in , ,

“Celui qui va lui fermer les yeux à jamais, signera son entrée au Panthéon”: Christophe Chalençon auditionné par les services de police.

Le président d’Honneur d’Évolution Citoyenne pourrait contester la légitimité des juges lors de son procés

Christophe Chalençon et Emmanuel Macron

Ce mardi 9 février, Christophe Chalençon était auditionné pour la troisième fois. Ce dernier est convoqué au tribunal de Carpentras le 8 avril prochain pour s’être, à plusieurs reprises, opposé virilement à la politique de Macron.

Ces deux dernières années, le sulfureux forgeron du Vaucluse enfile les convocations comme des perles. En effet, pour la énième fois, les agents de la DGSI ont voulu en savoir un peu plus au sujet d’un post publié sur le compte facebook du président d’Honneur d’Évolution Citoyenne.

La publication est sans équivoque, puisqu’elle est destinée à glorifier celui qui ferait fermer les yeux au président Macron.

Se définissant comme un serviteur de “La grande Maison France”, Christophe Chalençon a été convoqué afin d’éclaircir ses propos. Sorti libre du poste de police en fin de matinée, il s’est expliqué devant les médias :

“ J’ai dit au commissaire que je n’étais pas républicain, parce que la République est un hôte de la Grande Maison France et cet hôte s’est transformé en cancer pour notre patrie. Et donc bien entendu, je ne reconnais pas cette justice portée par cette République qui est incapable de juger des pédocrimminels […], avec des procureurs mis en place par un régime politique […] Je me désengage de cette République et notamment de sa justice. Le jour de mon audience, j’expliquerai donc au procureur, que je ne reconnais pas ceux qui me jugent, puisqu’ils appartiennent à une république félonne.”  

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

“Chaque semaine les ambulances nous amènent deux ou trois adolescents, certains se laissent mourir”: La psychologue Aurélie Georges alerte!

Pédocrimminalité: Le Préfet d’Île-de-France et le directeur de Sciences Po impliqués dans l’affaire Duhamel