in ,

Jonathann Daval vient d’être condamné à 25 ans de prison pour le meurtre de sa femme Alexia Fouillot.

Vous avez été nombreux à me demander mon avis sur cette affaire. Que dire sinon qu’elle est tragiquement banale…

À titre d’exemple, hier, un Savoyard a été condamné à 25 ans de prison pour l’assassinat de sa femme (Le Dauphiné). Un Ardennais l’a également été, à perpétuité cette fois, pour le meurtre de sa femme et ses deux enfants (L’Union). Dans le Haut-Rhin, un multirécidiviste a pris 20 ans pour « tentative de meurtre » et « viols en récidive » sur sa compagne. Il l’a battue pendant trois heures, forcée à se pendre, puis l’a violée (L’Alsace).

À Nantes, la mère d’un enfant de 8 ans et son compagnon ont été condamnés à 28 ans de prison pour l’avoir torturé et noyé (Le Figaro). À Saint-Omer, un homme a été condamné à 25 ans de prison pour avoir torturé à mort son beau-fils de 5 ans (France 3).

Jeudi à Cayenne, un autre homme a été condamné à la perpétuité avec 22 ans de sûreté pour avoir égorgé sa femme (France Guyane). À Lyon, un livreur a pris 20 ans de prison, assortis d’une période de sûreté de 13 ans, pour le meurtre sauvage de sa femme. 80 hématomes et contusions avaient été relevés sur le corps de la victime (Ouest France).

Dans le Cher, un homme a pris dix ans pour le meurtre de sa mère, étouffée avec deux oreillers (Le Berry Républicain).C’est comme ça tous les jours.

Ce que je peux dire porte sur la peine et son application. Daval vient d’être condamné à une peine statistiquement plus lourde que la moyenne (10,2 ans) des peines prononcées pour homicide volontaire sans préméditation – c’est-à-dire « meurtre ».

La dissimulation et l’atteinte au cadavre ont été décisives dans ce verdict. La « perpétuité » requise n’a par elle-même aucun sens, puisque la réalité de cette peine dépend de la période de sûreté.

En l’absence de peine de sûreté prononcée, Daval pourra donc prétendre dès la moitié de sa peine à un « aménagement », c’est-à-dire à une remise en liberté conditionnelle. Près de 50% des auteurs d’homicides volontaires en bénéficient.

Comme tout condamné, il bénéficiera par ailleurs d’une réduction de peine devenue automatique – si le juge d’application ne s’y oppose pas. Cette réduction de peine peut être accrue pour les condamnés qui « manifestent des efforts sérieux de réadaptation sociale ».

Tout ça pour dire qu’il sera probablement libre d’ici 2030. Et bien sûr, s’il fait appel de ce jugement, il sera de nouveau légalement présumé innocent jusqu’au second verdict.

What do you think?

Written by Laurent Obertone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Petite prise douanière du matin, à Roissy…

Cannes : Sébastien Mazé a été tué, personne n’est coupable.