in ,

La plus grande mosquée d’Europe en construction à Strasbourg, est-elle la première pierre du nouvel empire Ottoman ?

Le gigantesque projet de construction de la plus grande mosquée d’Europe, qui va prochainement voir le jour à Strasbourg, pose question. Surtout depuis les menaces d’Erdogan envers la France.


Effectivement, l’organisation turque finance à hauteur de 30 millions d’euros, le complexe Eyyub Sultan, qui au-delà d’être doté d’une dizaine de dômes et de minarets, sera entouré de salles de conférence, de restaurants et de magasins. Ce complexe musulman ouvert à tous est censé constituer un pilier d’intégration et de multiculturalisme pour la France. Toutefois, la façon dont le complexe pourrait finalement être utilisé, inquiète.

Le président turc Erdogan voit la diaspora comme une armée en Europe entretenant des liens étroits avec le pays, a récemment déclaré Gilles Kepel, politologue français spécialisé dans l’islam en Occident et qui a des liens étroits avec Macron. “ La machine de propagande du nationalisme turc est très puissante ”, a déclaré Kepel. “ Erdogan a construit un réseau pour relayer son influence.

Peu après les intimidations d’Erdogan, s’en prenant à Macron en l’accusant de nuire à l’islam et ses musulmans, la France, a décidé d’interdire le groupe nationaliste des Loups Gris.

Ankara a ensuite juré de répondre “de la manière la plus forte possible”, accusant le gouvernement français d’ignorer “ les menaces et les attaques qui seraient faits contre, les Turcs en France. 

Quelques jours plus tard, la France a fait allusion à d’éventuelles nouvelles sanctions contre la Turquie, pour ce qu’elle a qualifié de “déclaration violente”. Erdogan a répondu qu’il cherchait uniquement à s’occuper des musulmans vivant en Europe et estime que l’islamophobie et le racisme sont endémiques en France.

La France craint une menace intérieure pilotée par la Turquie.

Selon Elise Massicard, chercheuse à l’Institut de Sciences Politiques, le gouvernement français a raison de surveiller l’influence de la Turquie : “ Les turcs financés par la Turquie, pourraient permettre à Erdogan de répandre son influence en France.”

“ La Turquie a cherché à déployer l’islam turc en Europe ”, dit Elise Massicard. “ Il y a cette idée que les membres de la diaspora turque devraient parler la langue et pratiquer la religion comme en Turquie. Le pays craint de voir les membres de la diaspora prendre leurs distances avec leur culture et être modelés par le système français.”

Les risques étaient concrets à la fin du mois d’octobre, lorsque des hommes drapés de drapeaux turcs ont défilé dans les rues de Lyon, au moment des tensions entre les communautés arménienne et turque à propos du conflit au Haut-Karabakh .

Un centre commémoratif consacré au meurtre de masse des Arméniens par l’Empire ottoman en 1915 a été dégradé de graffitis jaunes qui comprenaient les initiales d’Erdogan et les mots «Loup Gris». Les troubles s’étendent à la ville de Dijon.

Les tensions entre la France et la Turquie apparaissent sur plusieurs tableaux, y compris les conflits en Syrie et en Libye. Au cours de l’été dernier, la France a été la cible de critiques par Erdogan, lors de l’exploration énergétique turque dans les eaux contestées de la Méditerranée orientale, Le Drian promettant d’envoyer des navires de guerre pour soutenir la Grèce qui a haussé son dispositif d’armement aérien pour faire face à d’éventuelles attaques militaires commanditées par Erdogan. 

Le principal moteur de la sensibilisation de la Turquie en France métropolitaine est Diyanet ou la Direction des affaires religieuses, qu’Erdogan a considérablement élargi depuis que son parti AK a pris le pouvoir en 2002. Il paie les salaires d’environ 150 imams turcs en France, dont la moitié sont des étrangers.

“Nous sommes les guides, les dirigeants ”, a déclaré le chef de Diyanet, Ali Erbas, dans un discours à Strasbourg en janvier 2019. “Nous devons former nos frères musulmans de manière à maintenir leurs sensibilités islamiques. Nous devons élever les enfants, les jeunes, avec nos sermons, notre formation.”

En effet, l’influence islamiste la plus forte en France se situe en Alsace, où Strasbourg est le noyau de la communauté. La proximité géographique avec l’Allemagne, où vivent le plus de Turcs en Europe, n’est bien évidemment pas un hasard.

Le complexe Eyyub Sultan de Strasbourg, actuellement en chantier. 
Source: Eyyup Sultan

Le terrain sur lequel est construite la mosquée Eyyub Sultan a été acheté par la communauté islamique de Milli Gorus . Le projet est financé par des croyants, des membres de toute l’Europe et aussi par des chrétiens, selon son imam, Eyup Sahin, le dirigeant local de Milli Gorus.

Le complexe Eyyub Sultan aura à terme une dizaine de dômes et de minarets.
Source: Eyyup Sultan

Au nord se trouve un nouveau bâtiment du consulat turc et à l’ouest se trouve une succursale de Ditib, la branche allemande du Diyanet. Il gère 270 mosquées en France.

Ditib a été créé dans les années 1980 pour servir les immigrants turcs alors qu’Ankara défendait toujours la laïcité, tandis que Milli Gorus, qui chapeaute 500 mosquées en Europe continuait, depuis les années 60, à favoriser l’islam politique qu’Erdogan soutient désormais. Tous deux représentent une interprétation conservatrice de l’islam et cherche à s’adresser à tous les musulmans d’Europe et pas seulement à la communauté turque, explique Elise Massicard de l’Institut Sciences Po de Paris.

Depuis des années, la France considère les deux organisations comme des partenaires incontournables, en matière de foi et d’intégration.

Le chef de Diyanet, Ali Erbas, à Strasbourg en janvier 2019, entouré des élus locaux. Source : AHA

La construction de la plus grande mosquée d’Europe, qui a été approuvée, en 2014, par l’équipe municipale de Roland Ries (PS), l’ancien maire de Strasbourg, n’a donc pas encore révélé tous ses secrets…

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[À VOIR] USA : Des manifestants pro Biden attaquent femmes, enfants et personnes âgées, après la marche pour Trump

Restrictions: L’Europe veut maintenir au moins 4 ou 5 mois les mesures de restrictions de circulation, malgré les contestations.