in , ,

Le président Trump délivrera 100 “pardons” lors de sa dernière journée au pouvoir

Le président Donald Trump prévoit d’offrir sa clémence à au moins 100 personnes lors de sa dernière journée complète en fonction, c’est à dire ce mardi 19 janvier.

Le président Donald Trump prévoit d’offrir sa clémence à au moins 100 personnes lors de sa dernière journée complète en fonction, c’est à dire ce mardi 19 janvier.

Selon les responsables de l’administration, La Maison Blanche avait initialement prévu que Donald Trump émette les “pardons” et les commutations par lots. Mais ce plan a été abandonné à la suite de l’insurrection du Capitole américain, le 6 janvier.

La Maison Blanche a tenu une réunion dimanche pour finaliser la liste des pardons, ont indiqué deux sources. Mais la liste n’est pas complètement bouclée…

La dernière série d’actions de clémence devrait inclure un mélange de pardons axés sur la réforme de la justice pénale et de pardons plus controversés obtenus ou distribués à des alliés politiques.

Une grâce pour Assange ?

Le président Trump accordera t’il une grâce présidentielle au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. Pour le moment, d’après l’entourage de Trump, Assange ne figurerait pas dans la liste, mais laisse entendre que les choses pourraient évoluer.

Assange fait face à 18 accusations criminelles liées à la publication de documents gouvernementaux secrets remis par l’ex-analyste du renseignement de l’armée déjà condamnée, Chelsea Manning.

Si l’Australien est reconnu coupable, il pourrait passer jusqu’à 175 ans derrière les barreaux. Il est actuellement détenu dans une prison de Londres après avoir été expulsé de sa cachette de près de sept ans, l’ambassade équatorienne.

Réponse demain… Croisons les doigts !

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

YouTube censure la vidéo de la généticienne Alexandra Henrion-Caude qui s’inquiète de la transmission à l’enfant par le vaccin Covid

Présidentielle 2022: Après avoir profité des réseaux sociaux en 2017, les macronistes souhaitent rapidement “réguler l’espace numérique”