in

Pompili : bouffeuse de dards et tueuse d’abeilles ?

En ce doux matin automnal d’octobre, j’avais envie (une fois n’est pas coutume.) de taper sur du macroniste. Cette espèce composée de nuisibles, qu’il faudrait pour le bien de la Nation, voir au-delà, réduire à néant. Humainement, je préférerais les ignorer. Mais la putréfaction de leur morale est telle, que même si nous leurs caguions proprement sur la tête, pas grand monde ne s’en rendrait compte. Alors un peu plus ou un peu moins… 

Vous l’aurez compris, je veux vous parler du très controversé texte qui acte le retour des insecticides tueurs d’abeille. Pourtant, en juin 2020, à la suite de la convention pour le climat, celui qui fait office de chef de l’État, avait annoncé diminuer l’usage des pesticides de 50% d’ici 2025 et atteindre 50% d’exploitations en agroécologies en 2040.

Cependant, le 6 août 2020, le gouvernement a annoncé qu’il voulait accorder une dérogation à l’interdiction des insecticides néonicotinoïdes pour la culture de la betterave à sucre dès l’année prochaine.» Vous savez ces insecticides très dangereux et persistants qui contaminent l’ensemble de l’environnement pendant plusieurs années après leur utilisation, impactant gravement les milieux et les pollinisateurs… Les mêmes qu’ils avaient interdits de tout usage phytosanitaire, en septembre 2018.

“En même temps”, la Sinistre de l’écologie, Barbara Pompili, signait la pétition « l’appel des coquelicots» pour l’interdiction des pesticides de synthèse. En ce point : certains diront qu’elle a vendu son “âme”, d’autres diront son “cul”, chacun aura son avis sur la question. Quoi qu’il en soit, l’écologie est l’affaire de tous et le retour à la réalité est rude pour ceux qui y croyaient encore ; car jamais un pouvoir acquis à la cause du capitalisme ne fera le choix de s’opposer à l’agro business et aux différents lobbies pro pesticides.

Encore une fois les macronistes jouent fièrement les suces tiges de l’agro-industrie, faisant tout leur possible durant chaque jour qui passe, pour détruire un peu plus notre éco-système. Cette disparition programmée pourrait être terrible et tragique… Ce n’est finalement qu’anecdotique. Car en effet à quoi bon légiférer dans le bon sens, dans une société où plus personne n’a rien à espérer, où plus personne bientôt n’aura même les moyens intellectuels de former et  de formuler une idée.

En fait, le vrai drame n’est pas le nouvel épisode de la grande saga des lois aux pesticides qui bientôt viendra… Non, la véritable – et sans doute définitive – défaite, c’est la disparition généralisée, générationnelle, de l’intelligence, de la culture et du courage… Surtout le courage. Ce ne sont ni les députés vendus, ni les pseudos pharmaco-scientifiques larbins qui assassinent de façon rédhibitoire la conscience environnementale, mais bel et bien la naïveté de l’humanité. 

What do you think?

Written by Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Les patrons de bars montent au créneau

Les dessous de la libération de Sophie Pétronin, l’otage française au Mali.