in

Gendarmes tués : l’ex-épouse avait lancé l’alerte des dizaines de fois. Elle avait même écrit une lettre à Marlène Schiappa…

L’ex-épouse du tueur des trois gendarmes d’Ambert témoigne des violences subies et du silence des autorités : «J’ai même écrit à Marlene Schiappa. “Rien n’a été fait. On m’a dit à chaque fois qu’il allait certainement se calmer.”

Cyrille Morel, Rémi Dupuis et Arno Mavel ont été tués en intervention près de Saint-Just (Puy-de-Dôme) dans la nuit de mardi à mercredi

Dans une interview au Dauphiné Libéré, l’ex-femme du tueur des trois gendarmes d’Ambert affirme qu’elle « savait qu’il était dangereux » et qu’elle a « lancé l’alerte des dizaines de fois », sans jamais être entendue…

L’ex-épouse de Frédérik Limol, qui a tué froidement trois gendarmes et blessé un quatrième, est sortie de son silence dans une interview au quotidien Le Dauphine Libéré ce vendredi. “J’avais lancé des alertes, des dizaines ! Je savais qu’il était dangereux, indique-t-elle au sujet du des trois gendarmes d’Ambert tués par son ex-mari.

Elle révèle que son ex-mari était violent avec elle, “il a essayé de m’étrangler, j’ai pu me sauver”, mais également qu’il la menaçait de mort, “je croyais qu’il nous tuerait tous”. Elle explique avoir alerté la police, les gendarmes et l’aide à l’enfance :

J’ai même écrit à Marlène Schiappa [alors secrétaire d’Etat en chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes]. Rien n’a été fait. On m’a dit à chaque fois qu’il allait certainement se calmer.

Sauvée par la police la nuit du triple meurtre

Dans la nuit de mardi de mercredi des policiers sont venus à son domicile de Privas, en Ardèche, où elle vit avec son nouveau compagnon, leurs enfants et celui qu’elle a eu avec Frédérik Limol : “Ils sont venus nous mettre en sécurité, je les remercie.

Elle explique que Frédérik Limol a soudainement changé en 2012, devenant violent et survivaliste. “ Quand j’ai accouché, il m’a donné une radio militaire, pour que l’on puisse communiquer en cas de fin du monde” explique-t’elle.

Très « en colère » contre les institutions qui sont restées sourdes à ses nombreux appels à l’aide, elle dit aujourd’hui se sentir coupable : “Aujourd’hui, il y a quatre orphelins, si j’avais pu me faire entendre, on n’en serait pas là. J’ai tout essayé.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Silence troublant du CRIF • Macron persiste et réhabilite les antijuifs Maurras et Pétain

Folie sanitaire: des dizaines de milliers de médecins et de scientifiques tentent d’alerter sur la dangereuse corruption dans l’industrie pharmaceutique