in

La confédération des PME propose un plan de relance pour l’économie

Presque trois mois après le début de la crise sanitaire, le bilan est sans appel : la France va vivre une crise économique sans précédent dont les effets ne feront que s’intensifier dans les mois à venir. A annoncé par communiqué de presse François Asselin, le président de la CPME. Selon lui, les chefs d’entreprises le vivent chaque jour dans leur territoire, inquiets pour l’avenir de leur entreprise, mais aussi pour leur propre avenir et celui de leurs employés.

Dans l’urgence, le gouvernement a mis en place des dispositifs exceptionnels et massifs qui ont permis de réduire le choc immédiat de la mise en veille de l’activité économique. Par son action, la Confédération des Petites et Moyennes Entreprise (CPME) a elle-même obtenu le déploiement de mesures inédites afin de soutenir au mieux les entrepreneurs. Indique le président de la CPME.

Mais passée cette phase d’urgence, l’enjeu pour la CPME est de poursuivre la bataille pour limiter le plus possible les dégâts en accompagnant ceux qui en ont besoin, tout en redonnant un horizon. C’est pourquoi la CPME milite pour le déploiement avant l’été d’un grand plan de soutien et d’investissement avec comme objectif de faire des artisans, TPE et PME le moteur de la relance économique.

Avec près de 110 propositions, le but de ce vaste plan cherche est d’ éviter les défaillances d’entreprises, accélérer la économique en s’épaulant sur les territoires, donner la priorité aux secteurs à fort taux de main d’œuvre et accompagner le redémarrage par des mesures sociales – le tout dans un cadre européen à adapter au contexte sanitaire. Parmi ces propositions, la CPME souhaite aussi faire de la transition écologique un outil de développement économique durable.

Les mesures les plus fortes que propose la confédération des petites et moyennes entreprises

  • Une franchise fiscale, l’annulation des charges sociales et le maintien du chômage partiel à 100% jusqu’au 31 décembre 2020, pour les entreprises fermées sur décision administrative et pour celles de moins de 500 salariés ayant perdu plus de 70% de leur chiffre d’affaire (CA) pendant le confinement ou plus de 50% sur le premier semestre 2020 par rapport au premier semestre 2019 ;
  • La diminution de 25% de la CVAE, de la CFE, de la TASCOM et…des primes d’assurances automobiles, correspondant aux 3 mois de confinement ;
  • La mise en place d’un « médiateur du chômage partiel » pouvant analyser, au cas par cas, les demandes de maintien du dispositif en vigueur jusqu’au 01er juin ; 
  • La transformation du Prêt garanti par l’Etat (PGE) en quasi-fonds propres avec une durée de remboursement des titres pouvant s’étaler de 10 à 20 ans ;
  • L’exonération d’Impôt sur les Sociétés (IS) pour les montants réinvestis dans l’entreprise ou remontés aux fonds propres ; 
  • La généralisation du mécanisme de « suramortissement » instituant une déduction supplémentaire du résultat fiscal, d’un montant égal à 40% de l’investissement réalisé ;
  • La création d’un « Crédit Impôt Production en France » pour encourager le « made in France », sur le modèle du Crédit Impôt Recherche (CIR) ; 
  • L’exonération, pour les contribuables concernés, via un « IFI-PME », d’une partie de l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI), sous condition d’investissement dans une PME ;
  • La mise en place d’un « PGE Vert » pour la rénovation énergétique des bâtiments ;
  • Le déplafonnement du nombre d’heures supplémentaires autorisées avec exonération des charges sociales patronales et d’impôt, afin d’offrir une plus grande souplesse aux entreprises pour honorer leurs éventuelles commandes ; 
  • La réactivation d’une prime à l’embauche de 4000 € pour toute signature de CDI ou de CDD de plus de 6 mois, dans une TPE/PME ;
  • La création d’un « chèque vacances en France 2020 » proposé aux Français avec un abondement de l’Etat, utilisable uniquement en 2020 dans les entreprises liées aux hôtels-cafés-restaurants, au tourisme, à l’événementiel, au sport et à la culture ;
  • La possibilité, pour chaque salarié, de débloquer son épargne salariale à titre exceptionnel, sans avoir à justifier d’aucun motif, jusqu’au 31 décembre 2020 ; 
  • La mise en place d’un titre spécial de paiement préfinancé, le « CESU déconfinement » pour éviter le placement en activité partielle des parents dont les enfants ne peuvent aller à l’école ;
  • L’instauration d’un dispositif « Zéro charge » patronale pour tout recrutement d’un apprenti en 2020-2021 et….  Un document intitulé « plan de relance de l’apprentissage »
  • La relance immédiate des marchés publics et…un document « Pour activer la commande publique ».

« Les chefs d’entreprises sont déterminés à relever le défi et à surmonter cette crise économique sans précédent. Mais il faut les y aider et leur donner des perspectives : c’est notre ambition pour bâtir l’avenir. » à déclaré François Asselin, président de la CPME

What do you think?

Written by Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Monde d’après: Le Conseil d’Etat refuse d’accorder la transparence sur les discriminations faites au femmes dans les entreprises

ALERTE – Grave défaillance de la base de données du service civique: 1,4 millions de dossiers ont été en accès libre sur le web !