées par l’assassin terroriste. Elle est morte en pensant à ses enfants.
Les victimes avaient une histoire, une famille, un visage, un nom. Mon cœur et ma prière vont pour vous Simone et vos enfants victimes du terrorisme islamique, chez nous, dans notre église. ”

Simone Barreto Silva

What do you think?

-1 points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Isère: Des racailles ont attaqué l’hôtel de ville d’Échirolles la nuit dernière.

Le Monde, Médiapart… ces médias qui ont tenté d’attribuer l’attaque d’Avignon à Génération Identitaire, en vain.