in

Soupçons de conflits d’intérêts, membre de la mission sanitaire du déploiement de la 5G… pourquoi monsieur Vaccin a été placé dans l’ombre

Louis-Charles Viossat, le « Monsieur vaccin » choisit par Emmanuel Macron mi-octobre pour piloter la campagne de vaccination française contre le Covid-19, est subitement sorti des radars.

Courant octobre, Louis-Charles Viossat a été désigné par le gouvernement afin d’organiser le grand plan de stratégie vaccinale. Mais le businessman vient d’être placé à l’ombre tout récemment. En cause un CV un peu trop “commercial” qui pourrait nuire à la communication de l’exécutif, sur l’épineux dossier de la vaccination massive à venir.

Pourtant, “ Monsieur Vaccin” comme on le nomme dans les couloirs de l’Elysée, a bien reçu le 2 novembre dernier, l’ensemble des représentants des laboratoires pharmaceutiques. L’objectif de cette manœuvre était de recenser les réfrigérateurs disponibles à travers le monde, pouvant conserver les nouveaux vaccins à très basse température. Mais depuis, ce dernier a subitement disparu de la campagne de vaccination. À vrai dire, il n’a pas tout à fait disparu mais marche dans l’ombre…

Un passé de lobbyiste pour deux laboratoires pharmaceutiques qui travaille aujourd’hui sur le vaccin contre le Covid-19

Bien-né de la bourgeoisie parisienne, passé par l’École alsacienne, les prépas du lycée Louis-le-Grand et Sciences Po, Louis-Charles Viossat termine ses études à l’ÉNA. Il devient ensuite conseiller technique de Jacques Barrot, ministre du Travail et des Affaires sociales du début du septennat Chirac.

Après la banque mondiale, Louis-Charles Viossat rejoint, en septembre, 2001 la filiale française du laboratoire pharmaceutique américain Lilly. Laboratoire qui teste aujourd’hui… deux anticorps monoclonaux dans le traitement du Covid-19. Intéressant. Celui qui est aujourd’hui chargé de piloter la campagne de vaccination contre la Covid-19, n’était pas une petite main au sein du laboratoire américain. Louis-Charles Viossat était directeur « Corporate Affaires ». Directeur des affaires commerciales en Français. Il faut savoir que Louis Charles Viossat avait été auditionné par le Sénat, en 2011, dans le cadre de soupçons de conflits d’intérêts dans le scandale du Médiator.

Capture d’écran audition de Louis Charles Viossat – Mediator (source: http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20110328/mediator.html#toc5 )

En 2011, Louis-Charles Viossat était directeur des affaires gouvernementales pour l’industriel pharmaceutique américain ABBOT qui a “raflé” la mise avec les fameux tests antigéniques commandés par la France.

C’est donc ce Louis-Charles Viossat qui est chargé de négocier avec Pfizer et les plus grands laboratoires pharmaceutiques de la planète pour la campagne de vaccination française contre le coronavirus. Le même homme chargé d’assurer les intérêts français face à Big Pharma…

Louis-Charles Viossat chargé de la commission nationale sanitaire sur les effets de la 5G

On retrouve Louis-Charles Viossat sur tout les fronts ou presque. Notamment dans les dossiers les plus brûlants et particulièrement un : celui de la 5G.

En septembre 2020, un rapport issu de travaux conduits par la mission sur le plan national et international au cours des mois de juillet et d’août 2020, notamment sur la base d’un questionnaire diffusé aux services économiques régionaux de 22 pays et relayé par l’OMS à ses 40 correspondants dans le domaine des radiofréquences. La durée limitée de la mission et “son lancement en période estivale ont imposé de concentrer les entretiens et les investigations et de limiter le champ des analyses et des recommandations”, comme on peut le lire en introduction.

Le rapport de 200 pages disponible sur economie.gouv.fr, évalue la position de la France au regard du déploiement de la 5G et examine les dispositifs réglementaires, de concertation et d’information en la matière, et passe en revue le sujet de l’exposition aux ondes électromagnétiques. Il traite enfin de l’analyse comparée des études produites par les agences sanitaires quant aux effets de la 5G sur la santé. A la lumière de ces constats, le rapport formule sept recommandations visant à améliorer l’information, renforcer la recherche et adapter les modalités de surveillance.

Compte tenu du temps très contraint accordé à la mission (cet été), celle-ci s’est limitée à des recommandations d’ordre général dans les domaines de l’information et de la prévention, de la recherche et de la surveillance de l’exposition :

  • renforcer les messages à l’intention du grand public, notamment des jeunes, sur le bon usage des terminaux et en mesurer les effets ;
  • harmoniser le contenu des sites Internet gouvernementaux sur « exposition aux radiofréquences et santé » ;
  • rendre publics les documents contributifs aux travaux des comités de dialogue et de concertation de l’ANSES et de l’ANFR ;
  • organiser une consultation formalisée à la suite de la publication des travaux de l’ANSES sur les effets sanitaires associés au déploiement de la 5G ;
  • conforter les moyens d’évaluation et de recherche de l’ANSES sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques, notamment sur les bandes de fréquence autour des 26 GHz et les protocoles de mesure de l’exposition ;
  • effectuer des mesures de champ électromagnétique avant/après l’installation d’antennes déployant la technologie 5G sur un nombre significatif de sites représentatifs ;
  • étudier l’intérêt et les modalités du développement d’un appareil de mesure individuel susceptible d’identifier le niveau d’exposition global par individu.

Remplacé à la dernière minute par Alain Fischer qui avait appelé à voter massivement Emmanuel Macron, en 2017…

Alors que la nomination Louis-Charles Viossat menacée de faire polémique, Le nom du scientifique Alain Fischer a finalement été annoncé ce jeudi par Jean Castex et dirige actuellement un comité chargé de conseiller le gouvernement sur la stratégie de vaccination de la France.

Ce pédiatre et immunologiste est à l’origine d’un appel de cent soixante-et-onze médecins qui en mai 2017 ont appelé à voter massivement Emmanuel Macron, en fustigeant « la haine de l’autre » portée par Marine Le Pen et le Front National.

“Notre République repose sur un socle de valeurs fondamentales représentées par sa devise: liberté, égalité, fraternité. Ces valeurs sont aux antipodes de l’autoritarisme, de la haine de l’autre et de la discrimination prônés par Marine Le Pen et le Front National”, écrivaient les signataires de ce texte dévoilé sur le site du journal Le Parisien.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Un des plus grands importateurs de France, emporté par le covid.

L’Amérique est en guerre !