Après avoir fortement baissé durant le confinement, les crimes et délits explosent au mois de mai

Après avoir fortement baissé durant le confinement, les crimes et délits explosent au mois de mai

Si les deux mois de confinement auront été préjudiciables à l’économie de notre pays, hormis d’avoir probablement permis de sauver des vies, il aura eu aussi l’avantage de mettre en lumière la dérive de notre société et de l’inéfficacité des gouvernements qui se sont succédés jusqu’ici, à pouvoir agir sur la criminalité. En effet, une analyse conjoncturelle des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie effectuée à la fin du mois de mai 2020, démontre une baisse plus que significative de la délinquance durant le confinement et à nouveau une explosion des délits post confinement.

Même si les chiffres sont à prendre avec précaution, due au report des dépôts de plaintes sur le mois de mai, ils n’en sont pas mois révélateurs. L’analyse publiée sur le site du ministère de l’intérieur démontre qu’au cours du mois d’avril 2020 par rapport au mois de mai 2020,  la délinquance a fortement diminué en mars et avril. Globalement, sur les trois derniers mois de mars, avril et mai 2020, les indicateurs ont très fortement diminué par rapport aux trois mois précédents alors que la plupart étaient en hausse sur la période précédente. Les baisses les plus marquées ces trois derniers mois sont observées pour les vols sans violence contre des personnes (-58 %), les vols dans les véhicules (-51 %) et les vols violents sans arme (-50 %). Les coups et blessures volontaires (y compris violences intrafamiliales) enregistrent une baisse moins importante au cours des trois derniers mois (-24 %). Les homicides des trois derniers mois ont diminué par rapport aux trois mois précédents. 59 faits d’homicides (y compris coups et blessures suivis de mort) ont été enregistrés en mai 2020 après 68 en avril et 70 en mars. Le total des trois derniers mois (197 victimes) est moins élevé que celui des trois mois précédents (229 victimes).

les coups et blessures passent de moins 24% en avril, à plus 34% au mois de mai

Les coups et blessures volontaires sur les personnes de 15 ans ou plus (y compris les violences intrafamiliales) enregistrés par les forces de sécurité augmentent très fortement en mai 2020 (+34 %) après une stabilité au mois d’avril. Dans le contexte de la crise de covid-19, le total des trois derniers mois diminue très nettement par rapport aux trois mois précédents (-24 %). Parmi ces coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus, la part des violences intrafamiliales enregistrées s’était accrue entre juillet et la fin de l’année 2019 : selon les experts, cette hausse pourrait s’expliquer par un effet positif du Grenelle des violences conjugales (septembre à novembre 2019), lequel a pu inciter les victimes à davantage déposer plainte et favoriser un meilleur accueil par les services de sécurité. La part des violences intrafamiliales s’est repliée en mai après un pic en avril, mais reste élevée (plus de la moitié) par rapport à la période précédant le confinement.

Après avoir atteint un premier point haut en juillet 2018, le nombre de coups et blessures volontaires avait enregistré des fluctuations avec une légère tendance à la baisse. Après un rebond en mars 2019, il s’inscrivait depuis sur une tendance très marquée à la hausse.

Coups et blessures (source ministère de l'intèrieur)

Les violences sexuelles explosent de 85% après avoir diminuées de 32% en avril

Les violences sexuelles enregistrées par la police et la gendarmerie augmentent très nettement (+85 %) en mai 2020 après une baisse très marquée au mois précédent (-32 %). Dans le contexte de la crise sanitaire, le total des trois derniers mois diminue très fortement par rapport aux trois mois précédents (-41 %).

Dans un contexte de libération de la parole et d’amélioration de l’accueil des victimes par les services de police et de gendarmerie, le nombre de violences sexuelles enregistrées augmentait depuis fin 2017. La tendance à la hausse était marquée sur la période récente.

Violences sexuelles (source ministère de l'intèrieur)

Après avoir baissé de 24% en avril, les vols avec armes en hausse de 51% au mois de mai

Les vols avec armes enregistrés par la police et la gendarmerie augmentent très nettement (+51 %) en mai 2020 après une baisse très marquée au mois précédent (-24 %). Dans le contexte de la crise sanitaire, le total des trois derniers mois diminue très fortement par rapport aux trois mois précédents (-42 %).

Après une stabilisation au deuxième semestre 2018 à un niveau plus faible que les années précédentes, les vols avec armes enregistraient une légère tendance à la hausse depuis mai 2019.

Vols avec armes (source ministère de l'inèrieur)
Les escroqueries repartent de plus belle, avec une inflation des délits recensés atteignant les +123%

Les escroqueries enregistrées augmentent très fortement (+123 %) en mai 2020 après une baisse marquée au mois précédent (-26 %). Dans le contexte de la crise sanitaire, le total des trois derniers mois diminue très nettement par rapport aux trois mois précédents (-38 %).

Orientées à la hausse depuis la mi-2018, avec d’amples fluctuations, les escroqueries s’étaient stabilisées sur le premier semestre 2019 après la forte augmentation de janvier avant de repartir à la hausse.  

Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *