in

Gouvernement de transition: L’incroyable coïncidence qui fait que Christophe Chalençon peut gagner son paris le 16 juin

Rien ne va plus pour le ministre d’intérieur. Après son annonce en début de semaine, de vouloir suspendre tout fonctionnaire soupçonné de discrimination raciale, Christophe Castaner semble s’être depuis, discrédité auprès de l’ensemble du corps de la police. Hier, devant la plupart des commissariats de France, plusieurs milliers de policiers ont déposé leurs menottes en signe de protestation. Selon les syndicats de police, tout le monde voudrait sa tête. À moins de quatre jours « de l’appel du 16 juin », la macronie n’a jamais été aussi proche de l’effondrement…

Comme dirait l’autre, ça commence à sentir le sapin pour les progressistes. Car en effet, après avoir tenté de faire de la récupération avec le mouvement #Black Lives Matter, par le biais du ministère de l’Intérieur, l’existence politique de la macronie ne tient désormais plus qu’à un fil. Ayant résisté jusqu’à présent grâce à sa police, et ces derniers se sentant cocufiés, on ne donne donc pas cher des têtes macronistes dans les jours à venir. Surtout lorsqu’il se prépare dans l’arrière-cuisine de nos campagnes, le plan de résistance bientôt déployé dans la capitale. Il se dit d’ailleurs, que ce serait pour le 16 juin…

sans le soutien de la police, ce gouvernement est désormais devenu vulnérable

Si jusqu’à présent, le pouvoir pouvait compter sur la police pour garantir sa légitimité, il semble que ce ne soit désormais plus le cas. En cause, l’erreur de stratégie du gouvernement. Celle de vouloir récupérer le mouvement Black Lives Matter qui s’est propagé en France, afin d’y siphonner quelques voix de gauche en vue de la prochaine élection présidentielle.

Alors que jusqu’ici, celui que l’on appelle communément le Boucher de Beauvau, avait eu le mérite d’assumer ses honteuses instructions, telles que : fracasser, éborgner et mutiler du gilet jaune durant des mois ; ce dernier a choisi de retourner sa veste pour servir la réélection d’Emmanuel Macron.
En effet, les opportunistes ont cru bon de pouvoir profiter du mouvement outre Atlantique importé sur le territoire français. 

Pour se faire, le ministre de l’Intérieur a décidé de taper sur ses policiers, passant en quelques semaines de héros de la république à salops de racistes. Alors pour corriger cette subite dérive, Christophe Castaner a jugé nécessaire de retirer une technique d’interpellation utile pour les policiers. 

Aussi, le locataire de Beauvau, souhaite que chaque policier accusé de racisme soit immédiatement suspendu.
Ce grand écart est inadmissible pour les syndicats de police. Alors hier, en guise de contestation, ils ont jeté leurs menottes à terre se sentant trahis par leur ministre. Plusieurs policiers ont aussi prévenu qu’ils étaient prés à cesser toute activité s’il fallait aller plus loin.

De son côté, Christophe Castaner sort les rames en essayant de trouver un compromis pour satisfaire militants du mouvement Black lives Matter et policiers. Il souhaite maintenant que les policiers soient toujours autorisés à pratiquer la clé d’étranglement, mais seulement respiratoire, pendant laquelle le policier appuie son bras sur la trachée de l’interpellé. La clé d’étranglement sanguin, serait, elle, interdite. Elle consiste à appuyer son avant-bras sur l’artère carotide de la personne interpellée. Par ailleurs, cette technique ne sera plus enseignée dans les écoles de police. 

Pendant ce temps, l'appel du 16 juin s'organise...

Pendant que ça pagaie à Beauvau, en région, s’organise un rassemblement à venir, celui du 16 juin. Annoncé il y a quelques semaines sur les réseaux sociaux, plusieurs coopérations ont décidé de converger pour faire une véritable démonstration de force au gouvernement.
Pour répondre à l’appel des syndicats et collectifs hospitaliers, Christophe Chalençon ne cesse d’enchaîner les concertations pour fédérer un maximum de personnes. Selon nos informations, plusieurs convois s’organisent aux quatre coins de la France afin de se rendre à Paris, le 16 juin 2020, pour demander un gouvernement de transition. 

Forts d’une certaine expérience, il risque d’être très difficile d’empêcher les troupes de se rassembler, tant la mobilisation semble massive et disparate. Associés au ras-le-bol des forces de l’ordre, nul doute que ces départs collectifs ne puissent être interceptés en amont. 

Chalençon serait-il tout proche de remporter son combat ?

What do you think?

Written by Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Immobilier : acheter, vendre ou attendre…faisons le point !

Portrait : Aurélien BARRAU, l’highlander qui veut sauver la planète