in , ,

Plus de 30 éborgnés en France depuis 2019.

Ils étaient plusieurs centaines à s’être réunis dimanche à Montpellier pour dénoncer les instructions données aux forces de l’ordre et pour réclamer l’interdiction de certaines armes utilisées par les forces de l’ordre lors des manifestations en France.

Une action citoyenne en soutien aux mutilés des violences policières.

Ce dimanche après-midi à Montpellier, se sont mobilisés plusieurs centaines de personnes pour protester contre la démesurée répression commanditée par le gouvernement Macron. Depuis les manifestations des gilets jaunes, le 17 novembre 2018, ils ont été des milliers à être frappés et pour certains pires : éborgnés et amputés.

Selon le collectif Désarmons-les (un collectif qui dénonce les violences policières en France), ils ont été plus de 30 citoyens en 2019 à avoir perdu un œil après avoir reçu un tir de LBD (lanceur de Balle de Défense).

Ces mutilations sont régulièrement filmées et diffusés sur les réseaux sociaux et plus de 300 enquêtes du IGPN sont liées à l’utilisation de ces armes de défense. Pour le moment, la plupart des enquêtes sont classés sans suites car il serait impossible d’identifier les tireurs…

Des violences systématisées pour « avoir peur de manifester » ?

Selon plusieurs spécialistes le gouvernement pourrait utiliser la violence pour faire peur aux manifestants et ainsi éviter un « effet de masse. »

« J’ai retrouvé un vieux dossier que j’avais traité lors des manifestations de 1995, il y avait déjà à l’époque des violences. Mais aujourd’hui, nous avons l’impression, sur le terrain, qu’elles sont de plus en plus systématisées, note J à la Ligue des droits de l’homme. Faire peur aux manifestants, pour que les gens viennent de moins en moins manifester. »

Jean-Jacques Gandini, ancien avocat et coordinateur de la Legal Team à la Ligue des droits de l’homme.

Cette peur de manifester est réelle et depuis 2018 beaucoup de Français ont peur de sortir dans la rue par crainte d’être battus par les forces de l’ordre.

Des « yeux » suspendus au grille de la préfecture

En symbole de protestation, des citoyens ont donc accrochés aux grilles de la préfecture de Montpellier des yeux en polystyrène pour interpellé l’opinion publique.

Crédit photo : Dylan a perdu son œil en avril 2019, à 18 ans. (Témoignage sur France Bleu)

What do you think?

Written by Alexandre LARREY

Curieux et passionné par les questions de géopolitique...

Comments

Leave a Reply

2 Pings & Trackbacks

  1. Pingback:

  2. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Le département de l’Hérault va donner 150 Euros pour l’achat d’un vélo électrique.

LUNEL : Ils volent une 2CV…