in

Ils s’appelaient Arno, Rémi et Cyrille. Ils avaient 21, 37 et 45 ans. Qui sont les gendarmes tués en sauvant une mère de famille

En arrivant sur place, les gendarmes font face à un homme armé qui leurs tire dessus. Trois hommes succomberont à leurs blessures.

Cyrille Morel, Rémi Dupuis et Arno Mavel ont été tués en intervention près de Saint-Just (Puy-de-Dôme) dans la nuit de mardi à mercredi

Arno Mavel, Rémi Dupuis et Cyrille Morel ont été mortellement touchés par les tirs d’un forcené, lors d’une intervention dans la nuit dernière dans le Puy-de-Dôme.

Dans la nuit de mardi à mercredi, la compagnie de gendarmes d’Ambert, dans le Puy-de-Dôme, est appelée pour porter secours à une femme victime de violences conjugales, qui s’était réfugiée sur le toit de la maison du couple, dans la petite commune toute proche de Saint-Just (Auvergne).

En arrivant sur place, les gendarmes font face à un homme armé qui leurs tire dessus. Trois hommes succomberont à leurs blessures.

Arno Mavel, jeune adjoint volontaire de 21 ans, seulement…

L’un des premiers à intervenir et la plus jeune des victimes, le brigadier Arno Mavel, âgé de 21 ans et originaire de Montpellier, a été grièvement touché par les balles et n’a pas survécu à ses blessures. Il est décédé dans la nuit. Il s’agit, d’un jeune adjoint volontaire. La gendarmerie précise dans un communiqué qu’il faisait partie du PSIG (peloton de surveillance et d’intervention) d’Ambert. La Montagne nous apprend qu’il avait intégré les effectifs il y a deux ans.

Un autre gendarme, dont l’identité n’a pas été révélée, également membre du PSIG et âgé de 50 ans d’après le quotidien la Montagne, a également été blessé à la cuisse et transféré à l’hôpital, mais ses jours ne sont pas en danger.

Rémy Dupuy, Chef de la compagnie, père de deux jeunes enfants.

Lors d’une mission de sécurisation des lieux, deux autres gendarmes ont essuyé des tirs du forcené. L’adjudant Rémi Dupuis, 37 ans, – enquêteur judiciaire de la communauté de brigades d’Ambert, mais aussi membre du Groupe Montagne du département et selon le quotidien La Montagne, père de deux enfants de 10 ans et un an et demi. ce dernier succombera à ses graves blessures.

Le lieutenant Cyrille Morel, père de deux enfants de 11 et 15 ans.

Le lieutenant Cyrille Morel, âgé de 45 ans et commandant en second de la compagnie de gendarmerie d’ambert, a également perdu la vie. Le quotidien La Montagne indique que ce dernier, marié et père de deux enfants de 11 et 15 ans, était arrivé à la tête de la compagnie d’Ambert en 2017, trois ans après avoir pris son premier poste de commandement. Après une formation à l’école des officiers de la gendarmerie nationale, il avait ensuite opté pour la compagnie du Puy-de-Dôme.

Un bassin de vie sous le choc

« La prise en charge psychologique a été lancée dans le courant de la nuit, elle sera lancée pour les familles et l’ensemble des gendarmes », a déclaré Maddy Scheurer la porte Parole de la gendarmerie, à propos de ces « trois gendarmes qui appartiennent à la commune d’Ambert ». « Ils habitent à l’endroit où ils travaillent, ils scolarisent leurs enfants là-bas… », a-t-elle rajouté, pour pointer leur proximité avec la population de la commune.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Culture: le Conseil d’Etat laisse espérer une réouverture des lieux culturels si l’épidémie se calme…

Passeport vaccinal : un temps de répit ?