in

[Édito] Plus dangereux que la seconde vague, le couple franco-allemand…

Voilà la rentrée approche ! Terminé les vacances, fini les moments de détentes et de distractions, place à la réalité et surtout à un avenir qui ne présage rien de bon pour les français qui aiment la France. En effet, après avoir lâché un peu de mou pour amuser la populace tout l’été, le régime retend la laisse, impose la muselière en menaçant de correction tout esprit révolutionnaire qui ne suivrait pas le sens de la pensée unique. Pour les dociles adeptes de jeux de soumission, « à biter » entre complaisance et peur, qu’ils soient rassurés, ils peuvent compter sur la soupe servie par les organes de propagande de leur maître pour les éduquer. Pour les autres, qui nous aime, nous suive… 

Les Français sont-ils des moutons de Panurge heureux d’être envoyés à l’abattoir, celui de leur pays promis à se soumettre dans la grande Germanie européenne, et à disparaître en t’en qu’individu appartenant à un peuple ? C’est possible, car au fond, il faut être crétin ou ignare pour ne pas voir les conséquences désastreuses des choix politiques décidés par la macronie et comprendre que la nation s’asphyxie un peu plus chaque jour. Malheureusement, trop nombreux sont les Français à s’en émouvoir . Ces Français, roulés dans la farine médiatico-politique moulue avec soin par les potes de Manu (on ne donnera pas de nom au risque de passer pour des antisémites), préfèrent donc s’effacer et/ou oublier qu’ils sont là parce que d’autres avant eux sont morts pour leurs libertés. Malgré un Président qui les méprise et affiche ce mépris sans retenue, le monopole de la parole et de l’image suscite une sorte de fascination. Ces Français s’habituent à lui et à un « couple » présidentiel presque royaliste, dont on ne sait d’ailleurs toujours pas qui est la reine ou le roi. Ils finissent donc par tout accepter, sans que l’opposition éparpillée ici et là ne semble pouvoir lui opposer un rival en mesure de le combattre, à seulement 18 mois de la Présidentielle.

Alors, comme écrasé par le poids du désastre, les Français préfèrent se soumettre davantage à celui qui les guide dans les difficultés, les malheurs et les drames, plutôt que de combattre leur tortionnaire . Au début de l’année, la France devait échapper à la pandémie, puis pouvait se passer de masques inutiles. Atteinte par le virus, elle a mis en place un confinement radical, meurtrier pour notre économie, afin d’éviter in extremis la saturation des lits de soins intensifs. En suivant, plus la pénurie, la désorganisation, les retards… devenaient les signes évidents d’une politique absolument scandaleuse , plus l’Exécutif se faisait autoritaire, répressif et oppresseur . Parallèlement, les Français convaincus que leur santé était en danger, se pliaient à ces volontés pour échapper au risque le la mort, qui finalement a tué un patient pour plus de deux-mille contaminés, et en particulier dans une population « à risques ». 

La comparaison avec d’autres pays, dont certains nous ont secourus, en accueillant nos malades, est consternante. L’Allemagne, modèle absolu de macron 1er,  avec des mesures plus souples et une stratégie de tests massifs, a obtenu trois fois moins de décès malgré sa population plus nombreuse et vieillissante. D’un point de vue économique, elle prévoit une baisse de 5% de son PIB en 2020, contre plus de 10% en France. Son plan de relance mobilise 130 milliards d’Euros contre 100 pour la France. L’Allemagne, peut se permettre cet écart puisque son endettement est faible. Ce n’est pas le cas de notre pays qui s’efforce de faire croire qu’il joue un rôle déterminant alors qu’il est de plus en plus le quémandeur. C’est ainsi que le plan de relance européen a été présenté comme un grand succès, alors qu’il est une nécessité Outre-Rhin pour relancer les clients européens qui doivent trouver une alternative à des marchés américain et asiatiques défaillants. Pour cela la France a du accepter un recul de la politique agricole commune et une diminution des participations au budget européen des pays tels que les plus « sérieux ». En somme, le coup de communication va coûter cher !

En attendant de payer les pots cassés, la dictature sanitaire s’amplifie envahissant maintenant le monde de l’entreprise, saupoudrant d’angoisse nos entrepreneurs qui est un parfait frein au dynamisme économique. La répression sévère mais confuse et inégalitaire qui accompagne l’obsession artificielle entretenue autour d’une épidémie maîtrisée paraît actuellement disproportionnée face à l’absence de réponse appropriée à l’explosion de la délinquance et des violences. Le tandem police-justice s’est transformé en duo où chacun y va de son tweet, sans que la moindre mesure concrète et efficace n’advienne. Le Ministre de l’intérieur lui dénonce/condamne sur twitter comme un pauvre opposant politique alors qu’il a toutes les cartes à porter de mains pour pouvoir agir. Celui de la justice se dit plus préoccupé par le confort des détenus, que la vie de nombreux Français gâchée, parfois détruite par l’ensauvagement lâchement toléré de notre société. Face à ce constat, comment ne pas croire que deux discours contradictoires dont le second l’emporte évidemment sur le premier, puissent apporter la moindre solution au manquement de l’Etat et plus particulièrement à la première de ses obligations, la sécurité des Français, qui, plus que leur santé, est entre ses mains. 

Plus inquiétant encore, même si les Français ne semblent pas s’en rendre compte, est la disparition de la démocratie dans le Pays des droits de l’Homme : après l’hold-up de l’élection présidentielle, puis des élections municipales qui se sont déroulées dans un moment critique et ont donné des résultats absurdes, le « petit roi  » aurait évoqué la perspective d’un report des élections régionales après les élections présidentielles.

Pendant ce temps là, l’ancien banquier courbe l’échine, tourne le dos aux anglais (dont certains sont tombés sous les balles à côté et non en face de nos grands-pères, il y a à peine 75 ans), tandis qu’en même temps, il ouvre grand la porte du Fort de Brégançon à ceux qui voulaient : détruire le poids politique économique et financier de la France, anéantir sa souveraineté d’Etat-nation.

Puisque l’on vous dit que tout va bien…

What do you think?

Written by Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Port du masque : Quand le préfet de l’Hérault navigue à vue.

LANCEMENT DE LA REVUE #1 / BAS LES MASQUES