in

«Il faut donc vacciner vite, travailler sur l’acceptabilité et notamment sur la vaccination des enfants»: La recommandation fascisante de l’épidémiologiste Dominique Castagliola

Le média Heidi News a rapporté plusieurs avis d’ épidémiologistes, commentant une étude britanique selon laquelle la vaccination seule ne saurait contenir la pandémie et que la vigilance doit être de mise quant à la réouverture des lieux fermés au public et au relâchement des mesures barrières.

Dominique Costagliola, épidémiologiste et biostatisticienne, directrice de recherches à l’Institut Pierre Louis d’Épidémiologie et de Santé Publique y prévient :

«Relâcher les mesures sanitaires avant que l’on ait atteint un taux d’immunité grégaire suffisant n’est pas raisonnable. C’est d’autant plus vrai que les hypothèses des modélisations de l’étude britannique ne prend pas en compte les variants d’échappement.»

Dominique Castagliola préconise des mesures fortes qui ne pourront être relâchées qu’après qu’une immunité de groupe suffisante (aujourd’hui évaluée à 75-80% compte tenu du variant britannique, plus contagieux) soit atteinte par la vaccination.

Vacciner vite et massivement 

S’appuyant sur un article paru en novembre 2020 dans Health Affairs, Dominique Costagliola explique l’importance du déploiement rapide et massif de la vaccination:

«Presque plus que l’efficacité du vaccin (qui reste bien sûr déterminant dans le contrôle des cas et le nombre de décès), ce qui compte pour atteindre rapidement une immunité de groupe, c’est le nombre de doses dont on dispose, le rythme auquel on les administre et le taux d’acceptation vaccinale. Il faut donc vacciner vite, travailler sur l’acceptabilité et notamment sur la vaccination des enfants.»

Sur la vaccination des enfants:

«Il faut absolument changer la cadre de la vaccination. Aujourd’hui, les moins de 18 ans sont exclus des politiques vaccinales. Comment voulez-vous que 75 à 80% de la population soit immunisée si on en exclut d’emblée 15%? Il est incontestable qu’exclure les moins de 18 ans de la vaccination fait courir un gros risque de diffusion du virus.»

À LIRE AUSSI AU SUJET DE DOMINIQUE CASTAGLIOLA : Des dirigeants français accusés d’intervenir auprès de l’OMS pour discréditer une étude favorable à l’ivermectine

Pour l’épidémiologiste parisienne, on aurait tort de faire la fine bouche sur des vaccins jugés un peu moins efficaces – voire d’insister sur cette efficacité moindre, au lieu de privilégier la pédagogie et l’engagement du plus grand nombre conjugué à un large déploiement. Ce n’est qu’à ce prix et en observant une grande rigueur quant à l’allégement des mesures sanitaires que nous pourrons remiser le Covid-19 dans les livres d’histoire.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Bill Gates ou l’empire de la destruction du vivant

(Vidéo) Coup de gueule d’Eric Loridan, Chirurgien, sur la dictature sanitaire