in

L’efficacité de l’hydroxychloroquine, finalement reconnue par les chercheurs de l’Inserm?

Vérifierons-nous le vieux dicton : « quand le mensonge prend l’ascenseur la vérité prend l’escalier » ?

L'hydroxychloroquine, commercialisée sous le nom de Plaquenil, est notamment prescrite pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde ou du lupus © Radio France / Lorélie Carrive

Dans une publication parue ce 28 janvier mais dont la première mouture date du 1er juillet dernier, on peut lire qu’un groupe de chercheurs de l’Inserm reconnaît l’action de… l’hydroxychloroquine sur la Covid-19. Les 16 auteurs : Fanny Onodi, Lucie Bonnet, Laurent Meertens, Lea Karpf, Justine Poirot, Shen-Ying Zhang, Capucine Picard, Anne Puel, Emmanuelle Jouanguy, Qian Zhang, Jerome le Goff, Jean-Michel Molina, Constance Delaugerre, Jean-Laurent Casanova, Ali Amara et Vassili Soumelis écrivent dans le rapport définitif que le SARS-CoV-2 induit une diversification des cellules pré dendritiques plasmacytoïdes humaines.

Quand on lit l’abstract, une phrase saute aux yeux :

Tous les aspects majeurs de l’activation de la pDC, (un facteur clé de l’immunité antivirale) induite par le SARS-CoV-2 ont été inhibés par l’hydroxychloroquine.

Résumé :

Plusieurs études ont analysé les voies immunitaires antivirales dans le COVID-19 sévère de stade avancé. Cependant, les étapes initiales de l’immunité antivirale contre le SARS-CoV-2 sont mal comprises. Ici, nous avons isolé des souches virales primaires du SARS-CoV-2 et étudié leur interaction avec les cellules pré dendritiques plasmacytoïdes humaines (pDC), un acteur clé de l’immunité antivirale. (ndlr : Une cellule dendritique plasmacytoïde est une cellule du système immunitaire de type dendritique ciblant essentiellement les acides nucléiques étrangers et sécrétant d’importantes quantités d’interféron de type I. Elle intervient dans l’immunité antivirale mais également dans les phénomènes d’auto-immunité.)

Nous montrons que les pDC ne sont pas infectés de manière productive par le SARS-CoV-2. Cependant, ils se sont diversifiés efficacement en sous-ensembles d’effecteurs P1-, P2- et P3-pDC activés en réponse à une stimulation virale. Ils ont exprimé les ligands comme CD80, CD86, CCR7 et OX40 à des niveaux similaires à l’activation induite par le virus de la grippe. Ils ont rapidement produit des niveaux élevés d’interféron-α, d’interféron-λ1, d’IL-6, d’IP-10 et d’IL-8. Tous les aspects majeurs de l’activation de la pDC induite par le SARS-CoV-2 ont été inhibés par l’hydroxychloroquine. Mécaniquement, L’activation de la pDC induite par le SARS-CoV-2 dépendait de manière critique de l’IRAK4 et de l’UNC93B1, comme établi en utilisant la pDC de patients génétiquement déficients. Dans l’ensemble, nos données indiquent que les pDC humaines sont efficacement activées par les particules de SARS-CoV-2 et peuvent ainsi contribuer à l’immunité dépendante de l’IFN de type I contre l’infection par le SARS-CoV-2.

Written by France Soir

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Traitements: Mauvais temps pour Véran, les associations s’unissent pour trouver des solutions alternatives.

Dictature sanitaire : Que sommes-nous en train de vivre ?