in ,

Maladie mystérieuse à Eluru : ce qu’il faut savoir…

L’alerte a été donnée ce weekend, après qu’un afflux de personnes tombent malades d’une mystérieuse maladie.

POINTS FORTS

  • Une maladie mystérieuse a frappé l’État indien d’Andhra Pradesh, tuant une personne et en infectant plus de 400.
  • Les experts de la santé et les autorités gouvernementales ont exclu plusieurs possibilités, notamment l’infection virale, le COVID-19 et les maladies causées par la contamination d’eau potable.
  • La plupart des personnes infectées ont entre 20 et 30 ans, tandis que 45 d’entre auraient moins de 12 ans, ont confirmé les médias indiens.
  • Une équipe de médecins du prestigieux AIIMS Delhi et de l’OMS ont été dépêchés sur place et sont censés rejoindre Eluru mardi pour évaluer la cause profonde de la maladie mystérieuse.

Au moins une personne est décédée et plus de 400 autres ont été infectées par une maladie d’origine inconnue dans l’ancienne ville indienne d’Eluru dans l’Andhra Pradesh.

Une équipe de médecins du prestigieux AIIMS Delhi a été dépêchée et devrait rejoindre Eluru mardi pour étudier la cause de la maladie mystérieuse, a rapporté le journal Business Standard .

Les premiers cas sont apparus samedi et les personnes infectées par la maladie mystérieuse présentaient des symptômes allant de nausées, convulsions, perte de conscience, anxiété et maux de dos, confirment les médias. Cependant, ils ont été testés négatifs au COVID-19.

La plupart des personnes infectées ont entre 20 et 30 ans, tandis que 45 d’entre elles auraient moins de 12 ans, ont confirmé les médias indiens.

Pour le moment, il y a un seul cas de décès connu. Il s’agit d’un homme de 45 ans qui a été admis à l’hôpital avec des symptômes similaires à l’épilepsie et à la nausée, juste avant de décéder.

Qu’est-ce qui pourrait causer cette maladie mystérieuse?

Jusqu’à présent, le gouvernement d’Andhra Pradesh a exclu plusieurs possibilités, telles que les infections virales comme l’encéphalite japonaise, la dengue ou le chikungunya qui sont causées par des piqûres de moustiques, après des tests sanguins sur les personnes infectées.

Les médecins ont également testé d’autres fluides corporels, y compris le céphalo-rachidien et la tomodensitométrie (cerveau), qui ne confirment rien de nouveau, ce qui en fait un mystère.

Au départ les autorités soupçonnaient une contamination par la vaporisation anti-moustique en tant que cause de la maladie, mais les tests effectués jusqu’à présent ont également dissipé le doute.

La plupart des personnes infectées ont entre 20 et 30 ans, tandis que 45 d’entre elles auraient moins de 12 ans, ont confirmé les médias indiens (Image fournie par DP SATISH via Twitter)

L’hypothèse d’une contamination provenant de l’eau potable, désormais écartée

Les personnes qui buvaient de l’eau provenant de sources autres que celles entretenues par la municipalité d’Eluru sont également tombées malades, a déclaré le porte parole du district de West Godavari, R Muthyala Raju.

Les responsables gouvernementaux testent actuellement des légumes à partir de 20 échantillons pour écarter toute source possible de la maladie mystérieuse.

«Nous recueillons des échantillons de légumes dans les 20 meilleurs endroits. Des cas sont signalés dans toute la zone de la Corporation municipale », a déclaré Himanshu Shukla, responsable du district de Godavari Ouest à l’IANS.

La maladie frappe l’Andhra Pradesh à un moment où l’Inde est aux prises avec la première vague de pandémie de COVID-19 – la deuxième pire au monde après les États-Unis.

Carte de l’Inde

L’Andhra Pradesh compte l’un des plus gros cas de COVID-19 en Inde et a collectivement enregistré plus de 800 000 cas depuis le début de la pandémie.

L’Inde a un total cumulatif de 9,6 millions de cas de COVID-19 et plus de 140 500 décès, selon le décompte tenu par l’Université Johns Hopkins.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

INDE : Une maladie non-identifiée en Inde provoque convulsions, frissons, nausées et perte de conscience.

FLORIDE : Le domicile d’une lanceuse d’alerte à propos du Covid perquisitionné, son matériel informatique saisi par la police…