in ,

Un hôpital de Barcelone emmène des patients atteints de coronavirus en mer dans le cadre de leur rétablissement

Mercredi dernier, des photos montraient le personnel médical de l’Hôpital Del Mar à Barcelone, faisant rouler des patients en convalescence à la plage mercredi, leur offrant une vue panoramique sur la mer Méditerranée. Selon les soignant, le voyage à la plage fait partie d’un programme visant à humaniser les unités de soins intensifs

Interrogé par un journaliste, le chef de l’unité des soins intensifs de l’hôpital situé à Barcelone a déclaré au quotidien catalan ARA Societat qu’il effectuait des sorties thérapeutiques sur la promenade du front de mer de Barcelone avec certains patients depuis quelques années.

Après l’Italie, l’Espagne a été le deuxième pays européen après à être violemment touché par le covid-19.

L’Espagne a mis en œuvre l’un des confinements les plus stricts au monde dés la mi-mars, qui comprenait une règle de confinement à domicile pour les enfants de moins de 14 ans qui a duré 44 jours. Seuls les adultes ne pouvaient quitter leur domicile que pour faire des achats essentiels ou pour se rendre au travail.

Les restrictions se sont progressivement assouplies à mesure que la situation médicale s’améliore. Au 9 juin, le nombre de morts en Espagne était de plus de 27 137 personnes avec 241 717 cas, selon les données compilées par Johns Hopkins .

Le personnel des soins intensifs de l'Hôpital del Mar avec un patient COVID-19 en convalescence sur la plage le 3 juin 2020 à Barcelone, en Espagne. (Photo de David Ramos )

La semaine dernière , l’Espagne n’a signalé lundi aucun décès officiel du nouveau coronavirus sur une période de 24 heures pour la première fois depuis mars.

Cette évolution est «très, très encourageante», a déclaré le chef des services de santé d’urgence, Fernando Simón. 

«Nous sommes en très bonne position dans l’évolution de la pandémie», a déclaré Simón. «Les statistiques suivent une tendance. Ils vont dans la bonne direction. »

Le Premier ministre Pedro Sanchez a demandé mercredi dernier au Parlement, la prolongation de l’état d’urgence au gouvernement pour deux semaines supplémentaires. Cela permettra aux autorités d’ordonner aux gens de rester chez eux si l’épidémie repartait.

Simón a déclaré que les récents clusters provoqués par des personnes participant à des «fêtes» non autorisées, peuvent potentiellement entraîner une nouvelle vague.

«Nous sommes toujours en danger. Chacune de ces épidémies peut signifier une nouvelle vague d’infections », a-t-il déclaré. « Nous devons rester prudents. »

What do you think?

Written by Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Les 450 Milliards posés sur la table par le gouvernement, suffiront-ils à relancer le moteur économique du pays ?

Pour éviter une crise sociale la CGT appelle à une revalorisation des salaires