in

Assa Traoré va t’elle réussir à opposer noirs et blancs en France

Bon ! On va pas y aller par quatre chemins ce matin. La récupération de la mort de Georges Floyd par Assa Traoré et son club commence à nous gonfler… Avant toute chose et pour que ce soit bien clair pour tout le monde, ici t’es ni sur un organe de presse du RN, ni chez un des Médias des Insoumis et encore moins chez les progressistes. Ici, on parle de Qui, Quand et Comme on veut et l’on n’a de comptes à rendre à personne.

Maintenant que le message est passé, on va pouvoir les poser sur la table, nos arguments. Alors voilà : cela fait quelques semaines que nous voyons le club Traoré se saisir de la mort de Georges Floyd, pour cliver le peuple. Si leur démarche pouvait sembler sincère au départ, il n’a pas fallu longtemps pour connaître son réel objectif. C’est-à-dire, celui d’opposer les noirs et les blancs en France. 

Il suffit d’écouter 2, 3 interventions de la Néo Révolutionnaire, Assa Traoré, pour le comprendre. Car lorsqu’elle sous entend que les gilets jaunes sont des fachos, que la colonisation française est la cause des problèmes d’intégration, (ect), là on commence vraiment à s’éloigner du combat légitime pour le petit frère mort sous un gendarme. Plus concrètement, pas besoin d’avoir une licence et un master en psycho pour comprendre que la gonz ne pense qu’à une chose : foutre racialement, pardon, radicalement le bordel dans le pays !

Assa Traoré ou l'art de diviser

Pour Assa Traoré, personne ne souffre autant qu’un noir dans les quartiers. A croire qu’opposer noir et blanc est devenu son leitmotiv. C’est ça marque de fabrique et elle te le fait comprendre à chaque fois qu’elle en a l’occasion. Comme on peut l’entendre dans cette vidéo où elle crache sa haine du jaune (qui lui), ne vit pas dans les quartier, et ne peut pas comprendre ce qu’est « d’avoir faim. » Donc, pour elle le jaune  qui vit en territoire rural est évidemment un facho !

Si Assa Traoré a tenté de justifier ses derniers pitoyables propos sur les gilets jaunes, elle n’en est, hélas, pas a son premier coup d’essai. Puisqu’il y a un peu plus d’un an déjà, elle déclarait dans une émission sur Canal + « Si demain la police avait le choix entre tirer sur un Gilet Jaune blanc ou un Gilet Jaune de nos quartiers, ils ne se poseraient même pas la question.»

On lui répondra, à la Néo Révolutionnaire, que d’un point de vue comptable et jusqu’à preuve du contraire le mouvement Gilets Jaunes (BLANC comme elle l’appelle) compte pour le moment, plus de blessés et d’éborgnés que celui du combat Traoré… On lui dira aussi en passant, qu’un peu de reconnaissance ne lui ferait pas grand mal.

Un remake des émeutes de mai 1967 en Guadeloupe en 2020 ?

Mais Assa Traoré n’en a que faire de ce que l’on pense, nous les culs blancs. Car son équation à elle, est simple, voire simpliste : blanc = colonisateur/raciste donc ennemi à abattre. Elle les a dans le pif les culs blancs. Donc pour elle, tous les coups sont permis. Jusqu’à user piteusement de l’histoire. En effet, dans une de ses nombreuses prises de paroles, entre les « Ils ont tué mon petit frère, il ont tué Adama Traoré » et « Vous n’aurez jamais la paix » Elle ne s’est pas gênée ce 13 juin, de nous fournir une fois de plus, la démonstration de ses convictions :

Cette comparaison avec les événements de mai 67 en Guadeloupe, en dit long sur sa haine du blanc et son esprit de vengeance envers la France. En effet, les 25 et 26 mai 1967, dans les rues de Pointe-à-Pitre, à l’occasion d’une grève des ouvriers du bâtiment, qui réclamaient 2,5 % d’augmentation de salaire, les quartiers de la ville sont jetés dans l’effroi, les larmes et le sang.  Après de longues heures heurts entre CRS et manifestants, le préfet avait donné l’ordre de « Faire usage de toutes les armes ! …». Plus de 50 plus tard, Assa Traoré veut donc régler ses comptes avec les Ti Blancs. C’est devenu une évidence.

les politiques mettent de l'huile sur le feu

Cet emballement fait le jeu des progressistes et ils en abusent sans retenue aucune, comme on a pu le voir ce début de semaine lors de la conférence de presse de Christophe Castaner qui a mis le feu aux poudres.

Si génération identitaire y met son grain de sel à sa manière, on ne peut pas dire qu’ils ont totalement tort. Car en effet, il y a en fond de toile de leur action une part de vérité dans leur message. 

Puis dans ce merdier, vient se greffer l’opportuniste méluch’, toujours dans les bons coups et qui ne veut surtout pas laisser passer l’occas de pouvoir récupérer un paquet de voix.

Pour finir, vous prendrez bien un peu de propagande du CRIF qui veut lui mettre tout le monde d’accord en nettoyant tout ça… Tandis qu’un peu plus loin les médias mainstreams soufflent habilement sur les braises avec la virtuelle pandémie de l’antisémitisme paradé par la préfecture de police, donc l’Etat.  

Bref, toute cette mascarade commence sérieusement à nous gonfler. La bonne nouvelle, car il y en a une, c’est que la grande majorité des gilets jaunes ne sont pas tombés dans ce merdier, qui n’existe que pour diviser, organiser le chaos et légitimer le pouvoir dictatorial de la macronie. Car pour nous que tu sois un jaune black, blanc, beur… On s’en branle du moment où l’on se respecte !

What do you think?

Written by Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

«Les gaulois réfractaires demandent des comptes au nouveau monde» De Villiers explose le camp des progressistes

Monde d’après : travailler plus, pour produire plus !