in ,

Didier Lauga, le fascisant préfet du Gard, obligé de reculer face à la pression populaire après un post “gênant” sur facebook

Des méthodes douteuses qui inquiètent Gardoises et Gardois.

Didier Lauga, préfét du Gard et la photo des badges pro-vaccins postée sur la page facebook de la préfecture

Après avoir fait interner par la force le Pr Jean Bernard Fourtillan le 10 décembre dernier, le préfet controversé, Didier Lauga, a publié ce mercredi une photo sur le compte facebook de la préfecture du Gard pour faire l’apologie du vaccin. Une photo gênante qui a immédiatement semé le trouble et provoqué de vives réactions au sein de la population, obligeant ce dernier à rapidement la retirer…

Préfet particulièrement contesté dans le département du gard (30), Didier Lauga est connu pour faire du zèle et n’hésite pas à défendre sa sensibilité politique.

Effectivement, ce dernier fait tout son possible pour réduire au silence la moindre opposition au macronisme. En 2018, alors que la ville de Beaucaire (30) installe une crèche au moment des fêtes de noël, Didier Lauga saisi immédiatement le tribunal administratif dans le but de la faire disparaître :

“Vous avez décidé l’installation d’une crèche de Noël dans l’enceinte de la mairie à compter du 4 décembre 2018 jusqu’au 1er février 2019. Je vous prie de trouver ci-joint copie de la requête introductive d’instance déposée devant le tribunal administratif de Nîmes à l’effet d’obtenir l’annulation de la décision susvisée », peut-on lire dans le courrier de Didier Lauga.”

 

Courrier de Didier Lauga qui attaque la ville de Beaucaire pour sa crèche

 

 

Didier Lauga, personnage influent dans le dossier de Roland Veuillet, gilet jaune et militant politique ET INCARCÉRÉ

Roland Veuillet, retraité de l’Éducation nationale, s’est engagé à fond avec les Gilets Jaunes dans le Gard et fut donc particulièrement ciblés par les forces de répression (contrôles policiers à répétitions, perquisitions, amendes, poursuites judiciaires…).

L’accumulation de ces diverses mesures de rétorsion et son refus de s’y soumettre ont conduit Roland à systématiquement dénoncer tant la répression policière que judiciaire, ce qui l’a mené en prison en décembre 2019. 

Placé en détention provisoire dans l’attente d’un procès, alors qu’il ne représentait en rien une menace pour la société, il a fallu une grève de la faim et de la soif de 15 jours relayées par son comité de soutien pour obtenir sa remise en liberté. Remise en liberté assortie d’un contrôle judiciaire particulièrement inique puisque Roland devait pointer 3 fois par semaine au commissariat (dont il avait dénoncé les violences policières récurrentes contre les Gilets Jaunes) et avait interdiction de participer à une manifestation. Il a respecté ces conditions, tout en les dénonçant, en particulier dans une Lettre ouverte au procureur de Nîmes et a lancé une pétition « Défendre le droit de manifester » qui a recueilli à ce jour près de 27 000 signatures. Il a également saisi le Conseil supérieur de la Magistrature pour demander le dépaysement de son procès pour ne pas être jugé par une juridiction qu’il avait largement dénoncée.

Incarcéré depuis le 31 mai

Le 31 mai dernier, Roland est de nouveau incarcéré car il est contrôlé sur un rond-point avec un groupe de Gilets Jaunes (qui ne bloquent rien mais sont simplement réuni.e.s). Cela suffit aux instances pour considérer qu’il s’agit d’une rupture des mesures de liberté conditionnelle. Roland se retrouve donc de nouveau enfermé dans une prison de Nîmes surpeuplée avec tout ce que cela veut dire : 3 détenus par cellule, insalubrité, chaleur insupportable, mépris des droits humains. Il sera enfin libéré en octobre 2020.

Roland Veuillet, a toujours pointé du doigt  le préfét Lauga dans le traitement de son dossier comme on peut le lire dans un de ses témoignages.

 

Didier Lauga a l'origine de l'internement abusif du Pr Fourtillan

 

Didier lauga est aussi à l’origine de l’internement en hôpital psychiatrique du docteur en pharmacie Jean-Bernard Fourtillan, qui a créé une polémique nationale le 8 décembre 2020 autour de l’hôpital du Mas Careiron à Uzes.

Certains se posent toujours la question du lien avec les déclarations du Dr Fourtillan dans le film Hold-up sur l’Institut Pasteur, ou bien d’autres raisons comme les patchs à la Valentonine pour les patients atteints de la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer, évalués illégaux par l’ANSM. 

Libéré grâce à un juge quelques jours plus tard, le professeur Jean-Bernard Fourtillan était revenu sur ces événements dans FranceSoir:

Une troublante photo publiée sur le compte facebook de la préfecture du Gard fait réagir, puis retirée quelques heures plus tard...

Dernier scandale du préfét Didier Lauga, une photo de badges visant à faire l’apologie du vaccin, postée ce mercredi sur son compte facebook, supprimée quelques heures plus tard, mais dont les citoyens n’ont pas manqué de dénoncer :
 Communication déplorable !
La préfecture du Gard fait la promotion de ses 6 centres de vaccination, les badges « j’ai fait mon vaccin » d’un autre âge fait polémique.
« Ce genre de badge rappelle les pires heures sombres de l’histoire.. »
« Payer des impôts pour ça … »
« Oui …. à l’époque ….aussi on était aussi sélectionné »
«….ils nous marquent comme du bétails.. »
« A une époque c’était l’étoile jaune.. »
Peut-on lire parmi les centaines de commentaires…
Contactée, les services de la préfecture du Gard n’ont pas souhaité s’exprimer à ce sujet.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Une étude allemande démontre que les salles de concert “ne sont pas des lieux d’infection”

Les chiffres finiront par parler : A quoi jouent-ils ?